Itinéraire. Île-village de Sviiajsk

Sviiajsk, construite au XVIe siècle par Ivan le Terrible en tant que base militaire pour la conquête de Kazan, devint la première implantation chrétienne de la région. Aujourd’hui, cette presqu’île est l’un des endroits touristiques les plus intéressants du Tatarstan. Se trouver à Sviiajsk pour Maslenitsa (la semaine des crêpes) est considéré comme une grande chance, car on la célèbre avec faste. Idem pour le laboratoire théâtral d’août Sviiajsk Artel : dans de courts délais, des metteurs en scène connus mettent sur pied des spectacles dans des lieux inattendus.

On peut se rendre à Sviiajsk depuis Kazan en transport fluvial pendant la période de navigation (mieux vaut acheter les billets à l’avance), en bus dans le cadre de visites groupées, ou en voiture : depuis Kazan par la route M7 en direction de Moscou, au croisement après le pont sur la Sviaga et le village d’Issakovo il faut prendre à droite et suivre le panneau « Nijnie Vyazovie, Sviiajsk », puis, au bout de 3,5 km, prendre à droite et suivre le panneau « Sviiajsk », pour finir par rouler sur encore 8 km. Un parking surveillé est ouvert juste avant l’île.

Horaires d’ouverture des musées de Sviiajsk :
du 1er novembre au 30 avril mar.-dim. 10h-17h
du 1er mai au 31 octobre lun.-ven. 9h-18h, ven., sam. 9h-19h.
pendant les vacances scolaires et les jours fériés 9h-18h, sans jour de repos

Sept heures à pied

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Pour arriver à Sviiajsk, il faut surmonter quelques dizaines de marches avant de se retrouver dans un endroit fabuleux avec vue sur les églises, l’eau et les villages environnants.

D’après les chroniques, l’histoire de Sviiajsk a commencé après une énième tentative infructueuse d’Ivan le Terrible de capturer Kazan. Le souverain décida alors de bâtir une base d’appui sur la colline Ronde à l’embouchure de la Sviaga. La forteresse fut d’abord érigée à Ouglitch, puis démontée et transportée en radeaux le long de la Volga. Elle fut construite en 28 jours. Quand le khan de Kazan eut vent de cette nouvelle, le siège avait déjà commencé, qui devait se finir par la prise de Kazan en 1552.

Dans les années 1930, les autorités soviétiques organisèrent une colonie de travail à Sviiajsk pour y détenir des prisonniers politiques, ainsi que des prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. En raison de la construction du réservoir de Kouïbychev dans les années 1950, Sviiajsk est devenue une île. A la même époque, elle a été classée site historique et culturel. Mais sa renaissance n’a eu lieu qu’au XXIe siècle. En 2007, une digue de huit kilomètres a été construite entre Sviiajsk et la rive gauche de la Sviaga, grâce à laquelle l’île est redevenue une presqu’île. Jusqu’à présent, des bâtiments profanes et des églises sont restaurés et de nouveaux musées apparaissent à Sviiajsk.

Iegor Aleiev/TASS

Le monastère est apparu en même temps que s’est formé le diocèse de Kazan en 1555. Il a été fondé par l’archimandrite Germain (Sadyrev-Polev), originaire de Smolensk et devenu plus tard archevêque de Kazan. Ce lieu de culte, tout comme le kremlin de Kazan, a été construit par les auteurs de la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux de Moscou, Postnik Yakovlev et Ivan Chiriaï. D’où son style pskovsko-novogorodien, complété au XVIIIe siècle par des éléments de baroque ukrainien (prêtez attention au bulbe de l’église de la Dormition).

Les édifices du monastère se cachent derrière des murs de pierre blancs érigés à la fin du XVIIIe siècle. La construction la plus ancienne est l’église-réfectoire Saint-Nicolas datant de 1556 et dotée d’un clocher de 43 mètres de haut.

Dans la cathédrale de la Dormition, élevée en 1561, les peintures intérieures sont particulièrement remarquables : il s’agit de fresques uniques en leur genre du XVIe siècle, représentant notamment Saint Christophe à tête de cheval. Les icônes de la cathédrale de la Dormition peuvent être vues à Kazan au Musée national des Beaux-Arts.

Le bâtiment de l’Archimandrite à deux niveaux, le bâtiment de l’école monastique et celui de la Fraternité, érigés aux XVIIe et XVIIIe siècles, font également partie de l’ensemble du monastère.

Après la révolution de 1917, le monastère abrita une prison du Guépéou-NKVD, une exploitation forestière et une colonie de soins psychiatriques de type fermé. Le lieu de culte ne fut rendu aux paroissiens qu’en 1997.

Iegor Aleiev/TASS

A l’origine, ces lieux virent la naissance du monastère masculin de la Sainte-Trinité, fondé en 1551. Les moines vinrent du monastère de la Trinité Saint-Serge près de Moscou. Catherine II le ferma en 1764.

