Voyage entre les deux mondes de la Grande Sotchi

Des sommets montagneux, des réserves naturelles côtières, l’usine de la truite, la datcha de Staline. Le meilleur séjour de repos de Russie qui impressionne par la diversité de sa nature et de ses curiosités

Aleksandr Demyanchuk/TASS

La Grande Sotchi s’étend sur une centaine et demi de kilomètres l long de la mer. Cet itinéraire est faisable en deux et demi ou trois heures en voiture. Mais vous mettrez certainement plus de temps si vous faîtes des escales pour visiter la ville.
L’itinéraire commence à la station de ski Rosa Khutor et descend graduellement des montagnes le long de la route A148 qui, en passant par Krasnaya Polyana et Kazachiy Brod, aboutit à Adler. De là il faut prendre la route côtière A147 qui mène à Khosta, ensuite à Matzesta et puis après Matzesta tourner à droite vers Semionovka. 

Krasnaya Polyana ce sont des montagnes, des cascades, des dolmens anciens, des ravins et des sources d’eau. C’est également les trois stations de ski: «Rosa Khutor», «Laura», «Gornaya Karusel».  Actuellement, elles se classent parmi les meilleures attractions européennes du même type. Des chalets, des restaurants, des magasins, des boîtes de nuit, des terrains de jeux sont liées par des chemins et des téléphériques. Pendant l’été, en absence de neige, les stations proclament la saison de vélo. Adler, un quartier de Sotchi, se trouve à 20 minutes en voiture en direction de la mer. Ces dernières années, la fameuse ville a plus de raisons d’être fière: un nouveau aéroport, une série de constructions sportives, dont les principales sont le stade «Ficht» et Sochi Discovery World, le plus grand oceanarium en Russie.

Une des curiosités du village montagnard Kazachiy Brod c’est le Musée de la mer. Son fondateur Nikolai Topchian est un marin professionnel, ancien assistant du capitaine, qui dès sa retraite s’est mis à créer des maquettes de navires, faisant actuellement part de l’exposition. Chaque maquette reproduit un navire réel, par exemple, une des caravelles de C. Columb, dans le moindre détail et en respectant les proportions selon l’échelle 01:50. La technologie de production et d’exploitation est également respectée. Par exemple, Topchian forge les clous et les  noeuds du simple fer oxydable. Il met des bouchons en bois au-dessus des chapeaux.
Aleksandr Demyanchuk/TASS

L’un des endroits qu’il faut obligatoirement visiter si vous êtes au district d’Adler, c’est la ferme de la truite qui se trouve en direction de la Krasnaya Polyana. L’eau dans les étangs est très propre. C’est une condition  nécessaire pour la truite. Il y en a quelque milliers d’autres espèces, y compris la truite arc-en-ciel «Adler», élevée à Sotchi, et la truite «en ambre d’Adler». 

Actuellement, c’est la seule usine russe qui fournit des embryons du caviar et du matériau d’élevage aux autres fermes de poissons du pays. L’usine accueille aussi les touristes, leur propose des visites guidées, pendant lesquelles on raconte de la production du «poisson impérial». Le spectacle le plus impressionnant c’est l’alimentation des poissons énormes venus du stok de géniteurs dans les étangs ouverts. 

La visite dans la salle de dégustation constitue une partie indispensable du programme. Dans le magasin d’usine vous pouvez acheter des poissons vivants, ainsi que des semi-produits et du caviar.

Aleksandr Demyanchuk/TASS
À côté de l’usine de la truite, se trouve l’Atelier du verre artistique. Là, vous êtes les bienvenus au spectacle des artisans verriers. On y vend aussi des souvenirs en verre, y compris les copies des médailles olympiques.
Aleksandr Demyanchuk/TASS
En suivant les indicateurs de la route, vous trouverez un chemin de montagne qui mène à la Grotte Akhchtyrskaya. Elle a été découverte par un chercheur français Edouard Alfred Martel et son guide Gavriil Révinko au début du XXe siècle. En 1936 on a trouvé des indices que la grotte avait servi d’abri aux hommes préhistoriques. En particulier, il y a des traces des Néardeltaliens et des Cro-Magnons. Les fouilles ont prouvé que l’épaisseur de la couche d’occupation s’élève à 5 m. L’entrée de la grotte se situe à l’altitude de 120 m au-dessus du niveau de la rivière. Il n’est pas requis d’être un spéléologue expérimenté et équipé pour visiter les grottes. Il existe de l’électricité et des plaques avec des renseignements historiques à l’intérieur.
Aleksandr Demiantchouk/TASS

Cette forêt ancienne unique se trouve dans le district de Khosta à Sotchi. Le bosquet Tisso-samchitov, préservé depuis la période préglaciaire, a survécu par miracle aux grands chantiers et aux catastrophes naturelles. Bien qu’il ait durement souffert ces deux dernières années d’une invasion de pyrales du buis, le bosquet reste d’une beauté fascinante.

