Temples et monastères

Serge de Radonège est l'un des saints les plus vénérés en Russie. Cet ascète orthodoxe s’est opposé aux guerres intestines, a béni le prince Dimitri Donskoï avant la bataille de Koulikov, a fondé la Laure de la Trinité-Saint-Serge, a soulevé une véritable pléiade d'étudiants qui ont créé des monastères magnifiques. Pour commémorer ce saint on a construit beaucoup de temples de Saint-Serge sur le territoire de toute la Russie.

En 1908 Aleksandr Repnikov et Konstantine Voronine ont construit à Tsaritsyne une église en pierre de Saint-Serge. En 1932, l’église a fermé. Le 20 juin 1993, le patriarche Alexis II a béni le terrain destiné à la construction du temple en mémoire du 600e anniversaire de la mort de Saint-Serge. L'église construite grâce à des dons privés a été sanctifiée le 14 novembre 1999. Son bâtiment moderne se situe dans un endroit pittoresque qui offre une vue impressionnante sur l'ensemble du centre-ville. Le bâtiment possède une caractéristique architecturale très intéressante : d’énorme vitraux en verre vert illuminés la nuit. 

A l’intérieur, il est décoré de minerais de l’Oural, de bois précieux, de moulures et d’icônes en mosaïque créées par les artistes de Volgograd. Dans l’église de Saint-Serge de Radonège se trouvent les reliques de vingt saints offerts par les moines d’Athos et un fragment des reliques de Nicolas de Myre.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
L’église de Saint Nikita, érigée en 1795 sur les deniers du gouverneur général d’Astrakhan Nikita Beketov, est la plus ancienne église orthodoxe de Volgograd. Ses murs, peints d’une couleur jaune clair, et les deux lignes de fenêtres confèrent à cette église un très bon éclairage. Au XIXe et au XXe siècles, l'église a subi deux reconstructions. 

En 1867, elle s’est vue agrandir et est devenue cruciforme, et en 1901 un clocher de pierre a été construit. Depuis lors, l'église a acquis son aspect contemporain qui rapproche des traits du classicisme et de l'éclectisme avec des éléments de l'architecture ancienne russe. À l'heure actuelle, c’est une église cruciforme avec une abside pentagonale, un réfectoire rectangulaire et un clocher à trois niveaux, tous placés sur le même axe. L’abside est entourée par six colonnes toscanes sur de hauts socles. Détruites au début des années 1990, ces colonnes qui se montent vers une corniche profilée en bois ont été reconstruites en 1997. Chaque face de l'abside comporte plusieurs fenêtres. Au-dessus de l'abside de l’église de Saint Nikita il y a un tambour octogonal avec un dôme, ce qui n’est pas tout à fait habituel pour l’architecture russe. 

Les chapelles de l’église nous rapportent au motif de l'arc de triomphe avec un grand arc-entrée dans le centre et de grandes fenêtres cintrées décorées par des pilastres. Sur les murs ouest et est des chapelles il y a des niches cintrées plates décorées par des pilastres jumelés. À l'époque soviétique, l’Église de Saint Nikita a suspendu les offices divins pour trois ans : elle a fermé en 1940 pour reprendre les liturgies le 8 mai 1943 à la demande des habitants du village Staraïa Otrada et du village portant le nom de Yerman et suite à une autorisation du comité exécutif du Conseil municipal de Stalingrad. 

En 1955, l’évêque d’Astrakhan et Stalingrad Serguiï (Larine) a béni les travaux de restauration de l’église de Saint Nikita qui ont repris dans les années 1990. L’association culturelle russe a apporté une contribution importante à la restauration de l’église et lui a offert des icônes vénérées comme la Nativité de Saint Jean le Précurseur, ma Présentation de Jésus au Temple et une icône de la Sainte Vierge Le ciel sacré. En 1993, le Patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexis II a fait une visite à l’église de Saint Nikita.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
L’église de Sainte Parascève est l’une des plus anciennes églises de la ville. Elle a été construite au début du XXe siècle par Vassili Lapchine, marchand et usinier de Tsaritsyne, en mémoire de sa défunte épouse et en l'honneur de son saint patron. Ayant terminé la construction en 1915, il n’a pas mis au point l’intérieur de l’église à cause de l'éclatement de la Première Guerre mondiale.