A partir de la fin du XVIe siècle, le couvent féminin de Saint-Jean-le-Précurseur se trouvait à proximité. Ses premières constructions n’ont pas été conservées car elles ont brûlé dans un incendie en 1795. Après l’incendie, les bâtiments de l’ancien monastère masculin ont été donnés au couvent. De nos jours, ce territoire est le métochion du monastère masculin de la Dormition-de-la-Vierge-Marie.

C’est ici que se trouve la première église de Sviiajsk, l’église de la Trinité, érigée en l’espace d’une journée avec du bois d’Ouglitch et sans un seul clou en 1551. Selon la légende, Ivan le Terrible aurait prié ici avant son expédition militaire décisive à Kazan en 1552. A présent, elle constitue un exemple rare d’architecture religieuse en bois. En Russie, la seule église en bois plus vieille que celle de la Trinité se trouve au monastère de Mourom. Il s’agit de l’église Saint-Lazare, construite en 1390. Au XIXe siècle, l’église de la Trinité fut assez largement reconstruite et renforcée. Notamment, un nouveau toit, plus tard renforcé de fer, y apparut. Toutefois, l’intérieur de l’église, qui rappelle une isba russe, nous est parvenu presque intact, identique à la façon dont il avait été réalisé au XVIe siècle.

A côté de l’église se dresse la cathédrale Notre-Dame-de-la-Joie-de-tous-les-Affligés, construite intégralement en brique entre 1898 et 1906. Pendant la période soviétique, elle servait de hangar à légumes.

La troisième église, consacrée au vénérable Serge de Radonège, a été érigée en 1604. Les touristes sont particulièrement intéressés par une grande copie de la Trinité d’Andreï Roublev incluant les saints Serge de Radonège et Alexandre Svirski. Il y a également une tour de l’horloge datant de 1901.

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Complexe de reconstitution historique créé par des passionnés. Ici, se tiennent des batailles de chevaliers. Le club de reconstitution historique militaire nommé Soulitsa fait la démonstration d’armures, de costumes et d’armes de différentes armées et les visiteurs peuvent tirer à l’arc. On y trouve aussi un agréable salon de thé et un restaurant où la nourriture est cuite en plein air. 

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Le « faubourg des artisans » de Sviiajsk s’étend en ces lieux. On peut non seulement y acheter divers objets, mais aussi les fabriquer soi-même. Tous ceux qui le souhaitent peuvent assister aux ateliers d’artisans locaux. Les enfants peuvent faire de l’équitation. Le restaurant local propose des plats russes traditionnels.

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Ancien complexe de bâtiments étatiques construits entre 1838 et 1840. Ici, on peut voir une maquette reproduisant l’aménagement et les bâtiments de Sviiajsk, des copies de documents et de photographies, des trouvailles archéologiques, des peintures d’artistes inspirés par Sviiajsk et des maquettes de bateaux provenant des réserves du Musée de la flotte fluviale de l’Académie d’Etat du transport aquatique de la Volga. Il y a également de nombreuses informations sur les saints de Sviiajsk et le pont Romanov jeté sur la Volga, qui fut construit avec beaucoup de difficultés en 1913.

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Le plus récent musée de Sviiajsk se trouve dans la maison Medvedev-Brovkine. Bâtie en bois au début du XIXe siècle, elle comporte des colonnes et s’étend sur deux niveaux. Selon l’avis de certains historiens, le quartier général de la 5e armée de l’Armée rouge des ouvriers et paysans aurait été établi en ces lieux en 1918 et Léon Trotsky y aurait séjourné. Ce dernier était alors commissaire du peuple pour les Affaires militaires et président du Conseil révolutionnaire de la République soviétique. Se prendre en photo avec sa statue de cire, assise à une table, fait partie des incontournables. A côté de lui se trouve la statue de Larissa Reisner, commissaire de l’état-major général de la Marine, instructeur politique de la flottille de la Volga et, avant la révolution, poétesse et fidèle des salons décadents de Saint-Pétersbourg. Aux murs, il y a des actualités cinématographiques et des vidéos, une maquette d’une gare ferroviaire avec le train de Trotsky, une carte représentant le Front de l’Est de la Guerre civile et bien d’autres choses encore.

Lia Vetlugina/Welcome2018.com

Sviiajsk attire les peintres depuis longtemps. Certains y vivent, d’autres viennent y créer. Depuis 2014, leurs œuvres peuvent être admirées dans la salle d’exposition aménagée dans un château d’eau du XIXe siècle. 

Stanislav Krasilnikov/TASS

Église en bois datant de 1551 reconstruite en pierre dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Plus tard sont apparus un réfectoire et des chapelles en l’honneur de l’icône de Vladimir de la Sainte Vierge et du Grand-Martyr Georges de Lydda. De 1940 à 1993, l’église fut fermée. Elle a été rendue au culte. A l’intérieur, on trouve l’icône de Sviiajsk de la Vierge Marie et les icônes de Saint Serge de Radonège et du fondateur du monastère de la Dormition-de-la-Vierge-Marie, Saint Germain de Kazan, avec un morceau de sa dépouille.