Événements

wikipedia.org/Ruugar

Le festival international de l’opéra en plein air est la partie traditionnelle du Jour de la ville qui se passe tous les ans le 30 aout. Depuis le 2011 c’est l’Orchestre symphonique d’État de la République de Tatarstan qui est l’organisateur du festival.

L’entrée au festival est gratuite et une foule de milliers de personnes se réunit sur la place près du Palais des agriculteurs où les concerts se passent. Plusieurs stars mondiaux de la scène classique parmi lesquels Dmitri Khvorostovski, Roberto Alagna, Lubov Kazarnovskaya ont prix part au festival lors des années différentes. La première mondiale de l’opéra "Loup blanc" du compositeur Zulfia Raoulova et du poète Ruzal Mukhametshine a eu lieu en 2013. Même les spectateurs qui ne sont pas connaisseurs de musique reconnaissent le répertoire: cela peuvent être des airs d’opéra populaires ou bien des combinaisons d’opérettes.
Serguéï Bobylev/TASS

En 2007 le Musée d’État des Beaux-Arts de la République de Tatarstan a invité les musiciens dans son jardin pour que le public puisse se réjouir du jazz et visiter en même temps les expositions qui s’y tiennent. Actuellement le "Jazz dans la propriété de Sandetski" est une série de concerts les jeudi en juillet - aout.

Chaque soiree est consacree d’habitude à un des styles: du mainstream de jazz à l’ethnique et l’avant-garde. C’est toujours la chanteuse Olga Skepner, directeurs des programmes du festival qui présente le nouveau programme. Beaucoup de musiciens russes et étrangers sont intervenus ici au cours de ces années. Ces concerts sont un des points obligatoires du programme culturel, une sorte de raout mondain en plein air.

kzn.ru

Vassili Aksenov, célèbre prosateur soviétique est né à Kazan, il en a écrit. En 2007 la mairie a proposé de célébrer ici son 75me anniversaire. L’évènement a reçu le nom d’"Aksenov-fest" et c’est non seulement les écrivains mais aussi les musiciens de jazz qui y ont pris part. On pouvait voir au premier festival l’écrivain Mikhail Veller, le poète Mikhail Gendelev, la poétesse Bella Akhmadulina, le saxophoniste Aleksey Kozlov et le chanteur du rock Andrey Makarevich. Le festival a plu à tout le monde et on a décidé de l’organiser chaque année. Depuis le 2008 on y attribue la prime aux jeunes écrivains "Billet d’étoiles" (selon le nom du roman du début de Vassili Aksenov): 100 roubles et un signe commémoratif - une statuette de cuivre en forme d’un billet de train "dans lequel on voit les ciel des étoiles par les trous du composteur."

Le musée de Vassili Aksenov a été ouvert en 2009 à la rue Karl Marx, 55/31 Ici il a vécu avec son oncle qui l’a pris chez lui de l’orphelinat dans lequel le garçon s’est trouvé après l’envoi de ses parents aux camps de Staline.

Aujourd’hui le festival est un évènement à plusieurs composants: ici on lit les poésies et le prose, on écoute le jazz, on fait les cours de maitre et les tables rondes. Le festival a obtenu encore un espace il y a peu longtemps. C’est le jardin d’Aksenov derrière la salle de cinéma "Mir".

domtk.com
On a inventé cette fête au Congres mondial des tatars en 2009. On la célèbre non seulement dans la capital de Tatarstan mais aussi à l’étranger, chez les diasporas. Si vous avez l’occasion de vous trouver à Kazan le 28 février le mieux sera de visiter ce jour la Maison de l’art culinaire tatare dans laquelle Yunus Akhmetzyanov a travaillé comme chef cuisinier depuis le moment de sa fondation en 1969 et jusqu’au 1984 (le 29 février est le jour de son anniversaire). 

