Le meilleur de la ville

Rouslan Chamoukov/TASS

Le bâtiment principal du Musée du monde des océans est avant tout célèbre pour ses aquariums. L’exposition en compte 14, d’eau salée et d’eau douce, pour une contenance totale d’environ 16 000 litres. A l’intérieur, il y a plus de 300 représentants de 133 espèces issues des endroits les plus variés de l’Océan mondial, y compris des piranhas, des requins et des raies. Dans ce bâtiment, il est possible d’admirer le plus grand squelette de cachalot de Russie, découvert en 2004 sur la presqu’île de la Vistule. Une exposition interactive spéciale, le Laboratoire de l’eau, est dédiée aux enfants. Des expériences et expérimentations leur sont montrées.

Rouslan Chamoukov/TASS

Sur le quai, le long duquel se répartissent les sites et bâtiments du Musée du monde des océans, la chaussée pavée et la jetée ont été reconstituées. Avec le pont ferroviaire du milieu du XIXe siècle ayant été préservé, cela crée l’atmosphère d’une véritable vieille ville. Selon toute hypothèse, une partie des « sentiers de Kant », itinéraire de randonnée du grand philosophe, se trouvait ici. C’est également ici que, depuis peu, est installé le « banc de Kant », en granit, sur lequel sa canne et son tricorne rappellent l’illustre natif de Königsberg.

Evgeniy Morozov/Welcome2018.com

Situé dans un des quartiers les plus pittoresques de Kaliningrad, le parc Iounost est l’endroit idéal pour des loisirs en famille. Le territoire du parc a été profondément rénové entre 2004 et 2008. Iounost compte de nombreuses attractions, un labyrinthe de miroirs, l’incroyable Maison à l’envers, un centre de karting et des barques.

On peut admirer Kaliningrad de haut depuis la grande roue. Le parc est également une destination de choix pour les piques-niques en plein air, d’autant que des cafés locaux propose un grand choix de street food.

Evgeniy Morozov/Welcome2018.com

Le Parc central de Kaliningrad, ou comme la population locale l’appelle encore, le parc de Kalinine, couvre le territoire de parc de Königsberg Louizenval, nommé d’après l’épouse d’un de ses premiers propriétaires. La gloire du parc est liée à une autre Luise - la Reine de Prusse et épouse de Friedrich Wilhelm III. En 1806, et également 1808-1809, la propriété situé dans le parc a été sa résidence. La Reine Louise a joui d’un grand amour de la part des habitants de Königsberg. En 1874, on a inauguré son buste dans le parc, entouré d’une semi-rotonde, et 27 ans plus tard l’église du souvenir de la Reine Louise. Le temple a été construit en style néoroman sur le projet de Friedrich Heitmann. À l’époque soviétique, l’église a été restaurée et on y a implanté un théâtre de marionnettes. 


Aujourd’hui, le Parc central est un parc paysager intéressant avec un théâtre de verdure, où des concerts et des festivals ont lieu, il y a aussi des attractions pour les enfants et les adultes, ainsi qu’un café.


L’administration du Parc est située dans un pavillon de chasse en bois de l’empereur allemand, qui a été transporté à Kaliningrad de la forêt de Rominta dans les années 1950. A proximité se trouve un monument insolite dédié au Baron de Münchhausen, avec lequel les visiteurs du parc aiment prendre des photos.

Rouslan Chamoukov/TASS

L'exposition du Musée régional des Beaux-arts de Kaliningrad, ouvert en 1988, raconte l'art du XXe siècle et couvre les périodes allemande, soviétique et russe. La base de la collection sont des œuvres de peinture, des graphiques et des sculptures d'artistes nationaux des années 1950-1990. Le musée est célèbre pour ses expositions temporaires, organisées conjointement avec les principaux musées nationaux. Le projet important de la galerie est la biennale des graphiques des Etats baltes « Kaliningrad – Königsberg ».

Rouslan Chamoukov/TASS

Une autre branche du Musée de l'Océan mondial, située dans la partie historique de la ville. En l'année du 750e anniversaire de Königsberg-Kaliningrad, elle est devenue un symbole de la date du jubilé. Le Musée de l'Océan mondial a effectué des travaux de restauration en un temps record. Les expositions créées à la Porte Royale donnent l'occasion de voyager dans le temps, de découvrir la ville de Königsberg, les secrets de la diplomatie russe et les liens de longue date entre cette terre et la Russie, et de boire du thé dans l'atmosphère d'une pharmacie médiévale.

