Théâtres et salles de concert

En 1932, Concordia, le théâtre situé sur les rives de la rivière Tsaritsa, a tenu la première mise en scène du Théâtre musical de Stalingrad, Servante, l’opérette de Nikolaï Strelnikov. Dans la première année de son existence la comédie musicale a offert aux spectateurs 13 premières et a fait des tournées à Moscou, Kiev et Kharkov. Les saisons suivantes ont aussi eu un succès surprenant. Le théâtre a tourné des opérettes classiques de Carl Zeller, Robert Plunkett, Franz Lehár, Emmerich Kálmán, Johann Strauss, ainsi que des œuvres modernes : les opérettes La foire à Sorotchintsy (Alekseï Riabov), Mariage à Malinovka (Boris Aleksandrov) et La Vallée d’Or (Issaak Dounaïevskiï). La guerre a brisé ce travail fructueux. Le feu des batailles de Stalingrad a détruit les costumes, les décorations et le bâtiment du théâtre. Lors de son évacuation à Kazan et Omsk, le théâtre n’a pas arrêté son travail, et après la libération de Stalingrad la troupe y est retournée. L’usine de tracteurs lui a proposé un bâtiment rénové du club. Malgré les conditions très modestes et l’absence totale de chauffage, le théâtre a joué à guichet fermé. En 1952, la comédie musicale de Stalingrad a obtenu un excellent bâtiment historique situé sur le quai. Il a continué à élargir le répertoire, a mis en scène les opéras La Fiancée vendue (Bedřich Smetana) et La foire à Sorotchintsy (Modeste Moussorgski), les ballets Le Pavot Rouge (Reinhold Glière), Esmeralda (Cesare Pugni) et beaucoup d’autres. Dans les années 1960-1970 le personnel du théâtre a travaillé avec des compositeurs célèbres comme Vassili Soloviov-Sedoï, Vladimir Semionov, Nikolaï Minkh, et Konstantine Listov. En 1972 le théâtre a reçu le Prix d’Etat de l’URSS pour la mise en scène de l’opérette La mélodie des montagnes enneigées de Guéorguiï Tsabadze. Quelques années plus tard, il a aussi reçu le prix pour le spectacle Héroïne nécessaire de Véniamine Basner. À la base du collectif musical du théâtre l’on a créé le premier orchestre symphonique de la ville.

Au début des années 1990, le bâtiment du théâtre a fermé pour des réparations pour une durée de cinq ans. Le collectif, qui s’est vu contraint à travailler sur des scènes tierces, n’a pas arrêté le processus créatif, a réalisé de nouvelles mises en scène et des programmes de concert. En 1995, le théâtre a obtenu le statut de théâtre musical. En 2003, il a reçu le prix de la ville de Volgograd pour son spectacle musical dénommé Le grand dévouement de Stalingrad dédié au 60e anniversaire de la Victoire dans la bataille de Stalingrad.

Depuis le début des années 2000 le Théâtre musical organise un festival interrégional des jeunes musiciens. En 2001, a eu lieu le premier festival d’opéra Volga en automne, qui a rassemblé des solistes des théâtres d'opéra russes et des pays voisins. En 2004, s’est déroulé, le premier festival de l'opérette au nom de Tamara Papina, Artiste du peuple de la Fédération de Russie, citoyen d'honneur de la ville-héros de Volgograd. Au cours de son histoire, le théâtre a réalisé plus de quatre cents de mises en scène, a fait naître plusieurs générations d'acteurs et de musiciens talentueux. Aleksandr Koutiavine, son directeur en chef, et Vadim Venediktov, chef d'orchestre, tous les deux artistes émérites de la Fédération de Russie, continuent les belles traditions du Théâtre musical.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com

Théâtre mobile régional d’Ourioupinskaïa, le premier théâtre des cosaques dans la région et le deuxième théâtre national des cosaques en Russie s’est ouvert en 1909 dans le village d’Ourioupinskaïa. En 1970, après la réorganisation par fusion avec le théâtre dramatique de Kamychine, l’équipe a été nommée Théâtre des cosaques du Don. En 1992, il a donné vie au Théâtre d'État des Cosaques du Don, l'un des premiers projets de théâtre, qui a réussi à réaliser les traditions des Cosaques du Don. Parler de l'histoire et de la culture de sa région natale, c’est la tâche principale du Théâtre des cosaques. Son premier spectacle mis en scène était celui dénommé « Je suis venu à vous donner libre cours » de Vassili Choukchine. Ces spectacles représentent une combinaison parfaite de la virtuosité d’acteurs dramatiques, de la dramaturgie populaire, d’instruments de musique anciens et de la polyphonie populaire cosaque. Son répertoire consiste en des spectacles classiques et modernes, notamment les suivants : De l’amour à la haine, (Nikolaï Staritskiï), Vanka-Kaïn (Boris Khmelnitski), Podkhaliouzine et Cie (Alexandre Ostrovski), Les Sables (Alexandre Serafimovitch) et bien d'autres.