Au rez-de-chaussée il y a le musée du célèbre cuisinier, promoteur de la cuisine nationale. Akhmedzyanov collectionnait des recettes de maison, plats que les cuisinières tatares préparent. C’est comme ca que le standard actuel de la cuisine nationale s’est formé: du tokmatch à l’echpochmak. On garde les livres d’Akhmetzyanov pratiquement dans chaque maison tatare. 

On peut gouter la plupart des plats aux restaurants de Kazan: par exemples, des saucissions en abattis dans un bouillon sous le nom "toutyrma" ou bien une roulée de viande "kalja".
Alekseï Nassyrov/TASS

Le festival est tenu depuis le 1982. Le programme est basé sur les spectacles du théâtre d’opéra et de ballet Musa Jalil auxquels participent les chanteurs et les chefs d’orchestre invités, stars de l’opéra russe et mondial: Khibla Germzava, Dmitri Khvorostovki, Mikhail Kazakov, Albina Shagimuratova, Mikhail Pletnev, Valéry Gergiev. On inclue obligatoirement toutes les premières du théâtre et à la fin d’impressionnants concerts de gala se passent.

Rouslan Chamoukov/TASS

Le festival portant le nom de "Ballet Gengis Khan" se tient depuis le 1987. Nuriev lui-même a visité le festival en 1992. Il a dirigé l’orchestre dans le spectacle "Casse-Noisette" avec la Musique de Petr Tchaïkovski et ensuite il a donné son accord à l’attribution de son nom au festival à Kazan.

En effet le festival est une possibilité (avec une certaine habilité car il n’est pas facile de se procurer des billets) de voir tous les spectacles du Théâtre académique tatare d’opéra et de ballet M.Jalil. Ce sont les acteurs de la troupe aussi bien que les stars invités, danseurs étoiles des théâtres principaux de la Russie et de l’Europe, tels que Ouliana Lopatkina et Nicolas Tsiskaridze qui participent au forum. 

A part les spectacles classiques, tels que "Don Quichotte" ou "Gisèle" il y a l possibilité de voir les spectacles modernes, par exemple. le ballet "Horde d’Or" (l’argument du ballet est de Renat Kharis, la musique est de Rezeda Akhiarova). Les collègues étrangers arrivent aussi, par exemple du ballet de Dortmund. Le festival est terminé par les concerts de gala.

Artem Guéodakian/TASS

"Smena" est un centre de la culture moderne où se passent beaucoup de salons, de conférences, de concerts, de séminaires. Il y a aussi une librairie avec les livres des éditions indépendantes.

C’est le festival des livres en 2013 qui a été à l’origine de "Smena". Maintenant il y a en a deux - d’hiver et d’été. Les dizaines d’éditions proposent des livres à des prix réduits, on fait en même temps les cours amusants aux enfants, on organise les conférences et les tables rondes avec la participation des penseurs éminents, tels que Yuri Saprykine, directeur de l’édition The Moscow Times ou Anton Doline, commentateur des films du programme "Urgant de soir".

Organisée pour la première fois en 2009, le festival "Kroutouchka" met l’estrade à disposition des représentants de la musique ethnique et folklorique. Les concerts se passent dans un village Kroutouchka non loin de Kazan au cours de un à trois jours. On y organise en même temps une grande foire des artisans, on fait les salons et les cours de maitre auxquels on peut apprendre les métiers différents, tels que ciseleur, boulanger, le potier; apprendre à jouer des instruments de musique nationaux. A ce temps-la on peut entendre sur la scène le hard-rock bouriate ou les chansons finno-ougriennes, les motifs africains ou la polka irlandaise.

C’est non seulement le programme musical et de distractions qui attire de nombreux spectateurs, c’est aussi une ambiance amicale au bord de la rivière Kazanka, au milieu de la foret et des lacs Bleus, on amenage un grand camps près du festival et on chante les chansons jusqu’au matin.