Rouslan Chamoukov/ТАСС

Il faut commencer sa découverte de Kaliningrad par l’île de Kant (autrefois connue sous le nom de Kneiphof). L’une des premières colonies autonomes autour de la forteresse de Königsberg se trouvait ici.

D’est en ouest, jusqu’à la mer Baltique, à travers Kaliningrad, coule le fleuve Pregolia.  Au nord de l’endroit de confluence des deux bras du fleuve, la Vieille et la Nouvelle Pregolia, sur une proéminence du terrain, la forteresse du Mont Royal (Königsberg) fut édifiée. Cela eut lieu à l’époque de la croisade contre les païens prussiens, menée conjointement par l’arrière-petit-fils du légendaire empereur Frédéric Barberousse, le roi tchèque Ottokar II Přemysl, et le grand maître de l’ordre Teutonique Poppo von Osterna. Le bas-relief le plus à gauche de la porte Royale de Königsberg représente Ottokar II. Nous y reviendrons par la suite. Vingt ans plus tard, au sud du château, apparut la colonie autonome d’Alstadt (Vieille ville), et à l’est du château et d’Altsadt vit le jour Neustadt (Nouvelle ville), plus tard renommée Löbenicht. En dernier, au sud des deux villes, à la confluence des bras du fleuves, apparut Kneiphof, dont la plus grande partie était occupée par l’actuelle île de Kant.

Chaque village avait son propre système de fortifications, son hôtel de ville, son marché, ses armoiries, son sceau, ses églises, ses slobodas, ses pompiers et autres signes d’indépendance. Au début du XIVe siècle, Altstadt, Löbenicht et Kneiphof obtinrent l’une après l’autre le statut de ville indépendante. En outre, Altstadt devint membre de la Ligue hanséatique. Les trois bourgs et le château s’unirent dans une seule et même ville, Königsberg, au début du XVIIIe siècle.

Kneiphof, surtout peuplé de marchands, reçut de l’ordre Teutonique le statut de ville indépendante en dernier. Cela eut lieu le 6 avril 1327. En explorant l’île de Kant, il est difficile de s’imaginer que s’y trouvait le Kneiphof médiéval, où il y avait 14 rues (la plus étroite d’entre elles mesurait 68 centimètres de large), 2 places et de 2 ruelles. La ville était reliée au reste du monde par sept ponts. Le pont de la Boutique était le point de passage d’un vif commerce. Aujourd'hui, le pont de l’Estacade le remplace. Le pont Vert s’appelait ainsi en référence à la couleur du blason de Kneiphof. Au XVIIe siècle, les königsbergeois recevaient leur courrier près du pont Vert, et pour ne pas perdre de temps ils construisirent à proximité une Bourse. Le pont du Travail, ou des Abats, servait à l’élimination des déchets. Près du pont de la Forge étaient installés les forgerons. Le pont en bois Altstadt menait aux entrepôts de l’île Lomse. Il sert aujourd’hui encore à la circulation. Le pont Haut (également appelé Altstadt à l’origine) s’ouvrait. Le Nouveau pont haut, construit en 1938, a été préservé. Le pont du Miel a lui aussi été conservé. Son nom vient du fait que pour sa construction les habitants de Kneiphof payèrent avec du miel.  Une vieille énigme était liée aux ponts de Königsberg : comment passer par tous les ponts en ne traversant chacun d’eux qu’une seule fois ? Au XVIIIe siècle, le mathématicien Leonhard Euler démontra qu’il était impossible de franchir ces ponts de la sorte. En réfléchissant à cette énigme, Euler inventa la théorie des graphes.

Rouslan Chamoukov/TASS
En 1302, la construction de la cathédrale a été achevée dans l'Altstadt. Mais le nouvel évêque n'a pas trouvé le bâtiment assez magnifique et à sa demande, le 13 septembre 1333 le Maître de l'Ordre a assigné un terrain pour la construction d'un nouveau temple à Kneiphof. La cathédrale d'Altshtadt a été démantelé et ses briques ont été utilisées lors de la construction de la cathédrale de Kneiphof - celui que nous voyons maintenant sur l'île de Kant. Pour livrer les matériaux de construction, dans la paroi d'Altstadt les portes de Cathédrale ont été percées (elles sont détruites en 1944), à partir desquelles le pont de Cathédrale menait vers Kneiphof qui a été démonté après la fin de la construction.

