Itinéraire. Oulitsa Bolshaya Pokrovskaya

La principale rue piétonne de Nijni Novgorod - Bolshaya Pokrovskaya ou Pokrovka - relie les places du centre - la Plochtchad’ Minina i Pozharskogo et la Plochtchad’ Gorkogo - et constitue le cœur de la vie urbaine. Elle est toujours noire de monde : dans les magasins de souvenirs, les touristes choisissent des matriochkas de Semenov ou des pains d’épice de Gorodets, quant aux étudiants, ils sèchent les cours dans les cafés, les spectateurs se dépêchent pour ne pas rater les premières au théâtre... Pour ressentir le charme tranquille de la vieille ville, bifurquez dans les cours intérieures de Pokrovskaya ou dans les rues environnantes.

1 à 2 heures à pied (environ 2 km)

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Au début de la Oulitsa Bolshaya Pokrovskaya, face au square de la Plochtchad’ Minina i Pozharskogo, la sculpture d’un sergent de ville en uniforme du XIXe siècle accueille les visiteurs. Ce n’est pas le seul résident en bronze de cette époque dans la Oulitsa Pokrovka : tout le long de la rue, vous rencontrerez un cireur de chaussures, un photographe et son petit chien, un couple amoureux, un postier, un majordome, un petit violoniste... Ce dernier se voit régulièrement dérober son archer et les plus populaires auprès des touristes, si l’on en juge l’usure, sont le monument à l’acteur Evgueni Evstigneïev (diplômé de l’école de théâtre locale), qui a l’air d’avoir tout juste pris place sur un banc près du théâtre d’art dramatique, et la sculpture de la chèvre joyeuse, nommée en l’honneur du festival de saynètes éponyme.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Le bâtiment sis au n° 1, dont la façade donne sur la Plochtchad’ Minina, fut construit au début du XXe siècle sur les deniers du marchand Nikolaï Bougrov. Il offrit cette luxueuse propriété au parlement municipal à condition que l’édifice n’accueille aucun établissement récréatif (le négociant était un vieux-croyant ardent). Cette bâtisse fut baptisée Palais du Travail à l’époque soviétique et des syndicats occupèrent les lieux jusqu’au début des années 2000, avant qu’elle ne soit transférée à la Cour de justice régionale. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Cette propriété éclectique à deux bow-windows, richement ornée de moulures, appartint aux Frolov, dynastie de marchands de Nijni Novgorod, jusqu’à la révolution de 1917. Ils possédaient en ville une usine de vodka et des caves à vin. Le bâtiment fut bâti pour servir de maison de rapport. Le rez-de-chaussée a toujours abrité de nombreux petits commerces, dont l’un, qui vend des poissons et des fruits de mer, est considéré comme légendaire : il n’a pas changé de spécialité depuis le début du XXe siècle.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

La petite maison à colonnes qui lui fait face est la plus ancienne de la rue piétonne.  Au XIXe siècle, elle appartenait au négociant Mikhaïl Kostromine. C’est lui qui passa commande au maître mécanicien Ivan Koulibine d’une montre en forme d’œuf de canard pour l’offrir à Catherine la Grande. De nos jours, cette bâtisse abrite un théâtre étudiant où les étudiants de l’école théâtrale locale Evgueni Evstigneïev mettent en scène des spectacles. Un élément intéressant de la façade, des chats en bronze chassant des pigeons, est apparu à notre époque.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Cet immeuble discret du côté gauche de la rue, doté d’une grande vitrine et d’une vieille enseigne, appartenait au graveur Mikhaïl Sverdlov, père de Iakov Sverdlov, compagnon de route de Vladimir Lénine né à Nijni Novgorod. La Oulitsa Pokrovka portait son nom à l’époque soviétique. A présent, ce bâtiment abrite une exposition d’impressions et de gravures. Y compris depuis la rue, on peut bien voir comment tout cela était agencé à l’époque des Sverdlov. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

