Musées

Inna Mendelsohn/Welcome2018.com

L’histoire de la ville est étroitement liée à l’espace. Ainsi, depuis plusieurs années le Centre aérospatial Progress conçoit des lanceurs. Le vaisseau spatial Vostok du tout premier vol de Youri Gagarine, a été envoyé dans l’espace par un des lanceurs de Samara.

Le 12 avril 2001, lors de la Journée de la cosmonautique, un monument historique unique en son genre, une authentique fusée Soyouz, a été installé sur la place Kozlov à Samara. C’est dans cet appareil que s’entrainaient les aéronautes russes au cosmodrome de Plessetsk. La fusée-monument a été installée sur le toit du musée Samara kosmitcheskaïa. La hauteur du bâtiment avec le vaisseau atteint 68 mètres. 

L’exposition permanente se trouve au rez-de-chaussée. On peut y admirer de vraies fusées, leurs répliques, des moteurs, une véritable combinaison spatiale ou encore des tubes de nourriture pour astronautes. À la pointe du progrès, des moyens de communication digitale sont mis à disposition des visiteurs. Par exemple, le projet Spacebook : l’espace dans la poche raconte comment les technologies spatiales s’utilisent dans la vie de tous les jours, comment marchent les systèmes de navigation ou les réseaux mobiles. Les passionnés d’espace peuvent assister aux conférences consacrées à la vie quotidienne des astronautes dans la station spatiale.

Inna Mendelsohn/Welcome2018.com

Ce musée se situe dans un quartier ancien de Samara. Vers la fin de 1899, une maison de maître construite dans la deuxième moitié du XIXe siècle a été rachetée par Alexeï Bostrom, le beau-père d’Alexeï Tolstoï. Elle se trouvait dans l’actuelle rue Frounze, anciennement rue Saratovskaïa. Le jeune écrivain venait ici pour passer ses vacances d’été lorsqu’il était étudiant. Il occupait l’aile droite du premier étage. Plus tard, devenu célèbre, il continuait à rendre visite à Bostrom.

Aujourd’hui cette propriété représente un grand ensemble architectural, incluant deux maisons d’époque, une aile, ainsi que des dépendances restaurées. La place centrale est occupée par l’appartement où habitait Tolstoï. Une riche exposition littéraire raconte les grands épisodes de la vie de l’écrivain. Le musée offre la possibilité de connaître la vie de tous les jours de Tolstoï et d’autres écrivains du XXe siècle, dont la vie ou les ouvrages étaient liés à Samara. Le musée propose des séminaires et conférences sur l’art moderne. Le club littéraire de Samara a élu domicile dans ce musée.

A côté de l’église catholique se trouve la maison d’Aleksandra Kourlina, épouse d’un marchand de Samara. Le bâtiment fut construit en 1903 et devint le premier édifice art nouveau de Samara. La maison Kourlina était l’un des biens immobiliers les plus chers de la ville au début du siècle dernier. En plus de sa richesse extérieure et de son confort, elle était équipée de toutes les commodités possibles à l’époque : distribution d’eau, chauffage calorifère, canalisations, électricité et même le téléphone, luxe inouï en ce temps-là. Aujourd’hui, la maison Kourlina abrite le musée d’Art Nouveau.

L’histoire du musée a commencé en 1897, lorsqu’un groupe de peintres de Samara mené par le peintre autodidacte Konstantin Golovkine offrit au musée de Samara quelques toiles. Ainsi est né le département d’art qui devint un musée à part entière en 1937. Plus tard, il a déménagé dans un bâtiment neuf, appelé le Palais de la Culture (aujourd’hui le Théâtre d’opéra et de ballet). En 1989, le musée a été transféré vers l’ancien bâtiment de la banque Voljsko-Kamski, rue Kouïbychev. Cet édifice néo-classique date des années 1913–1915. Ses intérieurs, de style art nouveau, valent le détour : le grand escalier et le hall du premier étage sont d’origine.

Aujourd’hui sa collection compte plus de 35 000 objets. Vous trouverez ici les départements d’arts russe, européen et oriental, ainsi que des salles consacrées aux toiles de peintres fondateurs du musée. Le musée fait découvrir de vrais trésors de la peinture russe : des tableaux d’Ivan Aïvazovski, Ilia Répine, Karl Brioullov, Vassili Sourikov, Ivan Chichkine et bien d’autres.



Inna Mendelsohn/Welcome2018.com

Ce musée, un des plus anciens de la région de la Volga, a été créé en 1886 par le maire de Samara, Piotr Alabine. Ses fonds comptent plus de 180 000 pièces d’exposition archéologiques, historiques, ethnographiques et biologiques. Il propose également des collections numismatiques, des livres rares et des armes blanches et à feu russes.

Ces objets, ainsi qu’une salle de cinéma de 270 places, une bibliothèque et une salle de lecture occupent 2500 mètres carrés. On trouve ici un atelier d’art, un salon de photo, un café de quarante places, une boutique de souvenirs et un centre d’information.

Inna Mendelsohn/Welcome2018.com
De mai 1890 à août 1893 la famille Oulianov louait un appartement au premier étage de la maison appartenant au commerçant de Samara, Ilia Rytikov. Le bâtiment a survécu à toutes les époques, et se présente aujourd’hui tel qu’il était à l’origine, avec sa partie habitée, les dépendances et le jardin. Le musée de Vladimir Lénine a été inauguré ici en 1940. En 1970, à l’occasion du centième anniversaire de Lénine, l’appartement qui avait abrité la famille Oulianov a été restauré et une exposition documentaire et scientifique a été installée au rez-de-chaussée. Elle retrace la période de la vie de Lénine à Samara. Un autre élément intéressant de ce musée est un fragment reconstruit de l’ancien magasin d’Ilia Rytikov. Il possède également des salles d’exposition et de conférence.
L’histoire du football à Samara compte plus de cent ans, et la création d’un musée en l’honneur de ce sport a paru évidente. Il a été ouvert au sein du lycée sportif de Samara en octobre 2007 à l’initiative de supporters et d’anciens joueurs, devenant ainsi le premier musée public de football en Russie. Depuis 2014, il se trouve rue Molodogvardeiskaïa. Une grande partie de l’exposition est consacrée au club de football de Samara, le Krylia Sovetov, fondé en 1942. Endroit incontournable pour les passionnés de cette discipline, il contient des objets offerts par des supporters, d’anciens joueurs et des membres des équipes régionales. Ici se trouvent les chaussures de football du célèbre joueur et entraineur de l’URSS Viktor Karpov, ainsi que le maillot d’Anatoli Kikine, joueur du Krylia Sovetov au début des années 1960.

Ouvert en mars 1982, ce musée regroupe différents objets apportés par des ouvriers de la direction du tramway et des trolleybus, ainsi que par des habitants de la ville. Il retrace toute l’histoire du transport électrique de Samara. Ses fonds contiennent un grand nombre d’objets et de documents historiques liés au tramway. De plus, il possède une collection unique de modèles de toutes marques et types de tramway.

La pièce d’exposition majeure de la collection est un authentique tramway. Il est installé devant le bâtiment du dépôt de Samara (où se trouve le musée). Ce modèle de tram ligne 12 date de 1915 avec une nacelle tractée n° 112 datant de 1926. Le vieux tramway, ainsi que le musée, se trouvent dans une rue pavée, avec lampadaire et pergola, qui nous plongent immédiatement dans l’atmosphère de la vieille ville.