Galeries et salles d’exposition

Galerie de Frolov

La galerie Frolov est une réincarnation de la Galerie PARTner, qui existait jusqu'en 2006, créée par le galeriste Vladimir Frolov en partenariat avec son collègue Andreï Roudakov. Plus tard, Frolov a ouvert dans le Centre d'art contemporain "WINZAVOD" une galerie à son nom où sont exposées les œuvres d'artistes contemporains comme: Bogdan Mamonov, Raouf Mamedov, Klaoudii Roggué, Valeri Katsoub.

Serguéï Fadeïtchev/TASS
En passant devant le "Manège", le long de Mokhovaïa oulitsa (la rue Mokhovaïa) en direction du Théâtre Bolchoï, vous  accédez à la Guéorguievski pereoulok (la ruelle Guéorguievski), où se trouve l'un des bâtiments les plus légendaires du centre de Moscou : la première centrale électrique construite en 1888 par l'architecte Vladimir Cher - le cousin de l'écrivain Fedor Dostoïevski. De nos jours, le bâtiment abrite la salle d'exposition " Le Nouveau Manège " où y sont organisées différentes expositions et tout type d’événement allant des expositions de métiers traditionnels aux masters classes. 
Serguéï Fadeïtchev/TASS
La sculpture " Rabotchi i kolkhoznitsa " (L’ouvrier et la kolkhozienne) de 24 mètres de hauteur a été créée par Vera Moukhina spécialement pour le pavillon de l'Union Soviétique pour l'Exposition Universelle de Paris, en 1937. A la fin de celle-ci, le monument a été renvoyé à Moscou où il a été installé à l'extérieur de la porte nord du VDNKh, Le Centre panrusse des expositions. En 1998, la sculpture s’est trouvée au centre d’une performance remarquée dans l'art russe contemporain : les artistes et les architectes de Moscou ont habillé les statues du travailleur et de la kolkhozienne de salopettes aux couleurs du drapeau national de la Russie. En 2010, un musée à l’intérieur du piédestal rénové de la statue " L’ouvrier et la kolkhozienne " a été ouvert. Dans ce lieu, des pièces racontant l’histoire du projet de la sculpture, qui est devenue l’un des symboles de Moscou, y ont été recueillies. Le musée accueille fréquemment des expositions d'art d'avant-garde russe.
Serguéï Chakhidjanian /TASS
Cet espace d'exposition au cœur de Moscou se caractérise par le fait qu'il y a toujours du bruit ici, parce que "SOLIANKA VPA" permet aux visiteurs de voir des films d'animation amusants et des films documentaires de haute qualité. L’abréviation VPA dans le titre du centre d'exposition signifie " la vidéo, la performance, l'animation ". Les performances et l’art vidéo sont les principaux thèmes de "SOLIANKA VPA".
Vladimir Astapkovitch/TASS

Ce n'était pas facile pour Nina Gomiashvili, actrice de formation et galeriste par vocation, de trouver une maison permanente pour sa galerie de photos. En 2007, avec le commissaire d'exposition Irina Meglinskaïa, elle a ouvert la galerie privée "Pobeda Gallery" au Centre d'art contemporain "WINZAVOD". Elle a ensuite commencé à gérer la galerie, qui, à ce moment-là avait migré vers un autre quartier d’art populaire de Moscou : "Krasny Oktiabr’". A la fin de l'année 2012, la Galerie Pobeda s'est définitivement déplacée au troisième étage du grand magasin GUM, situé sur la Place Rouge, lui ajoutant une couche de vernis intellectuel. La Galerie offre au spectateur des photos intéressantes des auteurs nationaux et étrangers. L'une des expositions de grande envergure a été l'exposition de photos d'Ellen von Unwerth, l’ancienne modèle allemande.