Le théâtre a été fondé par Vladimir Liapitchev, son premier directeur et artiste émérite de la Fédération de Russie. En 2005, ses acteurs ont remporté la première place au festival Compliment (la ville de Novotcherkassk) pour la mise en scène de la pièce d’Aleksandr Kopkov Villageois. En 2006 et 2007, le théâtre a reçu le diplôme du festival international Homo ludens (Mykolaïv, Ukraine). En 2010, Vladimir Tikhonravov a été nommé directeur en chef du théâtre ; après la mise à jour de son répertoire, en 2011 le théâtre a obtenu un nouveau nom, celui du Théâtre musical et dramatique des cosaques de Volgograd. Le théâtre a fait des tournées dans de nombreuses villes de Russie et des pays voisins. En 2016, il a ouvert le III Festival International de Théâtre La Trinité (Serguiev Possad) par son spectacle Les contes. Le bâtiment du théâtre dans le style éclectique en briques représente un intérêt particulier, car c’est un monument classé qui a plus de 150 ans.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
En Septembre 2006, le Théâtre jeunesse de Volgograd s’est ouvert dans le bâtiment de l’ancien cinéma Volga par la pièce Mon plaisir d’Alekseï Arbouzov. Jusqu’à son ouverture, la troupe avait composé un projet indépendant dénommé Théâtre jeunesse dans la rue Kniaguininskaïa, sous la direction d’Alekseï Sérov. En 2012, le metteur en scène Vladimir Bondarenko a pris la direction. Le répertoire du théâtre compte 26 spectacles de tous genres théâtraux, y compris pour enfants. Sa troupe participe à des festivals tout à fait divers. En 2008, le Théâtre jeunesse de Volgograd a reçu le Prix d’État de la région de Volgograd dans la catégorie Le Théâtre pour sa pièce La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Aleksievitch. En 2010, dans le cadre de l’opération dénommée Volgograd – Mission commémorative il a réalisé ce spectacle dans 13 villes de la Russie et de la Biélorussie. En 2014, le théâtre a reçu le Prix d’État de la région de Volgograd pour son spectacle « Avant que le coq chante ». Sa salle confortable peut accueillir 82 personnes, il n’y a pas de scène, ni de frontières entre les acteurs et les spectateurs.
Nikolaï Galkin/TASS

Depuis son ouverture en 1936, la philharmonie a pris une part active à la vie de la ville. Elle a été créée sur la base de l'Orchestre symphonique du Comité de Radio de Stalingrad et a réalisé son premier spectacle au parc municipal de la culture et de loisirs.

En 2016, la Philharmonie régionale de Volgograd a commémoré son 80e anniversaire. Chaque année elle héberge plus de quatre cents concerts d'artistes russes et étrangers. La philharmonie se compose de l’Orchestre symphonique académique de Volgograd, Volzhsky Orchestre folklorique russe au nom de Nikolaï Kalinine, l’orphéon de Volgograd, l’ensemble de chants cosaques La fleur d’Azur, l’ensemble Tsarytsa, l’ensemble des chansons, des romances et de la musique instrumentale La Cerisaie, l’ensemble des chansons folks et populaires de Grigori Ponomarenko, ainsi que des instrumentistes et vocalistes. Les ensembles philharmoniques jouent tous types de la musique : musique symphonique, folk, d’orgue, de chambre, vocale, instrumentale, classique, contemporaine, nationale, étrangère, musique destinée aux enfants et aux adultes.

La Philharmonie est particulièrement fière de l’orgue situé dans la Salle de concerts centrale. Produit en 1982 par Rieger-Kloss en Tchécoslovaquie, cet orgue a été présenté à la ville-héros de Volgograd en gage d'amitié des peuples tchèque et russe. Conçu dans le style Art Nouveau, cet instrument a des capacités techniques exceptionnelles. Les premiers concerts d'orgue ont eu lieu en automne 1989. En 1996 et 2000, la Salle de concerts centrale a accueilli des festivals internationaux de musique d’orgue avec la participation des organistes renommés tels que Daniel Roth (France), Hans Van Newkop (Pays-Bas), Peter Planyavski (Autriche). Les saisons de la musique d'orgue s’ouvrent en septembre afin de se terminer en juin. Des concerts de soirée dénommés Le recueil des chefs-d’œuvres du baroque au moderne, Légendes musicales, et Organ Plus sont particulièrement populaires.

