Restaurants avec vue

Sergueï Kon'kov/TASS

Les fenêtres panoramiques du restaurant Bellevue Brasserie, situé au 8e étage de l'hôtel Kempinski, permettent de contempler des vues magnifiques sur le centre historique de Pétersbourg. En particulier, sur le Palais d'Hiver, les ponts, la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé et la Forteresse Pierre-et-Paul. La cuisine est française avec des traits de la cuisine traditionnelle russe. Par exemple, le risotto-bortsch « Poupée russe », ou bien les pelmenis de cerf garnis de sauce aux truffes du Périgord. Pourtant, la curiosité la plus attirante ne figure pas dans la carte. Nombreux sont ceux qui visitent ce restaurant pour examiner les dessins sur les ailes de l'ange qui surmonte la Colonne d'Alexandre. Même son sourire, peut-être.


Sergueï Kon'kov/TASS

C'est un restaurant au dernier étage du centre d'affaires Olympic Plaza. L'intérieur se caractérise par la diversité des fleurs et des meubles aux couleurs vives. Les rayonnages avec de la vaisselle et des bouteilles de vin créent une ambiance familiale et conviviale. On peut observer les toits multicolores de la ville par les fenêtres du restaurant. Le carrefour en T formé par la rue Marata et la perspective Nevski représente une des particularités de ce panorama. La carte est internationale (comme dans tous les restaurants de Ginza) avec des traits inhabituels. Ainsi, chez Gastronomika vous trouverez un carpaccio de kisutch d'Extrême Orient, une soupe aux bolets, une pizza à la citrouille et au fromage de chèvre.

Sergueï Kon'kov/TASS

Ce sont surtout des touristes étrangers qui fréquentent Singer pour admirer la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan et la perspective Nevski. En le faisant, ils mangent des tartines, des sandwiches, des salades, des blinis ou des tartelettes, servis pendant la journée. Les pétersbourgeois qui désignent habituellement cet immeuble comme La Maison du Livre prennent ici leur petit-déjeuner. Ils viennent dans ce restaurant pour regarder la ville se réveiller, en attendant leurs beignets au saumon fumé, le pouding de fromage blanc aux noisettes et au miel ou les feuilletés aux abricots.

Sergueï Kon'kov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Bien que ce restaurant panoramique ne se trouve pas du tout sur un toit, la vue qui s'ouvre à nos yeux nous rappelle des cartes postales : la Pointe de l'île Vassilievski, le quai du Palais, la Néva.  Son intérieur comprend des séries de canapés, des chaises multicolores, des fleurs diverses. Abondance de serveurs, ainsi que de touristes, de joueurs de football et d’hommes d'affaires. Le poisson principal des étendues d'eau pétersbourgeoises qui a donné le nom au restaurant est servi pendant toute l'année. Il peut être cuisiné de toutes les façons imaginables : frit, pané ou non, mariné au vinaigre, fumé.  En plus de l'éperlan, on peut goûter le chawarma à la sauce satsebeli, la mamaliga au fromage, plusieurs types de khatchapouri et de khinkali.


Sergueï Kon'kov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Ce restaurant est populaire grâce à la vue sur la Néva, le quartier de Pétrograd, le quai fluvial Toutchkov et le stade Petrovsky où joue l'équipe de football duZénith. Le restaurant possède non seulement des baies vitrées mais aussi un toit transparent. Les plats à la carte sont basés sur la cuisine traditionnelle italienne, par exemple, les spaghettis arrabiata, le risotto au pamplemousse et aux crevettes, plusieurs types de pizza. Certains plats appartiennent à la cuisine russe : le borchtch froid, la salade russe Vinaigrette et la salade russe Olivier au poulet. 

Sergueï Kon'kov/TASS

La raison principale de monter au dernier étage du centre d'affaires Quatro Corti où se trouve le restaurant Mansarda, est la meilleure vue sur le dôme de la cathédrale Saint-Isaac. Le centre d'affaires sert lui aussi de curiosité. Bien que construit dans le style contemporain, il s'inscrit parfaitement dans l'ensemble du centre historique de la ville. Si on va à Mansarda, on est tiré à quatre épingles, on commande des huitres, du Sancerre, des coquilles Saint-Jacques, des vongole et du foie gras. 