Igor’ Koubedinov/ТАСС

La galerie "RIDJINA" (Regina) est basée dans le Centre d'art contemporain "WINZAVOD". Dans les années 1990, lorsque des endroits comme ceux-ci étaient peu nombreux à Moscou, un adepte de l'art radical, l'artiste Oleg Kulik, qui a ensuite fait parler de lui avec sa performance " l'homme-chien ", a travaillé dans la galerie "RIDJINA" pendant quatre ans. Kulik a été le directeur artistique de la galerie et ensuite un artiste. Dans les années 1990, "RIDJINA" a gagné de la notoriété parmi les amateurs d'art de Moscou grâce à son projet controversé " les léopards entrent dans le temple ", lorsque de véritables léopards se promenaient parmi les visiteurs. Semen Faïbissovitch, autrefois qualifié comme un artiste underground par les responsables de la culture soviétique, continue à présenter se œuvres à "RIDJINA". Les artistes de la "nouvelle vague" de Moscou adorent aussi avoir leurs expositions chez "RIDJINA".

TASS

Inauguré en 1996, le Centre Sakharov a porté, jusqu’en 2012, le nom de Musée et Centre Social Andrei Sakharov, du nom du célèbre physicien soviétique, académicien, militant des droits de l'homme et Prix Nobel de la Paix de 1975. Le Centre a été ouvert à l'initiative d’Elena Bonner, veuve de Sakharov. La plupart des expositions au Centre Sakharov sont, en réalité, des éléments de preuves historiques plutôt que des œuvres d'art. La collection du musée contient des œuvres d'artistes qui ont été des victimes des persécutions staliniennes, ainsi que des travaux fabriqués par des prisonniers des Goulags. Une section permanente de l’exposition du musée du Centre Sakharov comprend des documents qui témoignent de la répression politique dans l’Union soviétique entre les années 1918-1956. Les archives personnelles de Sakharov en personne, représentant un pan entier de l'histoire soviétique, sont conservées ici.

Serguéï Savost’ianov/TASS
Au début des années 1990, les autorités municipales ont décidé de démanteler tous les monuments de l'époque soviétique et de les placer dans une zone derrière la Maison centrale des Artistes. Avec l’accroissement des sculptures modernes, peu à peu le parc s'est transformé en un musée en plein air. Aujourd’hui, cet endroit est très populaire parmi les représentants de la classe créative de la capitale. "MOUZEON" est le plus grand espace artistique de Moscou : sa superficie atteint 24 hectares. "MOUZEON" accueille des événements de tous genres : des expositions de fleurs à des récitations de poésies, des spectacles de théâtre expérimental à des concerts de musique électronique. "MOUZEON" a son propre théâtre, populaire parmi les fans de l’art d’essai, un cinéma et une bibliothèque digitale. Il offre des masters classes gratuits. Quand il fait chaud, vous pouvez parfois voir des gens danser la salsa ou le Cha-cha-cha dans le parc, ce sont des débutants qui perfectionnent leurs techniques.
Mikhaïl Djaparidze/TASS

ARTPLAY et WINZAVOD, situé de l'autre côté de la rue, auraient pu être des concurrents dans la lutte pour attirer les artistes et les visiteurs. Mais ils ont passé un accord. ARTPLAY a choisi de s'imposer en tant que centre de design, mettant l'accent sur l'architecture et le design d'intérieur. En vertu de cette idée, les créateurs d'ARTPLAY ont ouvert des magasins spécialisés, pour vendre à peu près tout ce dont un designer pourrait avoir besoin. Cependant, l'espace du centre créatif d'ARTPLAY est utilisé non seulement pour le commerce mais aussi pour des expositions. Ainsi, l'exposition " Van Gogh. Les toiles revivantes ", qui se composait des installations interactives basées sur des peintures de Van Gogh, a attirée beaucoup de visiteurs. En 2016, l’expérience a été répétée : avec des expositions multimédias similaires basées sur les œuvres de Monet et Cézanne. En 2017, a été mis en œuvre avec succès l'exposition " Michel-Ange. La création du monde ", où les fresques légendaires de la Chapelle Sixtine sont venues à la vie sur des écrans géants. 

