Cuisine de l'auteur

Sergueï Konkov/TASS

La volonté du cuisinier Igor Grichetchkine de prouver que la cuisine russe ne se limite pas à la combinaison soviétique « poulet à la Kiev, borchtch en cassolette et sandre à la polonaise » a trouvé un écho chez les propriétaires, Mathilda et Sergueï Chnourov (le Chnour du groupe Leningrad), ce qui a donné un excellent restaurant gourmand. La soupe de poisson aux moules de la mer Blanche y est servie sur une assiette recouverte de charbon, pour l’odeur. Le flétan s’accompagne d’une crème brûlée aérienne au chou-fleur et d’une dragée à « l’huile carbonique », tandis que le poulet à la crème est associé à de l’épeautre et des légumes croquants.

Sergueï Konkov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Café stylé plein de sel à connotation britannique. Dans un décor fin de siècle, les serveurs, passant facilement à l’anglais si nécessaire, proposent de choisir entre le velouté de petits-pois à la menthe, le poulet épicé « Butter massala » et la traditionnelle tourte anglaise au poisson. La carte est renouvelée à chaque saison, tout en conservant les tubes, comme les pelmeni japonais au canard ou les pâtes à la poutargue.

Sergueï Konkov/TASS

Duo signifie deux. Ces deux-là sont les cuisiniers Dmitri Blinov et Renat Malikov. L’un travaille en cuisine, l’autre - en salle - prend les commandes, sert, plaisante et discute avec les clients, dont la majorité sont des habitués. L’établissement n’est pas grand, mieux vaut réserver sa table. Les hôtes se voient proposer du bœuf à la sauce aux herbes, un consommé de tomate aux crabes et de la mousse de grenadille avec du gorgonzola. Les Saint-Jacques accompagnées de sarrasin et de poitrine de canard fumée sont le plat le plus populaire. Les prix ne sont pas élevés, c’est la position de principe des cuisiniers : tant Rinat que Dmitri considèrent que la bonne cuisine d’auteur peut et doit être accessible.

Sergueï Konkov/TASS

Le numéro de téléphone indiqué ci-dessous est le numéro personnel du propriétaire, le restaurateur Edouard Mouradian.  A ses côtés, le maître d’hôtel Arseni Maerenkov et deux cuisiniers - la chef Olessia Drobot et son assistant Gleb Guerassimov - travaillent à EM. 

L’établissement n’ouvre qu’en soirée. Dans la petite salle qui accueille les clients se trouve une cuisinière anglaise Aga où tout est cuisiné. Au lieu d’une carte, EM propose un menu composé de sept mets. Les hôtes n’ont plus qu’à choisir le plat principal - poisson ou viande - et à sélectionner le vin. Les portions du menu ne sont pas très grosses mais peuvent tout à fait satisfaire les gourmands : moules avec terrine de patate douce et émietté d’oignon, coquelet à la crème aux noix de macadamia et à la prune, crevettes à la sauce avocat, gelée de tomates et granité de citron vert et d’agneau fumé à la crème au chou rouge et à la coriandre.  

Sergueï Konkov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Valentino Bontempi, adulé par l’intelligentsia moscovite, est responsable de la cuisine du Goose Goose. Le chef cuisinier passe d’ailleurs la plupart de son temps dans la capitale, mais les plats du Goose Goose n’en souffrent pas : petits pains crescentine, salade aux calamars croquants, olives et pancetta, gnocchis de pommes de terre au fromage et à la truffe et tentacules de poulpe au grill accompagnées de pommes de terre et de paprika. On y sert aussi les fameuses pinzas, pizzas rectangulaires à la farine sans gluten, que les admirateurs moscovites de Bontempi connaissent bien.

En plus de la salle à manger, Goose Goose dispose de quelques salons retirés et d’appartements séparés avec balcon.

Sergueï Konkov/TASS

Avant toute chose, Grand Cru est une vinothèque avec une respectable sélection de vins et autres alcools. L’essentiel est d’expliquer au sommelier ce que vous voulez et combien vous êtes prêts à dépenser pour le vin. Grand Cru sur la Fontanka dispose aussi d’une salle à manger où les cuisiniers russes donnent vie aux idées de leur chef, l’Espagnol Adrian Quetglas, qui apporta pour la première fois la cuisine moléculaire à Moscou il y a près de 10 ans. Entre autres, Grand Cru sert un tartare de bœuf à la crème de truffe et glace au parmesan, une soupe de citrouille à la caille, aux amandes et une pincée de piment, ainsi que des joues de veau avec risotto de blé et émulsion de poivre rose.

Sergueï Konkov/TASS

Maison à trois étages sur la Moïka surmontée d’une terrasse sur le toit, à partir de laquelle s’ouvre une vue sur tout le centre-ville. Aux commandes de la cuisine, on trouve le jeune chef Ivan Berezoutski, élève d’Adrian Quetglas et de son frère jumeau Sergueï Berezoutski, ancien vainqueur de la San Pellegrino Cooking Cup.  De Quetglas, Ivan a hérité de la science des tours de magie et métamorphoses moléculaires : Berezoutski accompagne le kholodets de glace au raifort et aux champignons blancs frits, tandis qu’il associe l’entrecôte braisée et ses varenikis au céleri à des champignons et de l’ail sauvage mariné. Les critiques comparent le repas à PMI à la lecture d’un bon roman policier.

ptichiydvor.com

Installé au premier étage du centre commercial Atlantic City, Ptitchi dvor se positionne comme un restaurant fermier et local.

Le restaurant dispose d’une zone privative pour 12 personnes, ainsi que d’une salle de jeux pour enfants. Parking gratuit devant le restaurant.