Restaurants de cuisine nationale

Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Les habitués du grand café Rafinad l’affirment : les meilleurs et les plus copieux des petits-déjeuners de la ville sont servis ici et nulle part ailleurs. Le choix est très satisfaisant : syrniki, omelettes, pâtés et hits indémodables, tels que les olady et la bouillie de semoule Gouriev avec des noix sous une crème brûlée à la mangue. Tout cela peut être accompagné de lait, de cacao, de chocolat chaud ou de l’une des variétés de la vaste carte des cafés. La carte principale est orientée vers la cuisine méditerranéenne traditionnelle. Belles salades aux légumes frais et boulettes de fromage, potage aux épinards avec œuf poché, daurade grillée, boulettes de lapin et risotto de sarrasin. Une section distincte bienvenue est dédiée aux cocktails lactés et vitaminés, particulièrement appréciés par les enfants.

Mikhaïl Mordassov/TASS

La chaîne de restaurants japonais Osaka offre une atmosphère paisible, car on y considère que le calme est ce qui est le plus indispensable aux habitants de la mégalopole.

On vient à Osaka pour déguster des rolls : ici, le rapport qualité-prix est idéal et le choix toujours très large : plus de 60 types, notamment les habituels California, mais aussi des rolls rôtis, doux ou façon tempura. Les plats japonais traditionnels sont également bien cuisinés : soupe sukiyaki, bateru (langue de veau aux champignons et au riz à la sauce sifudeo), rôti à la japonaise avec des légumes et du poulet dans une sauce gyuniku. Il y a également une carte européenne qui inclut des pizzas, des burgers, mais aussi une bonne sélection de plats grillés.

Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Le café italien Manjo se trouve au rez-de-chaussée de l’hôtel Attache, à deux pas de la rue piétonne Pouchkine, la principale de Rostov-sur-le-Don. Le décor de Manjo est conçu dans un style classique. Dans l’attente de leur commande, les clients peuvent admirer le plafond, orné de peintures dans des cadres massifs.

A la carte, on trouve tous les types de pâtes et de risottos nécessaires et des hors-d’œuvre chauds. Large assortiment de plats de viande et de poisson de la cuisine méditerranéenne (italienne surtout) contrebalancés par quelques sortes de steaks américains classiques.

mamadonna.ru
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

La chaîne de cafés italiens Mama Donna est une option appropriée pour un petit-déjeuner, un déjeuner ou un dîner en famille. Un menu particulier et assez large, ainsi qu’une salle de jeux ont été prévus pour les enfants. Le décor est également propice aux repas en famille : couleurs vives et chaudes, joyeuses et chaleureuses.

La carte principale propose un large choix de pizzas, classiques ou originales, dont une excellente variation avec des champignons sauvages, ainsi que du thon et des oignons. S’agissant de l’apéritif, nous recommandons les crostini (une bruschetta en définitive), tranches de pain grillé recouvertes de diverses garnitures : poivrons marinés, tomates confites ou jambon de parme. Parmi les plats chauds, les spaghettis aux fruits de mer (pour trois personnes) et les burgers méritent qu’on s’y attarde. 

Mikhaïl Mordassov/TASS

A Rostov-sur-le-Don, la notion de « haute cuisine » est depuis longtemps associée au restaurant Pinot Noir. La figure de l’établissement, le chef de cuisine Michel Christmann, a derrière lui plusieurs années d’expérience dans des restaurants plébiscités par le Guide Michelin à Strasbourg et Saulieu.

La carte mélange des plats traditionnels français et une cuisine d’auteur, cuisinés à bases de produits locaux. Le magret de canard et les escargots à l’oignon confit, aux champignons de Paris et aux épinards sont particulièrement délicieux.

Méritent une mention spéciale : la carte des vins (elle comporte plus de 300 crus du monde entier), les week-ends huîtres (un vol spécial approvisionne le restaurant en huîtres fraîches d’Extrême-Orient chaque vendredi) et, bien sûr, les desserts maison du chef.

Pinot Noir attire les clients non seulement pour la qualité des ses plats mais aussi de son service. Pour les traditionnelles soirées littéraires, y sont conviés des comédiens et acteurs de cinéma, ainsi que des présentateurs télé et des musiciens populaires. 

Mikhaïl Mordassov/TASS

Cette chaîne de cafés bon marché se positionne comme un petit bout d’Italie. Tous les plats sont nommés en italien, mais il y a des explications en russe à côté, ainsi que des photos qui ouvrent l’appétit.

On peut commencer le repas par la soupe traditionnelle au poulpe et aux moules Zuppa di Pesce, continuer avec les pâtes aux pétoncles et crevettes Paglia e fieno con capresante et, après avoir compris que les plats aux fruits de mer sont exceptionnellement bons chez Sapore Italiano, ne pas louper l’assortiment de poissons Fritto misto. Les viandes à la carte méritent aussi l’attention. 

Parmi les desserts, certains sont cultes : Ricotta alla frutta ou Tre cioccolati : accord final de la soirée dans le style Italiano.

Mikhaïl Mordassov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Cette chaîne de restaurants populaire proposant les cuisines coréenne et japonaise porte un beau nom ancien : Silla, l’un des trois royaumes historiques de la péninsule coréenne.