Maksim Novikov/TASS

M'ARS" est l’un des premiers complexes d’exposition postsoviétique à Moscou. Ouvert en 1988, il a mené une existence sans interruption jusqu'en 2015, exposant l'art moderne, accueillant, chaque printemps, le festival de bande dessinée " la Commission " et poursuivant son projet M'ARSovo Polye (le Champ de Mars) pour soutenir les jeunes artistes. Au début de 2015, la direction du centre a décidé de reformer complètement l'espace d'art et de se concentrer sur les performances audiovisuelles. Les conservateurs de MARS ont inventé un " labyrinthe interactif " où les installations interactives viennent à la vie au toucher d'un doigt. Pour de tels projets, le Centre d'exposition invite les artistes non seulement de la Russie, mais aussi de la France. 

Artem Guéodakian/TASS

Le Centre de photographie des frères Lumière, connu par les Moscovites sous le nom de " Musée des frères Lumière ", a été ouvert en 2010 à l'intérieur de l'ancienne usine de bonbons "Krasny Oktiabr’" (Octobre Rouge), aujourd’hui le quartier artistique d’avant garde de la capitale russe. Le Centre de photographie des frères Lumière abrite souvent des expositions de photographie soviétique, où, par exemple, sont exposées les photos du vieux Moscou. Mais la plupart des visiteurs du Centre sont des jeunes, qui connaissent un Moscou différent, avec des gratte-ciel, de nouveaux bâtiments et un grand monument à Pierre I, établi sur un coin du fleuve Moskova, où se trouve le hall d'exposition. 

Viatcheslav Prokofiev/TASS

Si vous êtes sur Mokhovaïa oulitsa (la rue Mokhovaïa), l'une des rues centrales de Moscou près du Kremlin, vous ne pouvez pas manquer le bâtiment Manège, construit dans le style Empire en 1817 sur ordre de l'Empereur Alexandre Ier. Le bâtiment abrite la salle d'exposition "Manège Central" regroupant sous le même nom un musée et la salle d’exposition, intégrant également la salle d'exposition  "Le Nouveau Manège " et le musée et centre d'exposition " Rabotchi i kolkhoznitsa " (L’ouvrier et la kolkhozienne). Le "Manège Central" accueille des spectacles d'art moderne russes et internationaux, y compris la Biennale d'art moderne de Moscou.

Mikhaïl Mettsel’/TASS

Comme l'expérience du fondateur du musée " Garage " Dar’ia Joukova nous l’enseigne ; il faut de grandes entreprises pour promouvoir l'art moderne aux masses. Sof’ia Trotsenko - l'épouse du milliardaire russe Roman Trotsenko - a construit le centre sur le site de l'ancien établissement vinicole à Syromyatniki, et l'a transformé en un centre d'art contemporain portant le même nom. Aujourd'hui, "WINZAVOD" comprend environ une douzaine de galeries d'art, ainsi que l'atelier d’Aïdan Salakhova, dont le nom est bien connu sur le marché international d'art. En-dehors de nombreux vernissages et festivals, "WINZAVOD" propose des masters classes pour les artistes débutants.

Serguéï Bobylev/TASS

La Galerie Gary Tatintsian est l'un de ces endroits où l'art peut être apprécié dans la solitude. Sauf pour la Nuit des musées, il n’y a jamais trop de monde ici. Gari Tatintsian, qui avait émigré avec ses parents de l'Union Soviétique en Allemagne, a ouvert en 1989 sa galerie à Berlin, où il y expose des œuvres d'artistes russes : comme Il’ia Kabakov et Vladimir Nemoukhine, puis plus à New York. Dans sa galerie de Moscou, Gari Tatintsian a soigneusement conservé l'intimité qui caractérise des espaces similaires à Manhattan ou que l’on retrouve dans les ruelles adjacentes à Oxford Street, à Londres. Ce petit espace artistique magnétise les artistes modernes, connus seulement par quelques connaisseurs.

