Restaurants à visiter chaque jour

Alexandre Zelikov /ТАSS

Cette vraie cantine s’est cachée au dernier étage de GUM, ou il y a toujours de longues queues : des commerçants locaux, des étrangers curieux et des moscovites qui veulent ressentir le gout de leur enfance. Là-bas le modèle de l’alimentation soviétique standard est reconstitué : le plateau - la vaisselle - les plats - la caisse. Le sarrasin (la kacha russe) au jus, la salade « Vitamine », le bortsch à la moscovite, les boulettes à la kiévien, les pommes de terre avec les saucissons, la gelée aux fruits et les œufs, les blinis à la crème fraîche, le poivron farci, les pommes cuites, les boulettes aux carottes et aux betteraves. Il est à noter que cette cuisine est vraiment délicieuse : cela n’a rien à voir avec les cantines ordinaires ou on lésine sur tout. Quant au service, il est rapide et amical, ce qui est surtout agréable.

Le menu de la cantine est spécial lors des fêtes : par exemple, pour le jour du défenseur de la Patrie, on prépare des plats militaires (l’orge perlé au confit ou les pommes de terre aux concombres salés), et des blinis pour la fête de Maslenitsa.

Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

"Korchma Taras Boulba" est une chaine des restaurants qui correspondent parfaitement au statut « une boîte a côté». Chez Boulba l’ambiance est toujours chaleureuse, cosy et ouverte. Le repas ukrainien, presque artisanal, est servi dans les huguenots avec de la crème fraîche comme accompagnement dans les krynkas (les pots en argile traditionnels utilisés pour garder le lait).

Dans le menu il y a les bestsellers ukrainiens comme l’okroshka, la solyanka corsé à la viande, la salade de Transcarpatie, les boulettes à l’ail (pampoushki), la soupe aux petits pois avec des produits fumés artisanaux, l’uha de Dniepr (la soupe au poisson). Les pirozhki et pampoushki, les boulettes et pelmeni sont classés séparément dans le menu.

La viennoiserie à «Korchma Taras Boulba » est totalement artisanale, même la farine est produite sur place. Les petits déjeuners sont également bons, la kacha d’épeautre, la semoule aux pommes et caramel, les ratons au fromage villageois.

Alexandre Zelikov /ТАSS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Il n’y a pas beaucoup d’endroits à Moscou où on peut gouter la cuisine d’Odessa qui comprend le mélange original de la cuisine russe, juive, ukrainien et grec, même si depuis la période soviétique tout le monde aime tendrement les plats comme le bouveau, le vorschmack, les raviolis aux cerises et les noisettes à la pâte sablée et au lait évaporé. Les plats kaschers sont notés séparément dans le menu.

Dans ce restaurant tout est honnête, avec l’ambiance nostalgique. Les pâtes po-flotski, le confit et les cœurs du poulet à la crème fraîche sont servis sur une grande poêle. Le mulet ou la sandre sont servis tout de suite après sortie du four, enveloppés dans du papier ou dans une feuille d’aluminiums. Les infusions d’Odessa avec les gouts de raifort, de miel et de poivron, de mille-pertuis, d’ail et d’airelle rouge sont aussi de bonne qualité. Lors des fêtes ils sont servis comme compliment pour des grandes commandes.

Alexandre Zelikov /ТАSS

Une cave minuscule et discrète sur le tournement à Solyanka- c’est un repère pour les veilleurs, musiciens et étudiants. "Lyudi kak lyudi" c’est un endroit vraiment iconique, parce qu’il n’y a pas de changement dans le menu depuis 15 ans. Les gâteaux nourrissants (au poulet, aux aubergines, aux champignons, à la courgette et au fromage de chèvre, pour tout dire, le choix est riche), du porc rôti, des omelettes au rosbif et fromage, les ratons, la tarte aux myrtilles et les muffins aux carottes étaient là dès le début.

