Le meilleur de la ville

Stanislav Krassilnikov/TASS

L’église de l’apôtre Saint-Jean-le-Théologien se trouve dans la rue de la Démocratie (autrefois nommée rue du Premier Théologien). C’est l’un des quelques monuments historiques du XVIIe siècle à avoir été préservés dans la capitale mordve. L’église, encore active, a été construite dans le style baroque moscovite (aussi connu sous le nom de baroque Narychkine) en 1693, près de 50 ans après la fondation de Saransk. A cette époque, cet endroit accueillait la sloboda de Streletsk. En 1711, un réfectoire et un clocher furent ajoutés au bâtiment principal de l’église. Les historiens et ethnographes locaux insistent sur le fait qu’initialement, à l’emplacement de l’église Saint-Jean-le-Théologien, comme l’appellent les habitants de Saransk, se trouvait une église en bois.

Le territoire de l’église de l’apôtre Saint-Jean-le-Théologien abrite la petite église de l’Epiphanie, mais il s’agit là d’un édifice moderne. Au début des années 1990, l’éparchie (le diocèse) de Saransk et de Mordovie a été créée et l’église Saint-Jean-le-Théologien en est devenue le centre. Par ailleurs, les premières mentions écrites du baptême d’un Mordve datent du XVIe siècle : les représentants de la noblesse locale furent les premiers à embrasser l’orthodoxie. L’évangélisation des Mordves était pratiquement terminée au milieu du XVIIIe siècle.



Stanislav Krassilnikov/TASS

La construction de la cathédrale Saint-Fiodor-Ouchakov a commencé en 2002 et elle a été inaugurée et consacrée solennellement en août 2006 par le patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexis II. La croix centrale de l’église, construite dans le style empire, culmine à 62 m. Elle compte quatre clochers avec 12 cloches fondues selon des techniques traditionnelles. La plus grande d’entre elles pèse 6 tonnes.

Un monument à l’amiral Fiodor Ouchakov, amiral russe ayant commandé la flotte de la Mer Noire de 1790 à 1792, se trouve à proximité. Saint Fiodor est considéré comme le saint patron de la Mordovie. Le chef de guerre ne vécut sur le territoire de l’actuelle Mordovie que dans les dernières années de sa vie, mais l’histoire de sa famille est étroitement liée à l’histoire du peuple mordve. L’oncle de l’amiral, Ivan Ignatevitch Ouchakov, s’étant fait moine en 1747 sous le nom de Fiodor, contribua à faire du monastère de Sanaksar le centre spirituel de la région. Il est proche de Temnikov, à 170 km de Saransk (il s’agissait alors du gouvernement de Tambov). Le monastère de Sanaksar a conservé son rôle de monument culturel et spirituel de Mordovie.


Gleb NagaevWelcome2018.com

La place du Soviet (Sovetskaïa plochtchad) est apparue au milieu du XVIIe siècle et se nommait place de la Cathédrale, puis place du Bazar. C’est le centre historique de Saransk, qui souffrit d’un violent incendie en 1852, détruisant la cathédrale d’où la place tirait son nom initial. C’est ici que commença la construction de la forteresse de Saransk, qui fut achevée en 1641 mais n’a pas survécu lui non plus. En 1885, à la place de l’église incendiée, une nouvelle fut construite, mais elle fut plus tard fermée et rasée par le pouvoir soviétique. Aujourd’hui, le square avec la statue de V. I. Lénine se trouve à son emplacement.

Avant la période soviétique, la vie bouillonnait sur la place de la Cathédrale/du Bazar : des galeries marchandes et un marché s’y trouvaient, et c’est à cet endroit qu’apparurent les premiers immeubles en pierre de la ville. Les ouvrages construits avant la révolution ont presque tous disparu : dans les années 1960-1970, la place, qui s’appelait déjà place du Soviet (de 1918 à 1920 elle s’appela place de la Révolution), subit une profonde rénovation et la circulation des véhicules fut interdite.