Après 1917, l’église a été fermée, le dôme retiré et elle a été reconstruite pour les besoins d’un club de travailleurs. En 1991, à la demande de l’archevêque de Volgograd et Kamychine Guerman, ce bâtiment a été rendu à l'Église orthodoxe russe. Après quoi l'église a beaucoup changé : on a construit un narthex, l’entrée principale, le parvis et un nouveau dôme. L’église possède l’icône de Sainte Parascève le Grand Martyr et l’icône du Saint Martyr Prêtre Nikolaï Popov avec un fragment de ses reliques.

En 1903 l’évêque de Saratov et Tsaritsyne Hermogène (Dolganov) a décidé de construire un monastère. Le 16 mai 1903 le comité sur la construction du monastère masculin du Saint-Esprit s’est prononcé sur sa construction et, le 17 février 1904, la Douma de Tsaritsyne a accordé une place pour le monastère. La construction de l’église en pierre au nom du Saint-Esprit s’est achevée le 28 octobre 1907. L'hiéromoine Héliodore (Troufanov) est devenu son premier archiprêtre. Plusieurs bâtiments sont apparus dans la cour du monastère à cette époque. Les fidèles y ont apporté une contribution importante sous forme d’argent, de matériel et de travail. La béate Marfa Medvedskaïa a pris la tête de la collecte de fonds. La construction s’est achevée dans la première moitié de 1911. 

Le monastère se composait de bâtiments de deux ou trois étages. Il y avait des chambres d’évêques, des cellules, des hôtels, des appartements de bienfaiteurs, des écoles spécialisées, une imprimerie, un service administratif, un hospice et des locaux auxiliaires. Près du temple principal il y avait une place avec des fleurs, une fontaine et une piscine. Le 27 septembre 1911 l’hiéromoine Héliodore a commencé la construction ambitieuse de cavernes souterraines, qu’il avait comparées aux Catacombes des premiers chrétiens. Ces cavernes n'étaient qu’un labyrinthe à trois niveaux. En septembre 1912, le Monastère masculin du Saint-Esprit est devenu un monastère pour femme. 

En 1913, on a béni l’église d'hiver de l'Annonciation située sur le territoire du monastère. En 1914, la Douma de Tsaritsyne a décidé d’inclure l’école paroissiale du Monastère du Saint-Esprit dans le registre des établissements scolaires locaux. Le Monastère du Saint-Esprit a toujours été au cœur des événements les plus importants de la ville. A partir de décembre 1920, il a hébergé une infirmerie. Après l’établissement du pouvoir soviétique, on a réservé certains locaux du monastère à un camp de concentration de marchands, manufacturiers et commerçants condamnés au travail forcé. 

En 1923, le monastère abritait une maison communautaire et un club. Après la fin de la Grande guerre patriotique, sur la base des bâtiments détruits lors de la bataille de Stalingrad l’on a construit les quartiers de la cité militaire n° 136. En 1991, l’archevêque de Volgograd Guerman (Timofeïev) a décidé de rendre ces terres monastiques à l'Église orthodoxe russe. Le premier bâtiment rendu par le service militaire se trouvait à l'intersection des rues de Tchapaïev et Rokossovski. C’est ici qu’en mars 1992 on a rétabli le Monastère masculin du Saint-Esprit. Ensuite, le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie a remis à l’église les bâtiments des quartiers militaires qui subissent des réparations majeures et une reconstruction.