A Rostov, Silla met l’accent sur le caractère national et la fraîcheur irréprochable des ingrédients. La carte est plutôt longue, et il faut prêter attention au plat d’accompagnement coréen banchan, aux soupes kimtchi (attention aux énormes portions) et aux plats chauds. Parmi ces derniers, ori tchoumoulek (filet de canard aux légumes, sauce kotchudjan), tedi kalbi (travers de porc marinés aux graines de sésame), pegodia (gâteaux cuits à la vapeur) ou n’importe quel plat de la section « plats au brasero » sont particulièrement intéressants. Les rolls, notamment ceux rôtis, sont également plutôt bons à Silla.

Mikhaïl Mordassov/TASS

Yalla propose à ses clients des plats européens, japonais et russe, mais la principale spécialité de ce restaurant est la cuisine ouzbek. On peut commencer par les traditionnels langman ou choupra corsés. Ces soupes peuvent être accompagnées soit d’un assortiment de mini khinkalis, soit de pitcha-non, délicate tarte ouzbèke fourrée à l’agneau, au fromage salé ou aux pommes de terre, soit d’une salade de filets de veau aux légumes dans une galette chaude. Le plat principal de cette ode à la bonne nourriture est évidemment le plov : le Tchaïkhanski à l’agneau ou le Prazdinitchny au boeuf. Les mantis à la viande de mouton ou les brochettes d’agneau grillé peuvent servir d’alternative au plov. Et n’oubliez pas la sauce : tkemali maison, sauce narcharab ou sauce tomate sabouni aux herbes et épices iront parfaitement avec n’importe quel plat.

Mikhaïl Mordassov/TASS

Malgré le nom, cette chaîne de restaurants populaire ne propose pas seulement des pizzas mais toute la gamme de la cuisine italienne. Après s’être ouvert l’appétit avec une salade à la sicilienne aux crevettes, on peut passer à la carte principale. Les habitués de Luka conseillent de ne pas se refuser la soupe toscane classique aux champignons blancs ou la copieuse soupe au bœuf et aux légumes. Le choix du plat principal est un vrai casse-tête dans la mesure où tout est bon : risotto classique aux fruits de mer et lasagnes, burgers ou fettuccine maison avec crevettes sautées dans le pesto. Si vous préférez toutefois manger une pizza, il vaut mieux donner sa préférence à la Luka maison au jambon, aux champignons, aux olives noires et aux artichauts marinés.

Mikhaïl Mordassov/TASS

Restaurant français « à la russe », la Datcha d’Onéguine est stylisée comme une vieille propriété du XIXe siècle avec sa bibliothèque, sa cheminée et sa véranda estivale entourée de verdure. Onéguine est un excellent choix pour le petit-déjeuner : viennoiseries maison, omelette aux courgettes et aux crevettes tigres, ainsi que bouillies selon les recettes russes traditionnelles qui sont étonnamment bonnes. Mais pour « tester » l’établissement, mieux vaut y venir pour le déjeuner ou le dîner. Salade Olivié maison à la langue de veau, aux crevettes tigres, aux œufs de saumon et aux câpres, soupe d’esturgeon, de saumon ou de sandre, lapin mijoté dans la crème avec des pommes et spécialité de viande à la bourguignonne ne laisseront personne indifférent. La carte des vins offre une grande variété de crus du monde entier (avec une préférence pour la France et l’Italie), ainsi que des cognacs, des liqueurs, des bourbons et des whiskies.

Le week-end, le soir venu, on peut assister aux performances de collectifs de jazz.

Mikhaïl Mordassov/TASS

Restaurant italien au décor sobre : lustres design, mobilier vintage et plantes vertes sur la terrasse. Au Bellucci, il vaut la peine de goûter les pâtes, par exemple les raviolis fourrés au bar et à la ricotta à la sauce pepperoncini. Il vaut aussi la peine de prêter attention aux pétoncles aux asperges, à la dorade en croûte de sel aux herbes italiennes (portion pour deux personnes) et à l’épaule de mouton à la sauce aux petits pois et aux épinards. La carte des vins met l’accent sur l’Italien : le sommelier attentif parlera avec plaisir des différences entre le Piémont et la Toscane, sans oublier les Pouilles et la Vénétie.

Si après le copieux repas il vous reste des forces, n’hésitez pas à commander des desserts maisons, par exemple la bavaroise à la vanille et aux fruits rouges.

Mikhaïl Mordassov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Le chef de cuisine du restaurant Macao, Li Siantsaï, aime raconte comment il est venu en Russie pour travailler et comment, arrivé au terme de son contrat, il a compris qu’il voulait y rester et faire découvrir aux gens les particularités de la cuisine chinoise. Mais le cuisiner natif de Chine ne s’y limite pas : la carte propose en effet des plats coréens, japonais, indiens et singapouriens.

Le hit absolu est le canard à la pékinoise, cuit dans un four importé de Chine. Les fruits de mer occupent la deuxième place au classement des plats favoris, il y en a un grand nombre à la carte : crabe du Kamtchatka aux brocolis, poivrons doux et asperges à la sauce sichuan ; nouilles aux pétoncles à la sauce au poivre ; dimsums et toutes sortes de rolls... il est impossible de tout énumérer. Les amateurs de cuisine traditionnelle ne resteront pas sur leur faim puisque leur est proposée une carte européenne succincte mais représentative, comportant notamment un carpaccio de poulpe à la sauce pesto, huile de truffe et tomates cerises confites.