Événements

Sergueï Bobylev/TASS

L’hiver arrive tard à Sotchi, et c’est seulement vers la fin du mois de décembre qu’il y a assez de neige en montagne pour ouvrir la saison de ski. Traditionnellement, les stations montagnardes de Rosa Khutor et Gorki Gorod ouvrent solennellement les pistes aux skieurs et snowboarders par de grandes célébrations. Si les stations ne donnent pas le signal de départ le même jour, ce qui peut arriver, il vaut la peine de visiter les deux : pas seulement pour descendre des pistes fraîchement damées, mais aussi pour profiter d’un superbe programme de divertissements. 

A Rosa Khutor, les visiteurs choisissent leur bourgmestre parmi des politiciens, sportifs et vedettes du show-business russes. Le bourgmestre « gouvernera » la station tout l’hiver et participera a programmes d’animations, de concours et de quizz pour petits et grands. 

Gorki Gorod divertit avec des danses auxquelles participe le Père Gel (équivalent russe du Père Noël), des villages de souvenirs, des concours et des sets de DJs. La tradition veut que l’ouverture de la saison se termine par un feu d’artifice coloré.

Viatcheslav Prokofiev/Tass

C’est l’un des concours les plus prestigieux de Russie pour les jeunes interprètes de musique populaire. Nouvelle vague, qui avait lieu à Jurmala en Lettonie, a déménagé de la mer Baltique à la mer Noire en 2015 et sa nouvelle maison est devenue Sotchi. 

Chaque année, vers septembre, la jetée septentrionale du port maritime accueille une énorme scène et un auditorium construits pour l’occasion. La ville se couvre des symboles du festival Nouvelle Vague et l’on peut croiser des stars de la scène russe dans les restaurants, les cafés, sur les quais et dans les parcs. Même ceux qui ne parviennent pas à acheter un billet pour les concerts organisés tous les soirs peuvent écouter les performances en se promenant sur le bord de mer.

Grâce au célèbre saxophoniste russe Igor Boutman, le mois d’août est devenu celui du jazz à Sotchi. En 2010, le festival international Aquajazz - Sochi Jazz Festival est apparu dans la station pendant les Jeux culturels olympiques et est l’un des héritages des Jeux olympiques d’hiver 2014. 

Depuis lors, Igor Boutman a réussi à le porter à l’échelle internationale et à rassembler dans la station russe des centaines de musiciens de jazz parmi les meilleurs de Russie, d’Europe et des Etats-Unis. Au fil des ans, se sont produits sur les scènes du festival : Bill Evans et le groupe Soulgrass, les groupes CAB et TAKE 6, Kate Davis et Allan Harris, Oleg Akkouratov, Anatoli Kroll, l’orchestre de jazz moscovite d’Igor Boutman, Vadim Eilenkrig ou le trio de Daniel Kramer. 

C’est devenu une tradition : le festival s’ouvre par une grande parade musicale dans le parc Riviera. Igor Boutman, guidant la colonne de musiciens, joue des classiques du jazz et donne un concert gratuit au Théâtre de verdure. Il est possible d’assister aux performances d’étoiles du jazz mondial dans la salle de concert du Festival et au Théâtre de verdure. On peut aussi écouter gratuitement des groupes russes et étrangers : ils se produisent chaque jour sur des scènes en plein air.

En juillet, l’un des événements les plus en plus prisés de Sotchi est le festival musical Crescendo, dont le directeur artistique est le grand pianiste Denis Matsouïev. Ce forum musical a lieu en Russie chaque année depuis 2010, et la station balnéaire a reçu le privilège d’être une de ses résidences permanentes aux côtés de Moscou et de Pskov. Les meilleurs jeunes musiciens russes sont invités à participer au festival. Les organisateurs atteignent ainsi leur objectif principal : présenter au public la continuité des générations de l’école classique russe. Presque tous les talents participant au Crescendo ont été découverts par le fonds de charité Novie imena (« Nouveaux noms »), dirigé par Matsouïev. En plus de musiciens russes, des interprètes étrangers de renom se produisent sur la scène du festival.

Valery Matytsine/TASS

Chaque été depuis 1991, l’élite du cinéma russe se réunit à Sotchi pour assister à l’un des principaux festivals de l’industrie Kinotavr. Ce concours international présente les œuvres de maîtres et de cinéastes débutants. Le festival est inauguré et clôturé par un défilé des réalisateurs sur le célèbre tapis bleu par lequel les participants pénètrent dans le Théâtre d’hiver. Tandis que les critiques cinéma et les experts évaluent les films programmés au concours ou participent à des tables-rondes et des master-classes, les simples spectateurs profitent de séances gratuites en soirée et la nuit. Pour eux, un gigantesque écran est installé sur les colonnes du Théâtre d’hiver et la circulation est suspendue devant l’édifice, ce qui donne une salle à ciel ouvert. Les vieux de la vieille du festival savent que lors des premières qui suscitent le plus d’attente, il vaut mieux arriver plusieurs heures à l’avance pour obtenir une place. Mais même ceux qui ne trouveront pas de siège jaune pourront profiter de la projection, depuis la pelouse par exemple.

