Musées

Rouslan Chamoukov/TASS

L’un des musées les plus originaux de Kaliningrad. Il occupe un appartement dans un immeuble de briques rouges bâti en 1907. Les créateurs d’Altes Haus, Aleksandr et Natalia Bytchenko, ont reconstitué l’ambiance du Königsberg du début du XXe siècle. Pendant la visite guidée d’Altes Haus, on peut entendre un récit sur le quartier du bâtiment, mais aussi sur l’atmosphère de cette époque. Le musée-appartement organise régulièrement des conférences.

Rouslan Chamoukov/TASS

Le musée municipal de la Porte de Friedland a ouvert récemment, en 2002. Il est situé dans l’ouvrage fortifié éponyme qui faisait partie de l’enceinte défensive de Königsberg. La Porte de Friedland fut construite en 1862, probablement selon les plans de l’architecte allemand Friedrich Stüler. La porte est ornée de deux sculptures représentant des gouverneurs de l’ordre Teutonique. La collection du musée est consacrée à la vie urbaine, du Königsberg d’avant-guerre principalement. La Porte de Friedland permet de réaliser une promenade virtuelle dans les rues de la capitale de la Prusse orientale à l’aide de photographies d’archives animées.

Rouslan Chamoukov/TASS

L'exposition du Musée régional des Beaux-arts de Kaliningrad, ouvert en 1988, raconte l'art du XXe siècle et couvre les périodes allemande, soviétique et russe. La base de la collection sont des œuvres de peinture, des graphiques et des sculptures d'artistes nationaux des années 1950-1990. Le musée est célèbre pour ses expositions temporaires, organisées conjointement avec les principaux musées nationaux. Le projet important de la galerie est la biennale des graphiques des Etats baltes « Kaliningrad – Königsberg ».

L'espace d'exposition de la Branche Baltique du Centre d'État d'Art contemporain est situé dans la caserne dite « Kronprinz », construite en 1849 dans le cadre de la deuxième ceinture défensive de Königsberg. Le grenier de cet ancien bâtiment a été rénové pour accueillir des expositions d'art contemporain, des festivals et des conférences. Actuellement, le musée est fermé pour réparations, l'ouverture est prévue pour la seconde moitié de 2018.

La maison-musée du sculpteur allemand Hermann Brachert a ouvert en 1993 dans son ancienne maison de campagne du village d’Otradnoïe (appelé Georgenswalde avant 1947). La maison elle-même a été conçue par Hanns Hoppe, architecte de renom de Königsberg. Le musée Hermann Brachert est très intimiste : les visiteurs découvrent des œuvres, lettres, souvenirs et photographies issus des archives familiales du maître. La pièce d’exposition principale de la maison-musée est la sculpture de la Jeune fille à la cruche, dont l’original a été restauré et transféré ici depuis le parc Listvennitchny de Svetlogorsk en 2002. 

Rouslan Chamoukov/TASS
Le château d’Insterbourg se trouve à Tcherniakhovsk, troisième ville de l’oblast de Kaliningrad de par sa taille. Le château a été fondé par l’ordre Teutonique en 1336 et de nombreuses fois reconstruit depuis. Il a été gravement endommagé pendant l’assaut de 1945 et après la guerre. En 1997, des enthousiastes sensibles au sort du château se sont réunis dans le cadre du fonds Dom-Zamok et ont commencé à aménager son territoire, créer une exposition muséale et mener des recherches. On peut y assister à des combats de chevaliers médiévaux, visiter les souterrains et apprendre des métiers anciens.
Rouslan Chamoukov/TASS

Situé dans le bâtiment restauré de l’ancienne salle de concert municipal Stadthalle, le musée d’Art et d’Histoire est le plus vieux de la région. En 70 ans d’activité, de nombreuses pièces d’exposition liées à l’histoire, à l’archéologie, à la nature et à la culture de l’oblast de Kaliningrad ont été rassemblées ici. Ainsi, la salle archéologique du musée raconte en détails l’histoire des anciens Prussiens et des Vikings, et elle contient aussi quelques dizaines de milliers d’artefacts du musée Prussia de Königsberg, dont la collection était considérée comme perdue jusque dans les années 1990. L’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’assaut de Königsberg occupe une place particulière dans le musée. Le musée d’Art et d’Histoire organise en permanence des expositions d’artistes contemporains de Kaliningrad.

Rouslan Chamoukov/TASS

Une autre branche du Musée de l'Océan mondial, située dans la partie historique de la ville. En l'année du 750e anniversaire de Königsberg-Kaliningrad, elle est devenue un symbole de la date du jubilé. Le Musée de l'Océan mondial a effectué des travaux de restauration en un temps record. Les expositions créées à la Porte Royale donnent l'occasion de voyager dans le temps, de découvrir la ville de Königsberg, les secrets de la diplomatie russe et les liens de longue date entre cette terre et la Russie, et de boire du thé dans l'atmosphère d'une pharmacie médiévale.

Baltiisk est la ville la plus occidentale de Russie, la plus grande base de la flotte de la Baltique. Son musée se trouve dans un bâtiment pseudo-gothique inhabituel bâti en 1903, où se trouvait à l’origine l’administration judiciaire de Pillau (nom de Baltiisk avant 1946). La collection raconte l’histoire de la flotte de la Baltique et de la ville elle même. Présentent un intérêt particulier les armes blanches honorifiques ayant appartenu à des officiers et amiraux célèbres de la flotte, ainsi que les maquettes de la frégate Pallada, du cuirassé Crimée, de la frégate Petropavlovsk et du croiseur Kirov.

Le musée d’histoire des chemins de fer de Kaliningrad, avec son espace en plein air, a été inauguré en l’an 2000 dans la gare du Sud (oul. Kievskaïa, 1). Y sont exposés des trains ayant été utilisés sur les chemins de fer de Kaliningrad à différentes époques : la locomotive L-0282, construite selon les plans de Lev Lebedianski et considérée comme la meilleure de l’URSS, un wagon blindé de 1929, une locomotive allemande d’avant-guerre et d’autres pièces d’exposition.

Rouslan Chamoukov/TASS

Le fort n° 5, appelé Roi Friedrich Wilhelm III, est l’un des dix édifices fortifiés construits dans la seconde moitié du XIXe siècle le long de la rocade de Königsberg. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le fort a été le théâtre de l’héroïsme de masse des soldats soviétiques pendant l’assaut de Königsberg. Pour la capture du fort, 15 soldats et officiers reçurent le titre de Héros de l’Union Soviétique. Leurs noms sont immortalisés sur une stèle commémorative. De nos jours, le fort n° 5 est un complexe militaro-mémoriel, filiale du musée d’Art et d’Histoire. Autour du fossé sont installés des exemplaires de matériel militaire, y compris le célèbre lance-roquettes multiple Katioucha. Récemment, une partie des espaces intérieurs du fort a été ouverte aux visiteurs