Anton Novoderejkine/TASS
La Maison de la photographie de Moscou, qui se transformera plus tard en MAMM, a ouvert ses portes dans la capitale russe en 1996, lorsque l'art de la photographie était en train de revivre. Le musée a été fondé sur l'initiative d'Olga Sviblova, cinéaste documentaire et conservateur de grandes expositions d'art russe à l'étranger - en France, en Autriche, en Finlande et dans d'autres pays. Le musée organise de nouvelles expositions tout le temps, y compris des installations vidéo et des expositions d'œuvres en utilisant les nouvelles technologies, ce qui attire beaucoup de visiteurs. МАММ organise aussi des expositions itinérantes.

Serguéï Fadeïtchev/TASS

Le Centre National des Arts Contemporains est la Mecque de l'art socialiste de Moscou. Ici vous trouverez presque 4 700 pièces: peintures, graphismes et sculptures. Le Centre National d'Art Contemporain se positionne comme une plate-forme qui montre le travail des artistes dans le style de l’art moderne. Vous trouverez ici une vaste médiathèque avec des matériaux textuels et visuels soit sur l’art socialiste soit sur l'art contemporain. 

Maksim Chemetov/TASS

L'un des fondateurs de la galerie " Proun ", située dans le centre d'art contemporain "WINZAVOD" est Marina Lochak, l'actuel directeur du Musée d’État des Beaux-Arts nommé d'après Pouchkine. Elle est connue en tant que conservateur d'expositions de l'avant-garde russe. Dans la galerie "Proun " ont été présentées les œuvres d'artistes de cette tendance - comme Kazimir Malevitch, son élève Konstantine Rojdestvenskiï, David Iakerson et d'autres. " Proun " a accueilli une exposition du primitiviste géorgien de la fin du 19ème siècle - début du 20ème siècle, Niko Pirosmani. L’Avant-garde russe est maintenant la spécialisation principale de la galerie.

TASS

Les fondateurs de Triumph Gallery, Emelian Zakharov et Dmitry Khankin,  dès le début du projet, étaient déterminés à choquer et à surprendre le public. Par exemple, en 2007, un an après l'ouverture de la galerie, les partenaires ont invité les célèbres artistes britanniques controversés, les frères Jake et Dinos Chapman. Dans "le Triomphe" sont exposées des alliances créatives, telles que AES + F, des icônes médiatiques telles que la présentatrice télé et créatrice de mode Aleksandra Vertinskaïa, la petite-fille du célèbre chanteur Aleksandr Vertinskiï, ainsi que des artistes moins connus voire totalement inconnus. Ainsi, dans la galerie vous pouvez voir les œuvres de Thanatos Banionis : c’est le pseudonyme d'un groupe d'artistes qui cachent leur nom et, pour ajouter du mystère à l'énigme, aussi leurs visages. Toutes leurs œuvres, en effet, sont le fruit d'un cerveau collectif.  Ou prenez, par exemple, Elena Tratlina, débutante dans l’espace artistique de Moscou, qui expose dans "le Triomphe" ses œuvres réalisées selon la technique de l'estampage des feuilles d'or, qu'elle a maîtrisé en Italie.

Artem Guéodakian/TASS
Le bâtiment de la Maison centrale des Artistes (MCA) a été construit sur l’oulitsa Krymski val (la rue Krymski val) en 1964. Au début des années 1980, s’y déroulaient des expositions d'artistes français, comme le couturier Yves Saint-Laurent et le photographe Henri Cartier-Bresson. La Maison centrale des Artistes a aussi organisé une exposition d'œuvres de Salvador Dali, ce qui était un véritable " vent de changement " pour les moscovites. Aujourd'hui, la Maison centrale des Artistes est un espace créatif qui accueille des expositions, des concerts, des spectacles et d'autres événements importants. En 2006, a eu lieu ici le Festival international du livre ouvert de Moscou. Aujourd'hui, la Maison centrale des Artistes est la plate-forme principale du festival New Culture Fest, qui réunit artistes, architectes, designers, musiciens et cinéastes qui utilisent les nouvelles technologies dans leur art. La Maison centrale des Artistes accueille des vernissages où les œuvres d'artistes de l'époque soviétique sont présentées.