Alekseï Nassyrov/TASS

Le festival s’est passé pour la première fois en 2005 sous le nom du "Minbar d’Or" (le minbar - c’est la chaire ou la tribune dans une mosquée principale de laquelle un imam lit un prône de vendredi). Aujourd’hui on projet dans le cadre du festival les films du cinéma national et mondial "appelant au bien, à la paix et à la justice indépendamment de la religion de l’auteur" (c’est ainsi que la conception du festival est formulée). Les spectateurs peuvent voir beaucoup de films de l’Asie Centrale ou, par exemple, les films sur les musulmans européens. Lors du premier festival on a présenté 40 films de 12 pays du monde.

A part les programme de concours et en dehors du concours (ce sont les films des lauréats des festivals européens qui participent au deuxième programme) on organise des cours de maitre, des entretiens créatifs, des tables rondes. Il est curieux qu’avant les organisateurs en tachant d’attirer l’attention des mass-media invitaient des hôtes occidentaux connus" Catherine Deneuve, Isabelle Adjani, Mark Dacascos qui n’ont pas de relations directes avec le cinématographe musulman ou oriental. Actuellement c’est juste la fête du cinéma indépendant. D’autant plus, l’inauguration et la clôture se passes selon toutes les règles: avec le chemin rouge et la foule des spectateurs.

Yegor Aleïev/TASS

La fête de la fin des travaux champêtres de printemps existe chez la plupart de peuples des régions de la Volga et du Caucase. Le Sabantuy chez les Tatares est devenu, probablement, la fête principale: l’ordre de sa tenue dans les quartiers et dans les villes différentes de la république est réglé au niveau d’État. D’habitude c’est un dimanche au mois de juin. Le Sabantuy de dimanche se passe tous les ans dans les points différents du pays,

Le mot "saban" signifie "charrue" et le mot "tuy" est "la fête" cette fois. On croit qu’à l’époque antique les gens en se réjouissant amadouaient ainsi les démons de fécondité. Actuellement la fête commence par la collecte des cadeaux pour les hercules. Et après les compétitions différentes se passent sur un grand terrain: combat avec le sacs sur un rondin, marche sur un rondin oblique glissant, course dans les sacs, course avec une cuillère dans la bouche et avec un œuf y placé, tentatives de monter sur une haute colonne glissante et autres concours amusants ainsi que les apparitions des chanteurs et des danseurs. L’essentiel est, certainement, le koresh, lutte nationale aux ceintures: il faut arracher l’adversaire de la terre et le poser au dos. Le prix principal est le mouton bien qu’actuellement on trouve des motivations plus importantes, telles qu’une voiture ou les appareils ménagers solides.

On organise le Sabantuy principal à Kazan dans le bois des bouleaux du village Mirnyi A part cela, environ 40 milles personnes arrivent au moins de juin au village Minger du district Sabinski: on y organise aussi des divertissements différents, tels que les courses aux véhicules tout- terrains ou franchissement des obstacles sur l’eau.

 Aleksandr Rioumine/TASS

Un des festivals les plus réputés à Kazan a été inventé en 2002 par Marc Zvanets, musicien et présentateur de télévision, Le nom met en valeur le mot tatare "Khereket" qui signifie "mouvement" . Le slogan: "Kharokat! Le mouvement continue!"

Initialement les musiciens avaient pu prendre part au festival en participant aux tours qualificatifs, actuellement ce sont les organisateurs qui font le casting. En 2006 Zvanets a péri dans une panne automobile et depuis ce temps le festival est consacré à sa mémoire. Le programme se tient au cous d’une journée dans le club "Mayakovski. Camisole jaune" D’après la tradition ce sont les groupes les plus illustres de la ville qui participent aux concerts: "Maison des marionnettes". "Murakami", "Coquins" et on fait même les réunions des groupes qui se sont dissoutes il y a plusieurs années.

kazanfirst.ru

Le festival de deux jours "Kazan savoureuse" réunit tous les ans ceux qui aiment cuisiner aussi bien que ceux qui aiment manger. Il se réunissent tous ensemble afin de gouter les meilleures plats tatares et les boissons.