Promenade dans l’avenue Lénine

L’avenue Lénine est l’artère principale de Volgograd et l’une des plus longues de Russie. Sa longueur est d’environ 15 km. L’avenue traverse trois districts de la ville : le district Central, celui d’Octobre Rouge et celui du Tracteur.
 Il vaut la peine de passer par la partie où elle est une promenade, de la place Predmostnaïa à la place Lénine.

Aleksandr Zelikov/TASS

Non loin de la place Predmostnaïa, dans le square qui sépare l’avenue Lénine en deux parties dans le sens de la longueur, se trouve un mémorial installé en 1989 en l’honneur des 400 ans de la ville. La composition, œuvre des sculpteurs de Volgograd Iouri Iouchine et Aleksandr Tomarov, ainsi que de l’architecte Oleg Sadovski, prend la forme de deux fusiliers majestueux, fondateurs et défenseurs de Tsaritsyne. Le mémorial en lui-même, dont la silhouette rappelle les contours d’une épée russe, se dresse symboliquement sur le territoire de l’ancienne forteresse de Tsaritsyne. Derrière les fusiliers, on distingue les créneaux des remparts de la forteresse. Dans leurs mains, ils portent une charte avec ce message aux générations futures :  «  Ô ville natale ! Les siècles passent mais n’obscurcissent pas ta gloire héroïque qui ne disparaîtra jamais de la mémoire du peuple. A nos lointains ancêtres et nos contemporains, à ceux qui se donnèrent de la peine pour le bien de la Patrie et combattirent pour sa liberté, résistants et braves, illustres et anonymes, pour les 400 ans de Volgograd nous présentons notre profond salut, notre amour et notre souvenir ».

Aleksandr Zelikov/TASS

Sur l’avenue Lénine s’élève un monument à la célèbre poétesse russe Margarita Agachina, qui vécut de longues années dans cette ville et lui consacra de nombreuses et belles lignes. La sculpture est installée dans un square nommé en l’honneur de la poétesse. Beaucoup de ses poèmes, parlant à chaque cœur russe, ont servi de textes à des chansons connues. L’une des plus célèbres est A Volgograd pousse un bouleau sur une musique de Grigori Ponomarenko et interprétée par Lioudmila Zykina.  Aujourd’hui, ce bouleau symbolique pousse justement près du monument à Margarita Agachina, installé en 2004. Son auteur est l’artiste sculpteur Viktor Fetissov.

Aleksandr Zelikov/TASS

Le bâtiment de l’Administration de l’oblast de Volgograd se trouve dans l’avenue Lénine. C’est l’une des constructions les plus originales de la ville. Aujourd’hui unifié, l’édifice se compose de deux immeubles prérévolutionnaires du XIXe siècle. En se tenant face à l’entrée centrale du monument, l’aile qu’on voit à droite était alors une école secondaire scientifique et celle de gauche le premier gymnasium pour garçons.  L’école secondaire scientifique a été construite par le marchand Mikhaïl Bojeskov entre 1880 et 1881. Le bâtiment s’est avéré extrêmement coûteux dans la mesure où les travaux de construction impliquaient le comblement d’un ravin.

Sous cet immeuble se trouvent des fondations sur 22 mètres de profondeur. Avant la révolution, différentes organisations y étaient installées. Avant l’école secondaire scientifique ouverte en 1907, les locaux étaient loués par la filiale de Tsaritsyne de la banque d’Azov et du Don. Après la révolution, le bâtiment fut transféré aux syndicats professionnels et devint un Palais du Travail.

L’ouverture du premier gymnasium pour garçons (dans la future aile gauche de l’Administration de l’oblast de Volgograd actuelle) eut lieu à Tsaritsyne en 1875. En l’honneur de la visite en 1877 du tsarévitch et de son épouse (le futur empereur Alexandre III et l’impératrice Maria Fiodorovna) dans la ville, le gymnasium prit le nom d’Alexandre. Au début de la Première Guerre mondiale, des soldats occupaient le gymnasium Alexandre, centre de mobilisation militaire. En 1918, le gymnasium ferma ses portes. En 1919, alors que la ville était contrôlée par les gardes blancs, le quartier général et l’état-major du baron Piotr Nikolaïevitch Wrangel se trouvaient ici.