Des sentiers spécialement signalés mènent les touristes à travers les fourrés denses, les roches escarpées et les labyrinthes de pierre, près des ruines d’une forteresse XI-XIIe siècle et des grottes d’une rivière de montagne agitée. La ramure des puissants ifs plonge la majeure partie du bosquet dans l’ombre et la fraîcheur, même au cours des plus chaudes journées d’été.

On peut se promener le long de deux itinéraires longs de deux et cinq kilomètres et se relaxer dans des kiosques et sur des bancs confortables. Des panneaux indicateurs renseignent sur la faune et la flore locales.

Aleksandr Demyanchuk/TASS
Dans la zone habitable se trouve le Musée de l’histoire du quartier Khostinsky avec une collection intéressante des artéfacts qui varie du casque grec du IVme siècle jusqu’au samovar persan.
Sergueï Bobylev/TASS
Sur le chemin de Macestu, vous pouvez passer par la terrasse panoramique qui offre une vue passionnante sur la Grande Sotchi. S’il fait beau, on voit même depuis la terrasse la côte turque. La terrasse est située sur la tour construite au sommet de la montagne Akhun qui s’élève à 663 m au-dessus du niveau de la mer.
Aleksandr Demiantchouk/TASS

Une datcha pour Joseph Staline - dirigeant de l’URSS de 1922 à 1953 - fut édifiée à Sotchi en 1937 selon les plans de l’architecte Miron Merjanov, auteur de la datcha « du ruisseau Botcharov » et du sanatorium Vorochilov, tous deux également situés en ville. Staline aimait se reposer ici l’automne, et sa famille l’été. De plus, des rencontres avec d’autres chefs d’Etat s’y déroulaient. Ainsi, en souvenir de la visite de Mao Zedong, dirigeant et chef de l’idéologie de la République populaire de Chine, l’écritoire en argent qu’il offrit à cette occasion a été conservé. L’extérieur de la datcha a été préservé sans modifications, de même que ses intérieurs, remplis d’essences de bois précieuses, de lustres, de divans en cuir, d’un bureau fabriqué sur commande spéciale de Staline et de photographies de famille Au rez-de-chaussée, les visiteurs se retrouveront nez-à-nez avec Staline, assis à son bureau... enfin, avec sa statue de cire

Pas loin de la datcha se situe la fameuse allée des platanes avec des fontaines musicales. L’allée a été fondée et inaugurée en 1913 en l’honneur de l’anniversaire de 300 ans de la dynastie Romanov. En 1970 le territoire des allées a été aménagé par des fontaines musicales effectuées par des ingénieurs d’Erevan. La version actuelle des fontaines est née au début des années 2000.

Aleksandr Demiantchouk/TASS

L’aquarium de Matsesta a ouvert en 2005 et réussi à rassembler l’une des plus riches collections d’habitants marins de la côte de la mer Noire. Des aquariums d’eau douce et d’eau de mer classiques remplis de poissons côtoient des bassins où vivent des crocodiles, un hippopotame, des pingouins, des iguanes, ainsi que des habitants des mers du nord : des phoques, un morse, des otaries et un phoque d’Extrême-Orient. Les véritables stars de l’aquarium sont les loutres de rivière Ashley et Harry, qui prédisaient les résultats des épreuves des Olympiades de Sotchi en 2014. L’aquarium propose d’observer le repas des requins, des pingouins, des crocodiles et de l’hippopotame, de plus on y organise des spectacles quotidiens avec le morse, les otaries et les phoques.

Aleksandr Demiantchouk/TASS
Près de Matsesta, au début du XXe siècle, des plantations de thé ont été plantées. On peut s’y promener et s’inscrire à une dégustation.