Cimetières historiques

Nikolay Galkin/TASS
Le cimetière Arménien a été fondé en 1805, à l'initiative du doyen de la communauté arménienne, Minas Lazarevitch, membre d’une famille respectée dans la capitale grâce à laquelle quatre églises à Moscou et l'Institut des langues orientales ont été construits. Le cimetière Arménien est empli de tombes monumentales et de pierres tombales datant de la fin du XIXème - début du XXème siècle, de ruelles sombres et d’une église-rotonde où sont ensevelis tous les membres de la famille Lazarev (la version russifiée de Lazarevitch). Les enterrements sont très rares dans le cimetière Arménien, il y a peu de monde ici et y règne le silence.
Nikolay Galkin/TASS
L'un des plus célèbres cimetières de Moscou a été fondé à la fin du XVIIème siècle pour servir de lieu d'enterrement pour les victimes de la peste. Avant l'épidémie de 1771, les morts étaient généralement enterrés dans les cimetières des monastères et des églises, les enterrements n'avaient pas un caractère de masse. Le comte Grigory Orlov s’affairant à la lutte contre la peste, a décidé d'organiser les enterrements de masse en dehors de la zone urbaine, y compris à Vagankovo. Au fil du temps, on a oublié de la peste et le cimetière Vagankovskoïe est entré dans la zone urbaine et est devenu le cimetière de la ville.

Au XIXème siècle, la ville s'est agrandie, le prix de la terre a augmenté, et ce cimetière est devenu le lieu de repos des honorables bourgeois comme le boulanger Ivan Filippov, réputé pour faire le meilleur pain de Moscou. Au XXème siècle, les grands artistes, athlètes et scientifiques ont commencé à être enterrés là. On y trouve les tombes des poètes Sergey Esenin et Vladimir Vysotsky, de l'artiste Vasiliy Surikov, du physiologiste Kliment Timiryazev, des footballeurs Edouard Streltsov et Lev Yashin et de beaucoup d'autres. Les pierres tombales ont été faites par les meilleurs sculpteurs et artistes et, aujourd'hui, le cimetière Vagankovskoïe est une belle nécropole couverte de chênes et de peupliers.
Nikolay Galkin/TASS
Le cimetière a été fondé à la fin du XIXème siècle près des murs du couvent Novodevitchi. C'est le lieu d'enterrement des maréchaux, des grands scientifiques, des artistes et héros du pays, la deuxième nécropole accueillant en son sein le plus de célébrités, après celle du Kremlin. Ici se trouvent les tombes des écrivains Nikolay Gogol, Anton Chekhov, Mikhail Bulgakov, des poètes Vladimir Mayakovsky et Denis Davydov, des princes Sergey Trubetskoy et Matvey Muravyov-Apostol, du chanteur Fedor Shalyapin, du réalisateur Sergey Eyzenshteyn, du peintre Isaac Levitan. Aujourd'hui, les enterrements sont très rares dans le cimetière Novodevitchi.
Старинное московское кладбище, основанное в конце XVIII века во время эпидемии чумы. Примерно в то же время неподалеку от погоста московские старообрядцы построили богадельню, приют и несколько часовен. Тогда же на кладбище стали появляться братские старообрядческие могилы, и очень быстро в этом месте возник маленький старообрядческий поселок. В конце XIX века на Рогожском стали хоронить московских купцов и фабрикантов – братьев Павла и Василия Рябушинских, Савву Морозова и фарфорозаводчика Матвея Кузнецова, а в середине XX века появились могилы горожан, расстрелянных во время репрессий. Сейчас это безлюдное место с торжественными архиерейскими могилами, богатыми купеческими саркофагами и старообрядческим Покровским собором, спроектированным Матвеем Казаковым.
Valeriy Charifulin/TASS
C’est la nécropole des nobles qui se trouve dans l'enceinte du monastère Donskoï et occupe presque la moitié des terres monastiques. Le cimetière n'a pas subi de restructuration ni de reconstruction à l'époque soviétique, c’est pourquoi il est resté tel qu’il était avant la révolution, avec les tombes des familles nobles et les magnifiques tombeaux envahis par le lierre. Au milieu du XXème siècle, les restes des tombes démolies avec les cimetières, les églises et les monastères y ont été transportés. Dix-huit tombes de ce cimetière sont classées parmi les objets culturels d'importance fédérale.