Au cours de la bataille de Stalingrad, de 1942 à 1943, le bâtiment du gymnasium souffrit un peu moins que celui de l’école secondaire scientifique. En particulier, son escalier historique nous est parvenu. En 1950, l’architecte Alekseï Koulev fut chargé d’un projet d’édifice pour le comité régional du parti communiste et le Soviet régional des députés des travailleurs. Il réussit si bien à unifier l’ancien gymnasium Alexandre et l’ex école secondaire scientifique que l’ouvrage semble être une entité unique. L’espace entre les deux bâtiments a été comblé par une colonnade massive.

Aleksandr Zelikov/TASS

A l’intersection de l’avenue Lénine et de l’Allée des Héros se dresse un buste en bronze de Vassili Sergueïevitch Efremov, aviateur deux fois Héros de l’Union Soviétique. Ce monument dédié au « faucon de Stalingrad », comme on appelait Vassili Efremov, citoyen d’honneur de la ville-héros de Volgograd, fut installé de son vivant en 1948. L’auteur du monument est le sculpteur Anatoli Grigoriev. Né à Tsaritsyne en 1915 dans une famille ouvrière, Efremov rêva des cieux dès l’enfance. Son rêve devint réalité. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il était pilote de bombardier et combattit notamment au-dessus de sa ville natale. Pendant la bataille de Stalingrad, il accomplit 198 missions de combat, liquida cinq convois ennemis, 15 véhicules, 11 avions et de nombreux autres équipements militaires fascistes. Vassili Efremov reçut l’honneur d’allumer la Flamme Eternelle du Panthéon de la Gloire du kourgane Mamaïev où il fut plus tard inhumé. Sa tombe se trouve sur la principale hauteur de Russie à côté de celle du célèbre tireur d’élite Vassili Zaïtsev, Héros de l’Union soviétique.

Aleksandr Zelikov/TASS

La place Predmostnaïa est située sur le territoire de la forteresse de Tsaritsyne. Cette place a acquis son aspect contemporain dans les années d’avant-guerre, au moment de la construction du nouveau pont d’Astrakhan. Avant le début des années 1940, une grande route tournait à gauche vers la Volga, où se trouvait la descente d’Astrakhan. 

Aleksandr Zelikov/TASS

La promenade de l’avenue Lénine compte trois fontaines réalisées dans le même style architectural avec de légères différences dans la structure des bassins de granit. Elles ont été installées il y a plus d’un demi-siècle. La première fontaine se trouve près de l’intersection de l’avenue Lénine et de la rue du Komsomol, la seconde à l’endroit où se croisent l’avenue Lénine et la rue Simbirtsev, la troisième dans l’avenue Lénine en face de deux universités :  l’Université technique d’Etat de Volgograd et l’Université socio-pédagogique d’Etat de Volgograd. C’est la troisième fontaine, en dépit de sa configuration assez simple, qui est la plus appréciée des habitants. Son emplacement en plein cœur de la vie juvénile, entre les universités pédagogique et technique, en a fait le principal lieu de rendez-vous romantiques.

Nikolaï Galkine/TASS

A l’intersection de l’avenue Lénine et de la rue du Komsomol se dresse un monument aux membres du Komsomol ayant pris part à la bataille de Stalingrad. Il a été érigé en l’honneur du 30e anniversaire de la victoire des troupes soviétiques à Stalingrad. La composition sculptée, réalisée selon la technique du martelage du cuivre, représente trois silhouettes de jeunes gens. Deux garçons et une fille pleurent la mort d’un de leurs camarades. Sur le piédestal recouvert de marbre noir est inscrit :  « Aux membres du Komsomol défenseurs de Stalingrad. Votre exploit est immortel ! Valentin Kalinitchenko, architecte. Alekseï Krivolapov, sculpteur. 1973 ».