La place fut élargie et des bâtiments administratifs y apparurent. L’un des sites historiques ayant été conservés est le bâtiment de l’administration de la capitale de Mordovie, au n°30 : à l’origine, il y avait là un séminaire puis, pendant la période soviétique, le Conseil municipal des députés du peuple de Saransk. Sur la place se trouve également le bâtiment monumental, la Maison de la République, résidence du gouverneur de Mordovie. C’est un exemple d’architecture soviétique unifiée.
Sur la place se trouve aussi le principal organe législatif de la République, l’Assemblée gouvernementale de la République de Mordovie (l’ex Maison des Soviets).

Les principaux événements culturels et sportifs de masse de la ville et de la République ont lieu sur la place du Soviet. Pendant la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, c’est ici que s’étendra le site du Festival des supporters de la FIFA.



Gleb Naguaïev/Welcome2018.com

En 2012, au centre de Saransk, à la place de l’ancien stade Svetotekhnika apparut la place du Millénaire (plochtchad Tyssiatcheletiïa) : elle fut inaugurée en l’honneur de l’union du peuple mordve aux peuples de l’Etat russe. L’élément dominant de la nouvelle zone piétonne est la fontaine son et lumière Etoile de Mordovie de 60 mètres de diamètre. Au centre de la fontaine se trouve un ornement en forme d’étoile à huit branches : pour les peuples finno-ougriens, auxquels se rattachent les Mordves, ce symbole représente le soleil. L’une de ses particularités est la « zone pieds nus », où le niveau de l’eau atteint 5 à 10 cm et où tout le monde peut se promener après s’être déchaussé. A la nuit tombée, il est possible de projeter sur les jets d’eau des images en trois dimensions.

Il est intéressant de regarder la fontaine de haut : depuis la plateforme d’observation du bâtiment principal de l’Université d’Etat de Mordovie N. P. Ogarev, qui s’inscrit dans l’ensemble architectural de la place du Millénaire. Autre monument sur la place : le rocher commémoratif « Millénaire de la Mordovie », sur lequel est représentée une carte ancienne de l’implantation des peuples de l’Etat russe avec l’indication des lieux de peuplement des vieux Mordves et une attache avec le symbole des Riourikides découverte sur le territoire de la Mordovie moderne. Le bâtiment de la Salle universelle et de la Bibliothèque nationale A. S. Pouchkine se trouve lui aussi sur la place.



Gleb Nagaev/Welcome2018.com
En 2012, le groupe de fontaines « Pour toujours avec la Russie » fut inauguré à Saransk, orné du monument éponyme. Le monument, d’une hauteur de 20 mètres, créé par le sculpteur Isaac Brodski, fut installé en 1986 et fait figure d’exemple de l’art monumental soviétique tardif. La sculpture représente deux femmes en costume national mordve avec un épi de blé dans les mains. Ce monument, selon l’idée de l’auteur, doit symboliser la fertilité de la terre mordve. Le groupe de fontaines, occupant une surface de vingt mille mètres carrés, se marie bien avec le monument. C’est particulièrement spectaculaire le soir, quand les illuminations se déclenchent. A partir d’ici, on peut aller à pied jusqu’aux berges pittoresques de la rivière Saranka.
Gleb Nagaev/Welcome2018.com
Saransk est une ville comptant de très nombreuses fontaines. L’endroit préféré des habitants pour la promenade est la descente aux fontaines. Le relief de la rue Moskovskaïa, où elle se situe, permit dans les années 1970 d’y construire une cascade de fontaines. Au XVIIIe siècle déjà, les habitants appelaient cet endroit « la descente de Moscou ». Au centre de la descente se dresse le monument à Pouchkine, qui est l’un des symboles de la ville, tandis que la descente en elle-même mène au parc de la culture et des loisirs Pouchkine. Dans la descente se trouve le groupe sculpté aux fondateurs de Saransk, installé là en 1982, à l’endroit où, au XVIIe siècle, se trouvait une des tours de la forteresse de Saransk, comme l’attestent les historiens locaux.
Gleb Nagaev/Welcome2018.com