La Philharmonie régionale de Volgograd a plusieurs fois hébergé la fête des orchestres folkloriques professionnels Nikolaï Kalinine. Chaque année cette fête, qui s’est tenue la première fois au printemps 2005, attire de plus en plus de participants. La troisième fête tenue en 2009 a obtenu le statut international.

En hiver 2008, la Philharmonie régionale de Volgograd a organisé le premier Festival international de Noël des Arts CON BRIO avec la participation des organistes Yevguénia Lissitsyna (Lettonie), Anastassia Sidel'nikova (Moscou), chanteuse Tatiana Teslia (République tchèque), organiste Alekseï Parchine (Moscou) et bien d'autres. La Philharmonie régionale de Volgograd soutient le programme visant à promouvoir la créativité des enfants dénommé Les fleurs de la musique. Les lauréats du programme ont la chance de se produire sur scène accompagnés par l'Orchestre symphonique de Volgograd.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
En 1908 Vladimir Miller, propriétaire du théâtre Concordia, a créé la première troupe d’opéra à Tsaritsyne composée des solistes des théâtres impériaux de deux capitales et de l'Opéra de Saratov. Ce n’est qu’en 1993 qu’il est ouvert le premier opéra, l’entreprise d’opéra de Volgograd. Sur la scène de la Salle de concerts centrale il a réalisé son premier spectacle – l’opéra de J. Puccini Cio-Cio-San. En 2004, son successeur, le Théâtre d’État Opéra de Tsaritsyno s’est ouvert dans le Palais de la Culture de l’usine métallurgique Octobre Rouge. La salle de concerts du Palais de la Culture, construit en 1956 dans le style de l'empire de Staline par l'architecte Iakov Kornfeld, possède des caractéristiques acoustiques très uniques. Le premier spectacle que le théâtre a mis en scène est l’opéra La Fille de neige de Nikolaï Rimski-Korsakov réalisé par Mikhaïl Pandjavidze, directeur du Théâtre du Bolchoï. L’ouverture du théâtre en 2004 a coïncidé avec le I Festival International « Les traditions opératiques de Tsaritsyno » ayant réuni des solistes des théâtres d'opéra de Moscou, Nijni Novgorod, Samara, Saratov, Perm, Odessa et Kharkov. Depuis 2006, le théâtre travaille en collaboration avec le Théâtre du Bolchoï de la Russie. Des solistes des théâtres d'opéra de Moscou, Kazan, Oufa et Saratov apparaissent dans des spectacles réalisés à Volgograd. En quelques années la scène de l’Opéra de Tsaritsyno a accueilli les spectacles suivants : Directeur de Théâtre de Wolfgang Mozart, Cio-Cio-San de Giacomo Puccini, Aida de Giuseppe Verdi, La Fille de neige de Nikolaï Rimski-Korsakov, La Roussalka d’Alexandre Dargomyjski, les ballets La Dame et le Hooligan de Dmitri Chostakovitch, La Nuit de Walpurgis de Charles Gounod, Apollon musagète d’Igor Stravinski, et Giselle d’Adolphe Adam. En 2011, le Ministère de la Culture de la région de Volgograd a décidé d'établir un répertoire constant du théâtre. Chaque année en mai, le théâtre héberge le festival international d’art dénommé Alliance d’opéra.

Le Seul en scène de Volgograd doit son existence à Zinaïda Gourova, artiste émérite de la Fédération de Russie, producteur, réalisateur et directeur artistique du projet. Elle écrit des scénarios, met les spectacles en scène, choisit les décorations et joue tous les rôles. Le théâtre a été fondé en 1989 par la mise en scène du spectacle Sainte Vérité d'après des poèmes et des lettres d’Anna Akhmatova. Au cours de son histoire qui compte déjà trente ans le théâtre a réalisé 25 spectacles. Grâce à la belle voix et l’excellente diction de Zinaïda Gourova, son discours expressif et virtuose, ses performances en solo sont vouées à la réussite.

Zinaïda Gourova organise également le festival international des seuls en scène dénommé Seul et tous, inclus dans le calendrier européen des festivals des seuls en scène sous l'égide de l'UNESCO et tenu à Volgograd tous les deux ans. Zinaida Gourova fait des tournées à Moscou, Saint-Pétersbourg, Sébastopol, Bakou, Perm, Krasnodar, et dans différentes villes des pays voisins, la Bulgarie, la République tchèque, la Pologne.