Le plan initial était de construire une cathédrale forteresse, mais le grand maître de l'Ordre teutonique Luther von Braunschweig n'a pas approuvé l'idée, faisant remarquer qu'il n'y a pas besoin de construire un nouveau château à distance dans le vol de flèche du château puissant déjà existant. Le fondement a été ensuite allégé et l'épaisseur des murs a été diminuée. Au fil du temps, cela a conduit à l'affaissement de la tour, ainsi que du fait que la tour nord s'est inclinée de 45 centimètres de l'axe, à cause de cela elle est surnommée la Tour de Pise Baltique. La construction du temple a pris 50 ans à peu prés. Après l'ouverture les travaux étaient en cours pendant plusieurs décennies.

La cathédrale sur l'île de Kant est un exemple rare de la gotique de brique sur le territoire de la Russie qui est répandue en Allemagne et en Pologne. Les églises et les châteaux construits dans ce style se passent de la décoration sculpturale, la beauté de leurs façades est sévère et lapidaire : ce n'est que les briques rouges allemands et l'art des maçons.

La cathédrale a été consacrée en l'honneur du haut corps de Jésus-Christ, de la Vierge Marie, des Saints et de Saint-Adalbert. Dans la nef du temple - les hauts chœurs - les chevaliers ont priés, dans les trois nefs - les chœurs bas - tous les autres ont priés.

Le dernier Grand Maître de l'Ordre teutonique, le duc Albert de Brandebourg est devenu intéressé par les idées de Martin Luther et la Réforme, la Prusse est devenue le premier état protestant en Europe et en 1523 dans la cathédrale de Königsberg le premier sermon luthérienne en allemand a eu lieu.

En 1544, le duc a fondé Albertin - l'université de Königsberg - et la cathédrale (à l'époque déjà l'église luthérienne) est devenu l'église universitaire. Dans sa tour sud il y avait une place pour la bibliothèque qui a été nommé d'après le fondateur Martin fon Vallenrod - la bibliothèque de Vallenrod. En plus des livres, des cartes, des globes et des manuscrits sont stockés dans la bibliothèque. Après la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque a disparu : une partie des livres a disparue dans le bombardement et le feu, le reste a été dispersé dans le monde. Dans l'université de Kaliningrad 291 volumes de réunion de la bibliothèque de Vallenrod sont stockés.

A la fin du XVIe siècle, l'Université Albertina a acheté un lieu près du mur nord de la nef chez l'église pour les tombes des professeurs. L'un de ces tombes des professeurs a sauvé la vie à la cathédrale en 1945.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, c'était Emmanuel Kant, le fondateur de la philosophie classique allemande qui a enseigné à l'Université Koenigsberg. Il a donné les cours de la logique, la métaphysique, l'éthique, la mathématique, la mécanique, la science et la géographie, et en parallèle, il a écrit des traités sur la théorie de la connaissance, l'éthique, l'esthétique, l'anthropologie, la religion, les questions d'Etat et de la loi. En plus de l'esprit lumineux Kant se souvenait à ses concitoyens par le pédantisme extrême - il était le meilleur pour remettre les pendules à l'heure - et par le fait qu'il n'a jamais dans sa vie quitté Koenigsberg. Vladimir Lénine lui considérait le précurseur de Karl Marx et Friedrich Engels, et "Critique de la raison pure" de Kant a été inclus dans le programme obligatoire de l'enseignement universitaire en URSS. Par conséquent, après avoir vu le mémorial du philosophe, accolé à la cathédrale, la direction soviétique a sauvé l'église de la démolition.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la cathédrale a été brûlé presque complètement à l'intérieur : la flamme des bâtiments bombardés est passée sur la cathédrale. Dans les années 1992-2005, le rénovateur Igor Odintsov a dirigé les travaux de la reconstruction de la cathédrale et il est devenu son directeur. Les services dans la cathédrale ne sont pas disponibles, mais il y a la chapelle orthodoxe et luthérienne. Dans la cathédrale il y a un musée d'Emmanuel Kant et le modèle de la ville d'avant-guerre, les armures des chevaliers. Le samedi (18h00) il y a des concerts d'orgue, le dimanche il y a les concerts de piano et les concerts symphoniques. L'orgue de Kaliningrad est le plus grand en Europe.
Rouslan Chamoukov/TASS

En regagnant la surface, il faut se diriger du côté de l’ancienne place du Château, autrement appelée place du Kaiser Wilhelm, et aujourd’hui place Centrale. L’énorme bâtiment bleu et blanc de la Maison des Soviets sert de point de repère. Sur le mur de soutènement occidental du château, une plaque a été installée en 1904 avec la plus célèbre assertion du plus illustre habitant de Königsberg, le philosophe Kant :  « Deux choses remplissent le cœur d’une admiration et d’une vénération toujours nouvelles et toujours croissantes, à mesure que la réflexion s’y attache et s’y applique : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi ». Sa reproduction se trouve aujourd’hui dans les vestiges des remparts de la forteresse, il suffit de sortir sur la place Centrale depuis le passage souterrain sous l’avenue Lénine.

