Restaurants du quai Levberdon

Mikhaïl Mordassov/TASS

On vient au Kazatchii kouren’ (« Maison cosaque ») sur le quai de la rive gauche du Don pour les saveurs locales. Elles y imprègnent absolument tout. Le décor est réalisé dans le style d’une izba cosaque traditionnelle. Le restaurant dispose de trois salles : le Jardin, l’Izba et la Véranda. Sur le seuil, les visiteurs sont accueillis par des cosaques qu’on dirait sortis tout droit des pages du roman Le Don paisible. 

La cuisine de Kouren’ est bien sûr cosaque : simple, faite maison, copieuse et préparée depuis des temps immémoriaux sur les terres du Don. Ici, il vaut mieux appréhender le repas de façon rationnelle : avaler sans se presser la nourrissante soupe à la carpe, le canard mariné dans le miel, les saucisses à la cosaque à l’ail, aux épices et aux cornichons aigres-doux, la carpe farcie aux légumes et aux champignons, l’esturgeon grillé, le kholodiets traditionnel, le kournik (tourte au poulet), les crêpes et les tartes.

Les salaisons artisanales en bocaux se marient à merveille avec le samogon au pain maison à l’aneth, au poivre ou à l’ail macérés. Ceux pour qui l’alcool de pain est trop fort se voient proposer de se tourner vers une variété de vin du Don historique : le célèbre zolotovski krasnostop, mentionné pour la première fois au début du XIXe siècle.

Mikhaïl Mordassov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Lieu de convergence de tous les amateurs de cuisine allemande solide et copieuse, mais aussi de bière. Le style du complexe de restauration Averon se retrouve tant dans le décor que dans la nourriture. Agréable cheminée, vieux lustres, lourds candélabres et costumes traditionnels du personnels complètent la carte.  Celle-ci comporte des spécialités allemandes : salade « rhénane aux fruits de mer » avec des crevettes, des moules et des kiwis, abondance de saucisses grillées (la « Weisburg » de bœuf est particulièrement bonne), tarte alsacienne traditionnelle à la viande, ainsi que le « Secret de Stolz », un tendre filet de sandre avec des pétoncles et une sauce crémeuse. Il faut aussi absolument goûter aux brochettes de silure maisons ou de cailles sur brochettes avec leur sauce au gingembre et au vin.

L’Averon est fier de sa réputation de lieu pour la famille. Pendant que les parents s’imprègnent de l’esprit culinaire prussien, les enfants se voient servir des plats issus d’un menu spécial et s’amusent dans un espace comportant un trampoline, un bac à sable et des toboggans. 

Mikhaïl Mordassov/TASS

On considère que les meilleurs brochettes de la ville sont préparées ici.

On se rendait déjà et on emmenait des invités dans ce restaurant de brochettes légendaire à Rostov tant il y a 20 ans qu’il y a 30 ans.  Ici, on ne s’encombre pas de raffinements à la mode : la viande est le principal et l’essentiel. Les morceaux juteux sortent du barbecue, avec ou sans os. Mieux vaut réserver : il y a beaucoup de demandes et nombreuses personnes prennent à emporter. 

Alcool, pain, légumes et autre viande, si vous avez commandé des brochettes, il est possible de les prendre avec vous et d’aller les manger avec désinvolture dans un des kiosques qui offrent une superbe vue sur le don. Puis se promener sur la rive du fleuve et admirer les visiteurs étrangers qui s’amusent sur la piste de danse d’été sur fond de musique live.