Les cocktails avec les numéros(le numéro 10) sont très désaltérants. Avant que le mot «smoothies» soit devenu populaire chez les bobos de la capitale, le mélange de baies dans des combinaisons très diverses (même avec du vin rouge et de l’amande râpé) existait déjà dans ce restaurant. Les barmans locaux sont adorés par les jeunes demoiselles sensibles pour leur habitude de déclarer tout haut leurs commandes.

Alexandre Zelikov /ТАSS

Le chef de la cuisine caucasienne dans ce restaurant, dont le nom est choisi en honneur du film classique du cinématographe soviétique, s’appelle Soslan Marshanov. On peut lui faire confiance puisque il est né à Kislovodsk, il a vécu à Yessentouki et il a travaillé dans des maisons de santé caucasiennes à Mineralnye Vody. Le cuisinier idéal, le vrai connaisseur de la cuisine caucasienne: la viande, le barbecue, les salades aux légumes saisonniers, les amuse-bouche nourrissants pour le vin et le marc.

Les plats du menu sont exactement comme dans le film de Gaidai, les têtes de suluguni, le barbecue, la verdure en buissons, les raisins sur les plats. De temps en temps il y a un menu saisonnier ou festif. Pour l’instant, par exemple, les plats soviétiques comme le bœuf- stroganov, les boulettes à la Kiev, la salade au bœuf et radis, la salade de betterave à la vinaigrette sont à l’honneur. Tous les plats sont préparés selon les normes GOST et le livre soviétique « De la nourriture délicieuse et bonne pour la santé », et ils sont donc très bons.

ginza.ru
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

La vraie hospitalité géorgienne règne dans tous les restaurants de la chaine «Jonjoli». Les salles cosys avec les bouquets de poivre sec qui pendent du plafond, les bouteilles pansues et les jaquelins au vin sur les étagères, les paniers tressés avec les fruits : tout cela rappelle une taverne accueillante de Tbilisi.

La règle principale du menu est «le plus simple, le meilleur». Les salades généreuses aux grands morceaux des tomates et la verdure à l’oignon, les salades aux noisettes, le bœuf au pain artisanal, le pkhali, le satsivi, le khatchapouri gourien a la forme d’un croissant charmant, les qutabs, le dolma, les boulettes artisanales. Les plats grillés comme les légumes, les kebabs, le saumon en broche, le barbecue et les pommes de terre grillées sont aussi bons.

Alexandre Zelikov /ТАSS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

La cuisine géorgienne, légèrement modifiée, qui caractérise la chaine «Hachapuri» c’est la soupe harcho assez piquante, hinkali pas seulement à la viande, mais aussi au saumon, aux pommes de terre, au fromage et aux champignons (c’est pourquoi le restaurant est respecté par les végétariens), l’adjapsandali chaud, le pkhali aux carottes et les salades très fraiches aux tomates et estragon ou aux betteraves et fromage artisanal.

Le menu comprend les meilleurs exemples de la cuisine géorgienne : le mtchadi, le barbecue au porc, le poulet chkmerski, les champignons cuits aux suluguni. Le madzoun frais avec du miel et baklava sont servis pour le dessert. À l’entrée il y a toujours des pommes fraiches, qu’on peut manger ou nourrir le talisman et favorite de ce restaurant - l’agneau Tolik.

Alexandre Zelikov /ТАSS

Le club, bruyant la nuit, un ancien point de rendez-vous des soirées de Moscou, "Propaganda" devient le jour un endroit calme et démocratique apprécié par plusieurs générations. 

Dans le menu principal il y a également beaucoup de plats délicieux : le steak à la sauce poivrée, la soupe de poisson de l’Inde du sud, le riz épicé au poulet et tomates confites, le fettucine artisanal au pesto artisanal, le calamar à la courgette et aubergines à la sauce de la cacahuète. La cuisine est ouverte jusque tard dans la nuit, donc tous ceux qui sont venus danser tôt peuvent aussi manger un morceau. Pour ces personnes dans le menu on propose les blinis et des beignets avec de la garniture entre saumon classique et sirop d’érable ou des bananes frites.