Théâtres

Pavel Novikov/Welcome2018.com

Le premier théâtre publique de la ville est apparu en 1798 : la troupe, formée de serfs, fut déplacée par le duc Nicolas Chakhovskoï depuis sa propriété de Ioussoupov, en banlieue de Moscou, pour divertir ses hôtes. Dans cette optique, on modifia alors une des propriétés de Nijni Novgorod du duc où l’on jouait des spectacles dramatiques, des opéras et des ballets.

Le bâtiment actuel du théâtre est l’un des plus beaux de la ville, construit en 1896. Son emplacement, sur la rue principale Bolchaïa Pokrovskaïa, fut choisi personnellement par Nicolas Ier, ce qui a fait qu’on a longtemps appelé le théâtre « Nicolas ». La construction, selon les plans de l’architecte en chef des théâtres impériaux Viktor Chreter, fut payée par le marchand de Nijni Novgorod Nikolaï Bourgov. On inaugura le nouveau théâtre avec l’opéra de Mikhaïl Glinka, Une vie pour le tsar, avec le jeune Fiodor Chaliapine dans le rôle principal. Plus tard, le théâtre devint dramatique. Son essor est lié au nom du metteur en scène et comédien Nikolaï Sobolchtchikov-Samarine, qui mit un enthousiasme incroyable dans la promotion du système Stanislavski en province.

Le théâtre prit le nom de Maxime Gorki à l’époque soviétique, et ce n’est pas un hasard : au fil des ans, sur la scène du théâtre dramatique de Nijni Novgorod, toutes les pièces de l’écrivain ont été jouées, ce qui est en soi un record mondial.

De nos jours, le répertoire du théâtre est principalement classique (avec notamment deux pièces de Gorki), mais la troupe n’a pas peur d’expérimenter la dramaturgie moderne (il y a des pièces de Ray Cooney et Piotr Gladiline à l’affiche), et des metteurs en scène de la capitale y sont invités. Ainsi, Valeri Sarkissov a mis en scène une dizaine de spectacles à Nijni Novgorod, parmi lesquels La Cerisaie et Oncle Vania de Tchekhov, Vadim Dantsiger - Les Petits bourgeois de Maxime Gorki, Karen Nersissian - La Nuit des rois de Shakespeare, Elena Nevejina - le drame Paul Ier de Dimitri Merejkovski.

Tous les deux ans, la scène du théâtre accueille le festival de théâtre russe Maxime Gorki, et une fois par an le concours théâtral ouvert Evgueni Evstigneïev (illustre comédien soviétique, élève de l’académie théâtrale de Nijni Novgorod).

 Pavel Novikov/Welcome2018.com
Le théâtre fut fondé en 1947 et a emménagé dans le luxueux bâtiment actuel en l’an 2000. Près de l’entrée du théâtre se trouve une statue de la muse de la comédie, Thalia. C’est l’un des plus jeunes théâtres de la ville, il s’efforce d’honorer cette réputation et de rester dynamique : il y a beaucoup de pièces de dramaturges modernes dans son répertoire, le théâtre fait confiance à des metteurs en scène débutants, notamment à certains qui ont fait leurs débuts professionnels entre les murs de la Comédie. Dans le même temps, le théâtre invite aussi des artistes expérimentés. Cela fait plusieurs années que la Comédie collabore avec le metteur en scène moscovite Valeri Beliakovitch : il y a mis en scène Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, Un Village de fous de Neil Simon, Le Suicidé de Nikolaï Erdmann et d’autres spectacles. Quant à la professeur de l’Académie russe des arts du théâtre, Irina Promptova, elle y a mis en scène les spectacles littéraires L’Oiseau bonheur, inspiré de nouvelles d’Anton Tchekhov et Nous vivions alors sur une autre planète adaptée d'œuvres d’écrivains russes émigrés. Quelques années plus tard le théâtre a élargi son répertoire : le metteur en scène et producteur Kim Breitburg y a joué sa comédie musicale Leonardo pour la première fois. Aujourd’hui, son Casanova est à l’affiche, ainsi qu’une mise en scène maison de Roux, honnête, amoureux.
Pavel Novikov/Welcome2018.com

Le bâtiment actuel du théâtre a été construit en 1935 à l’emplacement de la Maison du peuple, théâtre ouvert à tous et salle de concert, pour la construction de laquelle Maxime Gorki et Fiodor Chaliapine avaient récolté des fonds entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle après être devenus amis à Nijni Novgorod. En 1937, après avoir fini l’Académie russe des arts du théâtre, le futur grand directeur d’opéra russe Boris Pokrovski fut envoyé au théâtre d’opéra et de ballet Gorki (metteur en scène principal du Bolchoï en 1952, de 1955 à 1963 et de 1970 à 1982, en 1972, il fonda le Théâtre de musique de chambre de Moscou et resta son directeur artistique jusqu’à la fin de ses jours). Il mit ici en scène son premier spectacle, l’opéra Carmen, et y travailla jusqu’en 1943. Dans les années 1980, le théâtre devint l’un des premiers de Russie à jouer des représentations hors les murs : L’opéra L’Enchanteresse, de Piotr Tchaïkovski, fut joué sous les remparts du kremlin de Nijni Novgorod, l’opéra Ivan Soussanine de Mikhaïl Glinka dans le monastère Ipatiev à Kostroma, patrie du héros. Aujourd’hui, tout en perpétuant les traditions académiques (le répertoire compte les opéras Ivan Soussanine et La Dame de pique, les ballets Le Lac des Cygnes et la Belle au bois dormant, Peer Gynt) le théâtre explore de nouvelles pistes de développement. Ainsi, en 2014 a eu lieu la première représentation de l’opéra comédie musicale Coco Chanel, les pages d’une vie, dont la musique a été écrite par le recteur du conservatoire de Nijni Novgorod, Edward Fertelmeïster. Et en 2015, Ilia Mojaïski, metteur en scène du Théâtre musical de Moscou K. Stanislavski - V. Nemirovitch-Dantchenko joua sur la scène de Nijni Novgorod l’opéra Les Cosaques du compositeur daghestanais contemporain Chirvani Tchalaïev.

