Itinéraire. Plaine Volga-Akhtouba

La plaine Volga-Akhtouba est un parc naturel unique en son genre s’étalant sur plusieurs dizaines de kilomètres entre la Volga et son défluent gauche, l’Akhtouba. Au milieu des steppes brûlées par le soleil l’été et recouvertes de neige l’hiver, un territoire dont le climat est proche du climat subtropical de la mer Noire s’est formé au cours des derniers 7000 à 8000 ans. Cascades de lacs et de méandres, prairies humides (la plaine est partiellement inondée lors des crues printanières), chênaies, endroits riches en champignons, zones de nidification et de détente des oiseaux : ce territoire étonnamment beau, à proximité immédiate de Volgograd, était déjà le lieu préféré des citadins et des touristes pour leurs loisirs au milieu du siècle dernier. Ici, il y a de nombreuses bases de loisirs et datchas, mais aussi des coins préservés de la main de l’homme. Mieux vaut réserver un ou deux jours à la plaine Volga-Akhtouba, en alliant la détente dans la nature à la découverte de sites d’intérêt anciens et contemporains.

Une journée en voiture

welcome2018.com

Le Lac aux Lotus du district Srednieakhtoubski est un site d’intérêt relativement nouveau, apparu soudainement en 2007. Ce petit lac situé près de la commune de Krasny Bouksir, près de la route Volgograd - Srednyaïa Akhtouba, n’était qu’un étang ordinaire jusqu’en 2007. L’apparition soudaine de la plus belle fleur de l’Orient en ces lieux reste à ce jour sans explication rationnelle dans la mesure où les lotus sont des plantes très capricieuses, qui demandent des conditions particulières, alors que le climat de la région de Volgograd ne leur convient pas vraiment. En Russie, il n’y a que quelques endroits où l’on peut voir des lotus. L’un d’entre-eux se trouve en Extrême-Orient, un autre dans le kraï de Krasnodar et le plus proche près d’Astrakhan. Désormais, il en existe un près de Volgograd. Les lotus fleurissent d’août à septembre.

welcome2018.com

Le monument au légendaire ataman cosaque Stepan Razine à Srednyaïa Akhtouba est une nouveauté. Il a été conçu par le célèbre sculpteur de Volgograd Sergueï Chtcherbakov et installé en 2008. Selon la légende, la commune de Srednyaïa Akhtouba aurait été fondée par Stepan Razine en personne, quand ce dernier quitta Tsaritsyne (Volgograd) avec un grand nombre de partisans en 1668. En passant près de l’endroit où se trouve aujourd’hui Srednyaïa Akhtouba, Razine se rendit compte qu’il y avait trop de gens avec lui et installa certains d’entre eux avec leurs familles sur les rives de l’Akhtouba. Chaque colon reçut du pain, du sel et divers instruments. Cette histoire n’a pas été confirmée, mais l’on sait de source sûre que dans les premières décennies de son existence Srednyaïa Akhtouba était un village de brigands en conflit avec Tsaritsyne. Des expéditions punitives étaient régulièrement lancées depuis Tsaritsyne et il y avait de violents affrontements armés. 

welcome2018.com
En décembre 1922, près du village de Tsarev, eut lieu la plus importante pluie de météorites jamais enregistrée dans l’histoire de la Russie. Lors de ce phénomène, dans de nombreuses zones de population de l’actuel district Leninski de la région de Volgograd, des témoins observèrent les traces atmosphériques de la pluie de météorites (« un dragon volant dans le ciel »). Les récits de cette pluie se répandirent à tout le pays, le phénomène prit une signification mystique et les météorites elles-mêmes se virent attribuer des propriétés particulières. Néanmoins, malgré l’attention élevée de la société et l’annonce que l’Académie des Sciences récompenserait spécialement celui qui trouverait le lieu de chute des aérolites, on échoua à les localiser. Ce n’est qu’au bout de plusieurs décennies qu’on trouva les météorites, en 1968. La masse totale des fragments que l’on parvint à recueillir sur un espace de 15 kilomètres carrés s’élevait à 1225 kg, le plus gros d’entre eux pesant 284 kg (il se trouve aujourd’hui à Moscou).
Ici, on peut encore régulièrement observer des pluies d’étoiles. Les pluies d’étoiles filantes d’août des steppes de la Volga, avec leur air pur, sont particulièrement belles.
welcome2018.com

Dans le district Leninski de la région de Volgograd, près du village de Tsarev, se trouve un endroit sur le territoire duquel s’étendait au XIVe siècle la grande ville de Saraï-Berke. Aujourd’hui, ces lieux sont un site classé au patrimoine culturel d’importance fédérale et des fouilles archéologiques y sont menées. Saraï Berke a été fondée vers 1260 par le chef de la Horde d’Or Berké, tandis que la capitale de l’État se trouvait dans une autre ville, Saraï Batu, située non loin, sur le territoire de la région actuelle d’Astrakhan. Sous le règne du khan Ouzbek, la capitale fut déplacée à Saraï Berke. Pendant cette période, il s’agissait d’une énorme ville multiethnique, dont la population comptait plusieurs dizaines de milliers de personnes, ce qui était tout à fait considérable pour l’époque. Saraï Berke fut détruite en 1395 lors de l’invasion du fameux conquérant Timour (Tamerlan). Les ruines en briques de Saraï Berke ont longtemps été conservées. Des voyageurs du XIXe siècle les ont décrites. Néanmoins, à partir de la fin du XVIIIe siècle, les ruines commencèrent à être dépouillées rapidement : leurs briques étaient tout simplement pillées. Jusqu’à présent, de nombreuses maisons construites dans différents villes et villages de ce côté de l’Akthouba au XIXe siècle sont faites en partie ou en totalité de briques prises à Saraï Berke. Des rues et des bâtiments de l’ancienne capitale de la Horde d’Or, il ne reste que les fondations cachées dans le sol.