La petite place devant le joli théâtre d’art dramatique Maxime Gorki est l’endroit où se tiennent traditionnellement concerts et festivals estivaux. Il est particulièrement agréable d’écouter la musique assis en terrasse de l’un des nombreux cafés bordant la place. Depuis le théâtre d’art dramatique, le long de la Oulitsa Piskunova, s’étalent des demeures bâties à la charnière des XIX et XXe siècles, dont l’une abrite le Musée de la Photographie.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Juste derrière le théâtre d’art dramatique se trouve le quartier tranquille de Lykova Damba. Si vous en avez assez de la Oulitsa Pokrovka et de sa foule de promeneurs, tournez ici et allez jusqu’au bord du ravin surplombant la descente Zelenskiy. Sur la façade d’une des propriétés, ne manquez pas de chercher le monument dédié aux petites annonces, une petite stèle avec des talons détachables proposant d’échanger une enfance anglaise contre une enfance en Russie. Il est possible de retourner dans la Oulitsa Pokrovka en passant près de la maison-musée Nikolaï Dobrolioubov, célèbre critique littéraire du XIXe siècle. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Lykova Damba donne sur une grande propriété à colonnes de style classique. Elle héberge de nos jours le Palais de la culture Iakov Sverdlov et sa multitude de cercles et d’ateliers pour enfants. Au XIXe siècle, elle accueillait l’Assemblée de la noblesse, organisant des bals et invitant des personnalités de premier plan. Parmi ces derniers se trouva notamment le poète Alexandre Pouchkine, s’étant rendu une seule et unique fois à Nijni Novgorod à l’invitation de son gouverneur en 1833. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Un peu plus haut dans la Oulitsa Pokrovka se trouve le bâtiment de la Banque d’Etat (« Gosbank »). Il a été construit par l’architecte de la cour impériale Vladimir Pokrovski dans le style d’un vieux terem russe pour l’anniversaire des 300 ans de la maison Romanov en 1913. Nicolas II assista à l’inauguration. Ces lieux abritent de nos jours la direction locale de la Banque de Russie. Plusieurs fois par an, elle organise une journée portes ouvertes, ce qui permet à tous ceux qui le désirent d’apprécier les vieux intérieurs conservés (par exemple, un poêle en faïence fonctionnel dans le bureau du directeur) et des fresques réalisées sur la base d’esquisses d’Ivan Bilibine sur des plafonds voûtés. L’horloge de la tourelle installée à droite de l’entrée de la banque est également apparue en 1913. Les employés de la banque continuent de la remonter à la main régulièrement. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com
En haut de la rue à droite, il y a des boutiques de souvenirs et un vernissage de rue de peintres qui font ressembler la Oulitsa Pokrovka à l’Arbat moscovite. Il est possible d’y acheter les œuvres déjà prêtes de peintres locaux et de commander son propre portrait.
Pavel Novikov/Welcome2018.com

Derrière les grilles du vernissage se trouve le bâtiment de la faculté des sciences naturelles et celles de philologie et des finances de l’université de Nijni Novgorod. A l’origine, cet endroit accueillait la realschule de Vladimir, l’un des meilleurs établissements d’enseignement secondaire de la Russie à la fin du XIXe siècle, nommé en l’honneur du frère d’Alexandre III, le grand-duc Vladimir, présent lors de son inauguration. Près du monument à l’académicien soviétique Nikolaï Bogolioubov (né et élevé à Nijni Novgorod), devant le bâtiment éducatif, il y a toujours beaucoup d’étudiants bruyants. La vieille salle des actes de l’université est réputée pour sa bonne acoustique : on y tient souvent des concerts de musique de chambre. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

L’Aiglon (« orlenok ») est construit à l’emplacement du plus vieux cinéma de Nijni Novgorod, le Palace, dont les premières séances furent données en 1912. Aujourd’hui, c’est le seul endroit de la ville à passer régulièrement des films qui ne s’adressent pas au grand public : festivals de cinéma, courts-métrages et productions étrangères sans traduction. En outre, depuis l’époque soviétique L’Aiglon reste spécialisé dans le cinéma pour enfants : des classes entières s’y rendent pendant les vacances pour assister à des festivals de dessins-animés et à des projections spéciales. 

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Malgré l’apparition récente de nombreuses boutiques de souvenirs, « Métiers d’art » conserve son statut de principal magasin pour touristes. Ici, il n’y a toujours pas de libre-service et par conséquent on peut admirer les vitrines garnies de coffrets laqués, de matriochkas peintes, de services à thé fleuris rebondis et de nappes brodées comme dans un musée. Ce lieu rassemble non seulement des productions d’artisans de Nijni Novgorod (pain d’épice de Gorodets, filigrane de Kazakovo, ustensiles de cuisine de Khokhloma et autres), mais aussi d’artisans d’autres régions du pays : il y a des rayons avec des jouets de Dymkovo, des céramiques de Rostov, de la porcelaine de Gjel et foulards de Pavlovski Possad. A l’approche du Nouvel An, « Métiers d’art » organise une vente-exposition de jouets en bois de pin faits à la main par des artisans de la fabrique Ariel de Nijni Novgorod et le magasin se transforme en un gros cadeau. Au premier étage se trouve un Musée des Métiers d’art et, au troisième, un Musée technique où sont exposés de vieux outils et du matériel divers.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

A l’intersection des Oulitsa Pokrovka et Zvezdinka se dresse le très reconnaissable bâtiment de la Maison des communications dont la façade donne sur la Plochtchad’ Gorkogo. Pour les habitants de Nijni Novgorod, ce monument emblématique du post-constructivisme soviétique aux riches bas-reliefs est associé à l’époque où les communications téléphoniques n’étaient pas accessibles au grand public. C’est précisément ici qu’on venait pour avoir des conversations longue distance et envoyer des télégrammes. L’édifice a conservé sa fonction de télécommunication et abrite les bureaux locaux de Rostelekom. Dans le square d’en face, l’un des principaux sapins de Noël de la ville est installé.