Sur la place Centrale, des fouilles ont lieu dans l’aile ouest du château. En été, il est possible de visiter certains souterrains du château avec un guide. Comme les autres caves de Königsberg, ils sont censés renfermer un trésor, et peut-être même la chambre d’Ambre dérobée à Peterhof près de Saint-Pétersbourg pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est du moins ce que dit la rumeur populaire. Ces rumeurs sont alimentées par un fait incontestable : de 1942 à 1945, la chambre d’Ambre se trouvait dans le château, mais depuis plus personne ne l’a vue.

Depuis le jour de sa fondation en 1255 jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, le château ne fut jamais reconstruit, se transformant en résidence royale, puis en complexe muséal et administratif. Gothique, baroque, rococo, classicisme et romantisme sont entrés d’une façon ou d’une autre dans l’architecture et la décoration intérieure de ce majestueux édifice d’une longueur de 100 mètres et d’une largueur de 67 mètres. La flèche de la tour du Château culmine au-dessus de la ville à 84,5 mètres. L’une des salles de cérémonie principales du château s’appelait Salle des Moscovites en l’honneur des ambassadeurs de Vassili III, avec lequel le duc Albrecht voulait se soulever contre la Pologne. Cette salle était la plus grande de toutes les terres allemandes, sa superficie s’élevait à 1500 mètres carrés. C’est précisément ici, et pas à Berlin, que fut couronné en 1701 le roi guerrier prussien Friedrich Ier. L’empereur d’Allemagne Guillaume Ier choisit l’église du château pour son couronnement. Au début de la guerre, le château de Königsberg abritait les services administratifs de la ville et de Prusse orientale, les archives nationales, des salles de réception et des musées.

Le château a lourdement souffert des bombardements britanniques en 1944, et des combats pour la ville d’avril 1945. En 1967, les vestiges des remparts ont été démantelés. Aujourd’hui, la ville envisage la reconstitution du château : le programme Cœur de ville envisage de rendre au centre son aspect d’avant-guerre.

Rouslan Chamoukov/ТАSS
En faisant un tour dans le Village des pêcheurs, complexe commercial, artisanal et ethnographique, on peut se faire une certaine idée de ce à quoi ressemblera le centre de Kaliningrad dans un futur proche après sa reconstruction. Le pont du Miel mène de l’île à ce petit quai à trois maisons imitant celles d’avant-guerre. Depuis la plateforme d’observation du Phare du village s’ouvre une vue sur la cathédrale.
Capacité : 35 000 spectateurs

Le plan du stade

Vidéo sur le stade

En préparant votre venue au stade, assurez-vous, s’il vous plaît, que vous n’avez pas d’objets et de substances qu’il est interdit d’introduire au stade.

Chaînes du stade sur VIBER:

En russe 

En anglais  

 
    

Bureaux des objets trouvés au stade 

Consigne n° 1

Téléphone de contact : +7 (929) 165 52 90

Horaires d’ouverture : de 11h00 à 13h00 (heure locale, reste ouvert un jour après le dernier match au stade) 

Internet gratuit

Comment se rendre au stade en transports en commun

Calendrier des matches de la CdM 2018

Kaliningrad accueillera les matches Croatie – Nigéria (le 16 juin), Serbie – Suisse (le 22 juin), Espagne – Maroc (le 25 juin) et Angleterre – Belgique (le 28 juin). 

Services aux spectateurs

Allons voir du football ensemble avec welcome2018.com

L'enceinte de Kaliningrad prévue pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ a reçu le nom de Stade de Kaliningrad. Il accueillera quatre matches de la phase de groupes de la Coupe du monde. Le stade est construit sur les rives de l'île Oktiabrski, à proximité immédiate du quai de la rivière Staraïa Pregolia. A une demi-heure à pied, se trouve l'île de Kneiphof, où se situent une cathédrale bâtie dans la première moitié du XIVe siècle et la tombe d'Emmanuel Kant.

Ce stade à cinq niveaux, avec trois anneaux de tribunes ouvertes, a la forme d'un rectangle aux bords arrondis.