Sergueï Bobylev/TASS

En 2014, Sotchi a accueilli une étape de Formule 1 pour la première fois en Russie. Ce Grand Prix a été élu meilleur de l’année. Pour que les plus grands pilotes du monde puissent concourir à Imeretinski, un autodrome moderne a été construit. Organisateurs et pilotes ont salué son intérêt et sa complexité, parmi les meilleurs. Depuis, amateurs et supporters de la « course royale » se réunissent une fois par an à Sotchi, en mai. Parmi eux, on trouve des vedettes du show-business russe et étranger, qui donnent volontiers des autographes. Essais, entraînements, courses d’endurance et compétitions majeures, mais aussi un vaste programme de divertissements avec des concerts de stars internationales, des visites et des soirées se déroulent pendant quatre jours. Pendant cette période, le Sotchi Autodrome et tout le parc Olympique ne sont accessibles qu’aux seuls possesseurs de billets. Il est possible de suivre la course et de profiter du grondement assourdissant des moteurs depuis la tribune principale ou l’une des tribunes supplémentaires installées dans le parc Olympique, dans la mesure où la piste se faufile parmi les palais de glace.

Artur Lebedev/TASS

En participant au projet olympique, Sotchi a non seulement commencé à organiser activement des festivals et des forums, mais aussi à organiser des fêtes municipales. L’une d’entre elles est l’ouverture solennelle de la saison balnéaire estivale par un carnaval. La date de la célébration est désignée chaque année et dépend principalement du temps. D’habitude, c’est en mai que la mer est assez chaude pour que Sotchi accueille les visiteurs. 

En plus d’une dizaine de concours et de concerts dans tous les districts de la ville, le centre de Sotchi organise la principale célébration. Son point culminant est le carnaval. Sportifs et représentants du complexe balnéaire, des sanatoriums et des entreprises de la station défilent dans les rues du centre-ville vêtus de costumes incroyables.

A Sotchi, le mois de février est associé au nom de Iouri Bachmet, célèbre altiste et chef d’orchestre, qui offre aux habitants et visiteurs de la station le Festival international artistique d’hiver. Il a eu lieu pour la première fois en 2008 et c’est devenu une tradition depuis. Au cours des Jeux olympiques de 2014, le festival est devenu l’un des événements principaux de la programmation culturelle de la ville. 

Chaque années, la manifestation devient de plus en plus importante, et le public a désormais le droit à du cinéma, du théâtre et du ballet en plus de la musique classique. Le festival doit avant tout son succès aux efforts de son directeur artistique, le maestro Bachmet. Non seulement il attire chaque année à Sotchi ses deux bébés, l’Orchestre symphonique d’Etat Nouvelle Russie et l’ensemble de chambre Solistes de Moscou, mais il rassemble aussi les meilleurs interprètes du monde entier. Sur la scène du Théâtre d’hiver et dans la Salle d’orgue de la station se sont produits des solistes du Théâtre Bolchoï et de l’Opéra national de Vienne, des étoiles du ballet du Théâtre royal de Covent Garden, des Théâtres Bolchoï et Maly, de l’Académie du théâtre Vakhtangov, du Petit théâtre dramatique de Saint-Pétersbourg, du théâtre moscovite Atelier Piotr Fomenko et du célèbre théâtre de marionnettes milanais Carlo Colla e Figli. Bachmet ne craint pas de mêler musiques classique et moderne, en invitant le groupe de folk Pelagueïa, la chanteuse jazz Nino Katamadze, ou en organisant des concerts communs avec la star du rock russe Diana Arbenina. Les artistes invités donnent également des masters-classes, y compris pour enfants.

L’année des festivals commence à Sotchi par le forum d’hiver de l’Union International du KVN, le Club des Personnes gaies et intelligentes (un concours télévisé humoristique populaire en Russie). Pendant de longues années, le festival se tenait en centre-ville, au bord de mer, mais avec l’apparition des stations de Krasnaïa Poliana, il s’est rapproché des cimes du Caucase, à Gorki Gorod. Pendant presque deux semaines du mois de janvier, les participants y habitent et s’y produisent. Sélections et finale sont diffusées sur la chaîne télévisée Pervy Kanal. Le KVN prévoit aussi des représentations gratuites sur les scènes en plein air de la station. Des centaines d’équipes d’humoristes venues de Russie et des pays de la CEI s’inscrivent chaque année pour participer au festival. Les représentations et le concours de sélection se déroulent quotidiennement dans la boîte de nuit Sky Club et dans la salle de projection Gorki Gorod, et les tournages pour la télévision dans la salle de concert Galaktika.