Sergueï Kon'kov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

Il existe deux café Mindal' à Saint-Pétersbourg dont l'un est panoramique et se trouve sur le quai des Anglais. La Néva, l'Académie des Beaux-Arts, les sphinx, le petit jardin Roumiantsev, le quai de l'Université, tout cela est observable depuis ce restaurant. Les khatchapouris, tcheboureks, mtchadis, gâteaux et qutabs comptent 23 types différents. En outre, la carte propose un khartcho épicé, de la truite avec du tarkhoune au vin blanc, l'odjakhouri, le tchachouchouli et du plov. Toutes les épices de la cheffe cuisinière Marina Naoumova proviennent du Caucase où même la menthe a sa propre odeur.

Sergueï Kon'kov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

La carte du restaurant Moskva peut satisfaire les goûts de tout le monde. Elle va de la salade chinoise d'oreilles de porc et des croquettes de brochet au chawarma à la sauce teriyaki et au laghman au mouton. Le restaurant possède une grande terrasse qui donne sur la place Vosstania, la gare de Moscou et les toits des immeubles sur la perspective Nevski. C'est la raison pour laquelle les tables sont très vite réservées s'il fait beau.

Sergueï Kon'kov/TASS
Commander L'ANO Orgkomitet Russie-2018 n'est pas responsable des services fournis par des tiers pour la réservation de places dans des établissements de restauration.

La salle principale de la trattoria rappelle un aéroport mais diffère par la vue sur la Néva : les immeubles neufs du quartier Vyborgski et la tour de télévision qu’on aperçoit à travers les baies vitrées remplacent les avions. Si vous avez un rendez-vous romantique ou un entretien d'affaires, il vaut mieux réserver une petite table près de la fenêtre un peu en avance. Bien que le chef cuisinier soit français, les pizzas et les pâtes à la carte sont irréprochables. Une partie de la carte intitulée « Patrie » propose la salade russe Olivier et des goloubtsys délicieux. Une autre, intitulée « Asie » propose le tom kha et des woks magnifiques.

Sergueï Kon'kov/TASS

Il n'y a pas de cuisine ici. En revanche, il y a des concerts, des raves parties, des after parties et d'autres activités pour la jeunesse. On peut accompagner son thé ou son café par des brioches faites maison, du gâteau aux carottes et, notamment, par l’ambiance du Pétersbourg italien. Le café Solaris Lab est situé dans une sphère transparente sur le toit d'un immeuble en mauvais état depuis longtemps. Les fenêtres offrent une vue sur les toits, les petites tours et le dôme de la cathédrale Saint-Isaac.

Sergueï Kon'kov/TASS

C'est un restaurant-karaoke sur un bateau qui a été nommé en l'honneur d'un film soviétique. La croisière sur la Néva depuis le Pont Sampsonievski vers le Pont Blagovechtchenski ( de l'Annonciation ) dure une heure. Mais on peut effectuer le voyage encore une fois si l'on veut. La carte se focalise sur le poisson et les fruits de mer. Les hôtes sont invités à goûter, entre autres, le crabe entier cuit avec de la sauce de beurre, la salade russe Olivier à l'esturgeon de Sibérie, ou bien la morue noire miso avec une salade fraîche. A part ces plat-là, on vous régale de varenykis, de pelmenis, d'okrochka, de fois gras, de canard, d’asperge, de steaks et de risottos. Le bateau passe par la place du Palais, les Ponts Troïtski et Blagovechtchenski, la Pointe de l'île Vassilievski et leurs quais. On peut les admirer en regardant par les fenêtres panoramiques du faux-pont, ou en montant au pont supérieur qui est ouvert.

Sergueï Konkov/TASS

Maison à trois étages sur la Moïka surmontée d’une terrasse sur le toit, à partir de laquelle s’ouvre une vue sur tout le centre-ville. Aux commandes de la cuisine, on trouve le jeune chef Ivan Berezoutski, élève d’Adrian Quetglas et de son frère jumeau Sergueï Berezoutski, ancien vainqueur de la San Pellegrino Cooking Cup.  De Quetglas, Ivan a hérité de la science des tours de magie et métamorphoses moléculaires : Berezoutski accompagne le kholodets de glace au raifort et aux champignons blancs frits, tandis qu’il associe l’entrecôte braisée et ses varenikis au céleri à des champignons et de l’ail sauvage mariné. Les critiques comparent le repas à PMI à la lecture d’un bon roman policier.