Le blocus de Leningrad

La Seconde Guerre mondiale a coûté à Saint-Pétersbourg un million de vies de ses habitants que les nazis bloquèrent dans une ville assiégée mais indomptée. Le Siège de Leningrad dura 872 jours du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944 et constitue la plus grande catastrophe humanitaire du XXe siècle.

L’écolière Tania Savitcheva tenait un journal pendant le siège : neuf pages, les dates de décès de ses proches : sa mère, sa grand-mère, sa sœur, son frère et ses deux oncles. A la fin : « Tout le monde est mort. Il ne reste que Tania ». La petite fille fut évacuée de la ville assiégée mais décéda au bout quelques mois d’une tuberculose consécutive à une dystrophie.
Aleksandr Demiantchouk/TASS
Au 14 de la Perspective Nevski a été conservée une plaque commémorative contenant l’inscription suivante : « Citoyens ! Pendant les tirs d’artillerie ce côté de la rue est le plus dangereux ! ».
Aleksandr Demiantchouk/TASS
C’est ici que les habitants de Leningrad se retrouvaient pour écouter les nouvelles du front.
Aleksandr Demiantchouk/TASS
L’impact a été laissé par l’un des 148 878 projectiles que les nazis tirèrent sur Leningrad.
Aleksandr Demiantchouk/TASS
La distribution d’eau ne fonctionnait pas en ville. L’eau était puisée dans les fleuves, les puits ou - en hiver et au début du printemps - dans des brèches créées dans l’asphalte par les projectiles. Face à l’immeuble au 21 du quai Fontanka (Naberejnaïa reki Fontanki) se dresse un monument : une femme tient son enfant dans la main gauche, un seau dans la droite.
Centrale de distribution qui, pendant le siège, générait du courant électrique pour faire fonctionner le tramway.
Aleksandr Demiantchouk/TASS

Petit musée consacré au siège, aux habitants et défenseurs de la ville, ainsi qu’à la Route de la vie sur la glace du lac Ladoga, à travers lequel Leningrad recevait des vivres et des médicaments.

Aleksandr Demiantchouk/TASS
En souvenir d’un des puits où les habitants venaient puiser de l’eau pendant le siège, une composition commémorative a été installée sur le mur de l’immeuble au 6 de l’avenue des Insoumis (prospekt Nepokorennykh).
Aleksandr Demiantchouk/TASS

Ici, des victimes du siège de Leningrad et des combats du front de Leningrad reposent dans des charniers. En tout, 520 000 personnes : 470 000 civils et 50 000 militaires.

wikipedia.org/Southpark

Sur la place de la Victoire (plochtchad Pobedy) s’élève un monument aux défenseurs héroïques de Leningrad, inauguré le 9 mai 1975 pour les 30 ans de la victoire dans la Grande Guerre patriotique (nom donné par les Russes à la Seconde Guerre mondiale). Dans la salle commémorative, une exposition unique en son genre propose de découvrir des documents et des pièces d’exposition authentiques liés aux défenseurs de la ville.