Le Monastère du Saint-Esprit abrite la chancellerie du Diocèse de Volgograd et l’Université orthodoxe de Saint-Serge de Radonège à Tsaritsyne. C’est aussi le lieu de résidence du Métropolite de Volgograd et Kamychine Guerman. Dans les quartiers militaires on va équiper des salles de classe, une bibliothèque et un internat aux étudiants de l’Université orthodoxe. Dans le temple du Monastère du Saint-Esprit se trouvent les reliques du Saint Martyr Prêtre Nikolaï Popov. Le monastère possède également un faisandier plein d'oiseaux rares et d’animaux.

En 1909, l’on a découvert dans le lit majeur de la rivière Tsaritsa la bonne fontaine de Jean. D'après une légende, cette fontaine a guéri beaucoup de soldats blessés pendant la Grande Guerre patriotique. Cette zone paisible au cours de la bataille de Stalingrad, s’est vue oubliée après la guerre. Cependant, en 1995 on l’a bénie pour construire, en automne 2001, une chapelle avec une piscine. En 2002, on a commencé la construction d’une église de Jean près de la bonne fontaine. Cette dernière fait partie du guide des lieux saints de la Russie. La fontaine, dont l’eau ne gèle pas en hiver, est ouverte en toute saison.
wikipedia.org/Pauk
En 1899, l’Église catholique de l'Assomption de la Sainte Vierge Marie très bien décorée et peinte a été construit à Tsaritsyne. Les colons allemands apparus dans la région de Volga à la fin du XVIIIe siècle y constituaient les premiers catholiques. En 1930, l’église a été fermée, puis elle a abrité une école et un club avant d'être rendu à l'Église catholique le 9 janvier 1992. Pendant 5 années, des experts de Russie, d’Autriche et d’Allemagne ont restauré son bâtiment. Le 4 mai 1997, l'église fut consacrée en l'honneur de Saint Nicolas de Myre. Dans la façade principale du bâtiment au style pseudo-gothique on peut voir un arc brisé et une rosette, au-dessus de l'entrée principale il y a un clocher pointé. Dans l’autel de l’église se trouvent des fragments des reliques de Saint Nicolas de Myre, envoyés de Bari. L’église détient également une copie de ladite Madone de Stalingrad, l'image de la Vierge à l'enfant dessinée au fusain par un prêtre protestant Roïbert le soir de Noël pendant la bataille de Stalingrad.
Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
A la fin du XIXe siècle, une première synagogue s’est ouverte à Tsaritsyne à l'intersection des rues Balachovskaïa et Kassimovskaïa. Puis, en 1911 l’on a construit la deuxième synagogue dans le centre-ville, qui a été fermée en 1929 face à la nécessité « d’utiliser le bâtiment pour les besoins culturels et éducatifs ». La première synagogue a été fermée en 1940 pour héberger un dessoûloir médical, puis le département des services communaux de la ville. Les bâtiments des deux synagogues n’ont pas été détruits lors de la bataille de Stalingrad. En 2002, l’on a rendu le bâtiment de la première synagogue dans la rue Balakhninskaïa à la communauté juive de Volgograd. En 2005, les travaux de restauration ont commencé sous la direction de l’architecte Sergueï Sena.

En 2007, la synagogue a été inaugurée lors d’une cérémonie solennelle. Les restaurateurs ont reconstitué son intérieur, construit le troisième étage destiné aux hôtes de la synagogue, et conservé quelques fragments originaux de murs. La synagogue offre une exposition de plaques en marbre qui ont auparavant décoré les intérieurs de la deuxième synagogue avant d’être arrachées, disparues à l'époque soviétique et découvertes lors des travaux de tuyauterie.

Serguéï Grigorenko/Welcome2018.com
La Grande Mosquée construit en 1999 dans la rue Povorinskaïa a récemment subi une reconstruction. Avant la révolution de 1917 il y avait deux mosquées à Tsaritsyne, tous les deux détruites après la guerre.