Cette place fait partie du centre historique de Saransk. Jusqu’au XIXe siècle, il y avait ici une prison municipale et des galeries commerciales s’étendant depuis la place centrale du Bazar. Désormais, rien ne rappelle le Saransk de l’époque de la monarchie russe. En mai 1972, la place fut rebaptisée place de la Victoire. Son ornement principal est le monument aux combattants de Mordovie morts pendant la Seconde Guerre mondiale, près duquel brûle une Flamme éternelle dans un écrin en forme d’étoile. La partie la plus importante du monument est la sculpture d’une mère en habit traditionnel erzya tendant une épée à son fils combattant, agenouillé devant elle. A côté du monument s’élève un pylône de 18 mètres.

L’un des auteurs du monument était le célèbre sculpteur soviétique Nikolaï Tomski, qui dirigea l’équipe artistique ayant créé les figures monumentales des sept gratte-ciel de Moscou, notamment les bâtiments des hôtels Ukraine et Leningrad, et le bâtiment principal de l’Université de Moscou sur la colline des Moineaux. L’architecte était Alexeï Douchkine, célèbre notamment pour ses projets de construction à Moscou du grand magasin Dietski Mir (aujourd’hui Magasin central pour enfants sur la Loubianka) et du bâtiment de la gare ferroviaire de Sotchi, devenu le symbole de cette ville.
Sur la place se trouve le Musée commémoratif de l’exploit militaire et des travailleurs 1941-1945 ouvert en mai 1995. En 2005, la veille des 60 ans de la Victoire, le complexe de la place fut complété par une composition faite de colonnes avec des pilonnes recouverts de pierre polie noire unissant tout le complexe (architectes V. A. Brodovski, I. V. Soloviev). Sur des stèles sont inscrits les noms de plus de 9 000 morts au combat originaires de Saransk. En tout, 130 000 soldats originaires de Mordovie périrent dans les combats de la Seconde Guerre mondiale.

Sur la place se trouve : la chapelle Alexandre Nevski, le monument aux héros de la Première Guerre mondiale, le signe commémoratif « Evasion de l’enfer » et le monument aux combattants internationalistes. Chaque année, le 9 mai, des festivités dédiées au Jour de la Grande Victoire sont organisées sur la place.



Stanislav Krassilnikov/TASS

Le musée rassemble les œuvres du sculpteur mordve Stepan Erzia (1876-1959) et du peintre Fedot Sychkov (1870-1958). Les deux artistes sont nés sur le territoire de l’actuelle Mordovie. Avant de devenir un sculpteur célèbre, Stepan Erzia, dont les travaux ont été exposés à Venise, Rome, Milan, Nice et Paris, a travaillé dans des artels de peintres d’icônes et peignait les églises de la région de la Volga.

Le nom Stepan Erzia est devenu un symbole mordve et est connu même loin au-delà des frontières de la république. Le sculpteur devenu célèbre a été surnommé « le Rodin russe ». Les 23 ans que le sculpteur a passés en Argentine ont été particulièrement prolifiques. 

Le matériau de base de son œuvre, devenu immortel dans les mains de l’artiste, est composé d’espèces d’arbres rares poussant dans les forêts d’Amérique du Sud, le Quebracho et l’Algarrobo. La visite du musée prend au minimum une heure. Il contient 1500 œuvres, en ce compris des œuvres d’art décoratif et populaire produites par des artistes mordves contemporains. 

Le musée comprend aussi une section consacrée aux icônes orthodoxes. Les œuvres datent de la fin du 18e au début du 20e siècle. La collection comprend des œuvres de peintres connus tels que Ivan Chichkine, Ivan Aïvazovski et Alekseï Savrassov.