Aleksandr Zelikov/TASS

Non loin de l’avenue Lénine, rue Port-Saïd, nommée en l’honneur de la ville égyptienne éponyme jumelée avec Volgograd, se trouve un monument historique, la première synagogue en pierre de Tsaritsyne. La population de la ville augmenta fortement dans la seconde moitié du XIXe siècle. Tsaritsyne était semblable à un grand creuset multiethnique qui contenait des personnes de diverses confessions. A l’aube de la révolution de 1917, la ville comptait près de 15 églises orthodoxe, ainsi qu’une église catholique, une église protestante, une église d’orthodoxes vieux-croyants, deux mosquées et deux synagogues. La construction du bâtiment à deux niveaux de la synagogue chorale du faubourg Préobrajenski se termina en 1911. L’édifice à cinq coupoles fut réalisé dans le style mauresque.

Le premier étage de la synagogue se présentait à l’époque comme un balcon en forme de U, destiné sans doute aux femmes, dans la mesure où femmes et hommes devaient prier séparément. A l’heure actuelle, le balcon a été transformé en étage complet. L’un des vieux escaliers du bâtiment a été conservé.  

En 1929, la synagogue a été fermée et donnée à une polyclinique. Malgré le fait que les combats les plus durs eurent lieu ici pendant la bataille de Stalingrad, l’édifice survécut. Après des travaux de rénovation dans les années 1940, le bâtiment a pris son apparence actuelle. Il abrite toujours une polyclinique de physiothérapie.

Aleksandr Zelikov/TASS

La sculpture équestre à Grigori Ossipovitch Zassekine, fondateur de Tsaritsyne, est installée dans le square Vassili Simbirtsev, architecte en chef de Stalingrad de 1944 à 1959. Son auteur est le sculpteur Vladimir Seriakov. Du haut du monument de bronze, le fondateur de Tsaritsyne regarde vers la Volga, d’où pouvaient alors surgir des hordes de nomades. Le prince Grigori Zassekine (vers  1550 - après 1596) était un homme d’État de premier plan, devenu premier gouverneur de Samara, d’Astrakhan et de Saratov.  A Tsaritsyne en 1589, Zassekine n’était pas seulement gouverneur, mais également directeur de la construction de la première forteresse. Le monument a été inauguré officiellement le 4 novembre 2009 pour le Jour de l’unité nationale.

Aleksandr Zelikov/TASS

Devant le bâtiment de l’Université socio-pédagogique d’Etat de Volgograd se trouve le monument à l’écrivain soviétique, classique du réalisme socialiste, lauréat du prix Staline de premier rang, Alexandre Serafimovitch Serafimovitch. Il a été installé en 1981 pour le cinquantième anniversaire de l’université nommée en l’honneur de l’auteur de la nouvelle Le Torrent de Fer. Les créateurs du buste, fait en cuivre martelé et en granit, étaient le sculpteur Moïsseï Pavlovski et l’architecte Vadim Masliaïev.  Le bâtiment de l’université (1952) en lui même, également conçu par Vadim Masliaïev, aux côtés de Gueorgui Borissenko, se trouve en retrait de la ligne principale de l’avenue Lénine. Cela crée un espace pour une cour à ciel ouvert où l’on rencontre toujours des étudiants. 

Nikolaï Galkine/TASS

La promenade de l’avenue s’achève sur la place Lénine. Un monument au guide du prolétariat Vladimir Lénine s’y dresse, installé en 1960 en l’honneur de son 90e anniversaire. Auparavant, la place s’appelait place de la Défense. Le monument a été réalisé par l’éminent sculpteur monumentaliste Evgueni Voutchetitch et l’architecte Grigori Zakharov sous la forme d’une sculpture de bronze posée sur un socle de granit symbolisant une tourelle blindée. Le moment de la prise de parole historique du leader face à la gare de Finlande à Petrograd en avril 1917 est à la base de la conception du monument. Le monument est au centre de la composition de la place, voilà pourquoi il s’intègre organiquement dans la colonnade de la Maison Pavlov (Maison de la gloire du soldat). A Volgograd il y a un autre monument à Lénine réalisé par Evgueni Voutchetitch. Il se situe sur le quai du canal de la Volga et du Don dans le district de l’Armée rouge. C’est la plus haute statue au monde représentant une personne réelle.