Depuis près de 50 ans, la scène du théâtre accueille une fois par an le Festival artistique d’opéra et de ballet de toutes les Russies « L’Automne de Boldino », et depuis cinq ans, à la fin de chaque saison, le festival d’opérette et de comédie musicale Mon boulevard préféré. Les artistes du théâtre participent aux concerts des « Soirées près de la cheminée » dans le bâtiment du musée d’art sur le quai Verkhnie-Voljskaïa.

Pavel Novikov/Welcome2018.com

La philharmonie de Nijni Novgorod se situe dans la salle de concert du kremlin, c’est la salle de concert principale de Nijni Novgorod et l’un des centres de la vie musicale russe. C’est en ces lieux que Mstislav Rostropovitch (la philharmonie porte son nom depuis 2004) organisa en 1962 le premier festival de musique moderne d’URSS, sensationnel pour l’époque et dans le cadre duquel eut lieu un festival des œuvres de Dmitri Chostakovitch (le seul du vivant du compositeur), ainsi que le premier festival au monde consacré à l'œuvre d’Alfred Schnittke. Rostropovitch mania la baguette pour la première fois à Nijni Novgorod, quant à Chostakovitch il dirigea une fois l’orchestre symphonique de la philharmonie sur cette scène. Cet orchestre légendaire compte plusieurs premières illustres à son actif : il lança plusieurs œuvres d’Aram Khatchatourian, Tikhon Khrennikov, Rodion Chtchedrine, Gueorgui Sviridov et autres compositeurs modernes. A différentes périodes, des grands noms tels qu’Heinrich Neuhaus, Sviatoslav Richter, David Oïstrakh et Galina Vichnevskaïa se produisirent avec l’orchestre. Sous la direction du directeur artistique actuel Alexandre Skoulski, l’orchestre a fait le tour du monde en tournée et accueille une fois par an de fameux musiciens étrangers.

Aujourd’hui, l’événement musical le plus important dans la vie de la philharmonie est le Festival artistique international A. D. Sakharov « L’Art russe et le monde », qui a lieu tous les deux ans depuis plus de vingt ans. C’est le premier festival de Russie à avoir été recensée par l’Association européenne des festivals de l’UNESCO, qui unit des événements semblables de 56 pays. Les invités traditionnels du festival Sakharov sont Vladimir Spivakov et son orchestre Les Virtuoses de Moscou, Iouri Bachmet et ses Solistes de Moscou, le Quatuor Borodine ainsi que le pianiste Denis Matsouïev. Les billets pour les concerts du festival se vendent dès les premiers jours de mise en vente. En outre, depuis 1958 la philharmonie mène une fois par an une campagne caritative, quand pendant plusieurs semaines sont organisés des concerts symphoniques gratuits. Autre grand événement caritatif, le festival annuel des Nouveaux noms, destiné aux jeunes musiciens, qui accorde des bourses aux vainqueurs.

 Pavel Novikov/Welcome2018.com

Les premiers professeurs du conservatoire, inauguré en 1946, étaient des musiciens issus des conservatoires de Moscou et de Leningrad. Dans les années 1970, certaines œuvres d’Alfred Schnittke ont été jouées pour la première fois, de la musique religieuse de Sergueï Rostropovitch, de Pavel Tchesnokov, d’Alexandre Kastalski, et des morceaux de compositeurs occidentaux. Aujourd’hui, le conservatoire fait partie des principales écoles musicales du pays (des étudiants venus de différentes régions de Russie, du Japon, de Syrie, du Danemark, de France, des États-Unis, de Chine et de Jamaïque y étudient, soit plus de 700 personnes par an), et fait également office de salle de concert d’importance fédérale. En 1960, un orgue fabriqué par l’artiste allemand Alexander Schuke a été installé dans la Grande salle de concert. Jusqu’à présent, on y organise régulièrement des festivals de musique d’orgue et il y a des abonnements pour les cycles de soirées d’orgue. Le conservatoire accueille de nombreux festivals de musique classique, religieuse, populaire, donne des concerts de ses professeurs et étudiants (les concerts faisant partie de l’évaluation académique des élèves sont accessibles gratuitement) et invite des musiciens des villes européennes et asiatiques jumelées, par conséquent des manifestations s’y tiennent presque tous les jours.

En sortant d’un concert, prêtez attention au petit remblai de terre herbeux près des affiches du conservatoire, le long de la rue Piskounova : ce sont des restes des fortifications médiévales de la ville, préservés depuis le XVIIe siècle.