Stanislav Krassilnikov /TASS
Il est logique de débuter la visite de Saransk par le point de vue de l’Université de Mordovie. Son bâtiment principal est une copie moins imposante de celui de la MGU de Moscou et est dénommé de manière identique, sauf que le M signifie ici « Mordovie ». Le bâtiment principal de l’Université d’État de Mordovie Nikolaï Ogarev fait partie de l’ensemble architectural de la place du Millénaire (Plochtchad Tyssiatcheletiïa). Depuis le point de vue, il est possible de voir de nombreux points d’intérêt de la ville et le nouveau stade où auront lieu les matchs de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™.  
Gleb Nagaev/Welcome2018.com
Le complexe été inauguré à Saransk en 2012 dans le cadre des célébrations du Millénaire du l’union des Mordves avec les peuples de l’Etat russe. En été, ce musée à ciel ouvert attire beaucoup de touristes. Dans la ferme, on peut voir des maisons en bois caractéristiques des Mordves. Ceci étant, il n’y a pas énormément de différences avec les maisons en bois traditionnelles situées dans la partie européenne du pays. L’ensemble est semblable à un musée interactif : sur accord préalable, ses collaborateurs peuvent faire découvrir aux touristes les rites mordves. On peut y découvrir les croyances païennes des Erzianes et des Mokchanes. À l’époque païenne, les Mordves préféraient vénérer des déesses : Mastorava (déesse de la Terre), Viriava (déesse des bois), Vediava (déesse de l’eau), Varmava (déesse du vent), Tolava (déesse du feu) et une des déesses principales, Koudava, la protectrice de la maison.  
Stanislav Krassilnikov/TASS

Le musée ethnographique de Mordovie Ivan Voronine se trouve dans un bâtiment neuf construit spécialement pour lui sur les rives de la rivière Saranka.

Les pièces d’exposition les plus anciennes du musée remontent à l’époque du Mésolithique. Le Musée Ivan Voronine, considéré comme le fondateur de l’ethnographie scientifique en Mordovie, est l’un des endroits où l’on peut s’instruire sur les us et coutumes des Mokchanes et des Erzianes, les sub-ethnies composant le peuple mordve, et notamment sur l’époque de leur christianisation.

Les collections du musée comptent plus de 200 000 pièces. Il s’agit d’exemples de créativité populaire et d’objets du quotidien ; de documents reflétant le passé, les avancées scientifiques, culturelles et techniques ; d’objets commémoratifs et d’œuvres d’art ; de matériaux caractéristiques des conditions naturelles et des richesses de la Mordovie. Une large place est faite à l’art appliqué et aux artisanats populaires.

Au musée, il est possible d’en savoir plus sur l’histoire de la Mordovie depuis l’Âge de pierre, notamment sur la participation des Mordves aux guerres paysannes et à la Guerre patriotique de 1812. Des objets, livres et meubles de la période prérévolutionnaire sont exposés, ainsi que des documents sur nos compatriotes célèbres : A. I. Polejaïev, F. F. Ouchakov, N. P. Ogarev et des Décembristes.

Gleb Nagaev/Welcome2018.com
Le monastère se situe dans la banlieue proche de la capitale de Mordovie, dans le village de Makarova. Il se compose de l’église de Saint-Michel-Archange (1702), de la cathédrale de Saint-Jean-le-Théologien (1704), de l’église Notre-Dame-de-l’Annonciation (1803), d’une enceinte à deux tours et d’un clocher au-dessus de l’entrée. Il a reçu son nom au 18e siècle d’un hobereau de la lignée des Polianski. Il est notoire que c’est Makar Polianski qui a commencé à bâtir la cathédrale de Saint-Jean-le-Théologien. Pour cette raison, le monastère est appelé Makarovski. Un autre nom est cimetière Makarovski. Le monastère de Saint-Jean-le-Théologien a été fondé en 1994 sur le territoire du cimetière Makarovski.
Stanislav Krassilnikov/TASS

A 70 km de Saransk se trouve le village de Staraïa Terizmorga. Le village est un véritable musée, et plus précisément le Centre de la culture nationale, où a eu lieu le premier festival folklorique international des peuples finno-ougriens « Choumbrat, Finno-Ougria ! » en 2007. A Staraïa Terizmorga, les habitants portent le costume national et accomplissent pour tous ceux qui le souhaitent des cérémonies nationales. En 1797, l’écrivain et archéologue polonais Jan Potocki décrivait ainsi le mode de vie local : « Les femmes mordves, surtout les jeunes filles, s’habillent d’une façon extrêmement étrange et extraordinaire. Elles portent à leurs oreilles d’épais morceaux de laine ; des clochettes se mêlent à leurs cheveux, de gros grelots de cuivre sont attachés à leur cou ». A Staraïa Terizmorga, on explique aux touristes chaque détail du costume. Dans le village, on peut visiter le complexe ethnographique à ciel ouvert Maison d’un paysan aisé, où est reproduit le quotidien d’une famille paysanne mordve. On y sert des crêpes et de la poza, une boisson à la betterave peu alcoolisée. Le dimanche, tous les habitants de Staraïa Terizmorga se réunissent dans l’église Saint-Nicolas, édifice de couleur blanche aux coupoles bleues.

Informations supplémentaires sur le trajet : de Saransk à Staroïe Chaïgovo, on peut prendre le bus pour environ 200 RUB, et il faudra encore environ 50 RUB pour aller jusqu’à Staraïa Terizmorga. En voiture, depuis Saransk, il faut prendre la route P180 et parcourir environ 70 km.



Capacité : 45 000 spectateurs

Le plan du stade

Vidéo sur le stade

En préparant votre venue au stade, assurez-vous, s’il vous plaît, que vous n’avez pas d’objets et de substances qu’il est interdit d’introduire au stade.

Chaînes du stade sur VIBER:

En russe

En anglais  

  

Bureaux des objets trouvés au stade 

Consigne n° 2

Téléphone de contact : +7 (927) 976 66 83

Horaires d’ouverture : de 11h00 à 13h00 (heure locale, reste ouvert un jour après le dernier match au stade)

Internet gratuit

Comment se rendre au stade en transports en commun

Calendrier des matches de la CdM 2018

Lors de la CdM 2018, le Stade de Mordovie accueillera les matches Pérou – Danemark (le 16 juin), Colombie – Japon (le 19 juin), Iran – Portugal (le 25 juin) et Panama – Tunisie (le 28 juin).

Services aux spectateurs

Allons voir du football ensemble avec welcome2018.com

Le Stade de Mordovie se trouve à distance de marche du centre de Saransk, dans la plaine de la rivière Insar, entre les rues Volgogradskaïa et Sevastopolskaïa.

Le stade est ovale, avec un haut socle de deux niveaux. Les murs et le toit sont réalisés sous forme de charpente en panneaux métalliques perforés aux couleurs vives. Cette charpente est relevée au-dessus de la partie du socle, ce qui crée un effet de légèreté et de lévitation. Vu de loin, le bâtiment ressemble à une montgolfière sur le point de décoller. Selon la conception des créateurs, de par sa forme et sa couleur, la charpente du Stade de Mordovie symbolise le soleil, la chaleur, la cordialité et l'hospitalité.  Pour assurer une bonne visibilité, la distance optimale entre le centre du terrain de football et les spectateurs ne dépasse pas 90 m. La distance maximale entre n'importe quel angle du terrain et la tribune opposée ne dépasse pas 190 m.

Après la Coupe du monde, le stade hébergera les rencontres à domicile du club de football local, le FC Mordovia.