En rimes avec Rostov

En rimes avec Rostov
Sergueï Kopine*, supporter du FK Rostov et poète, se remémore les principales victoires de son club favori, se réjouit d'avance de la venue de l'équipe du Brésil dans sa ville natale et lit ses propres vers
En rimes avec Rostov
Sergueï Kopine*, supporter du FK Rostov et poète, se remémore les principales victoires de son club favori, se réjouit d'avance de la venue de l'équipe du Brésil dans sa ville natale et lit ses propres vers
J'ai commencé à m'intéresser sérieusement au football le 22 octobre 1975. J'avais 13 ans et ce jour-là, à Erevan, dans le stade Razdan, Ararat, alors détenteur de la Coupe d'URSS, rencontrait West Ham en 1/8e de finale de la Coupe des Coupes. Ce match m'a impressionné car les joueurs d'Erevan marquèrent le plus curieux des buts. L'attaquant Samvel Petrossian parvint d'abord à ôter de la tête le ballon des mains du gardien, qui en avait momentanément perdu le contrôle, puis à le frapper de nouveau de la tête pour l'envoyer dans les cages. A partir de là, j'ai commencé à regarder plus souvent des matches de football, puis à aller au stade en compagnie de camarades plus âgés. Ainsi, en 1978, à la veille de la Coupe du monde en Argentine, je me considérais déjà comme un supporter averti et, soit dit en passant, je supporte depuis lors l'équipe de ce pays ayant remporté cette compétition.
Début décembre 2017, Sergueï s'est rendu à Moscou avec d'autres Super supporters pour la cérémonie du Tirage au sort final de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, où il a reçu un billet pour le match Brésil – Suisse des mains de Carles Puyol.
Je suis militaire de profession. A partir de 1979, j'ai étudié à la haute école de commandement et d'ingénierie militaire des forces de missiles de Rostov (aujourd'hui appelée Institut militaire des forces de missiles de Rostov) et dès la première année j'ai rejoint le groupe de cadets qui assuraient la sécurité lors des matches du SKA. Cela m'a permis de voir bon nombre de matches du club, dont les rencontres à domicile de Coupe des Coupes lors de la saison 1981/1982 contre les Turcs d'Ankaragücü et les Allemands de l'Eintracht, durant lesquels notre équipe marqua quatre buts au total, sans en encaisser.

Néanmoins, le SKA dégringola ensuite deux fois en Première Ligue, où à partir de 1986 il disputa huit derbies contre Rostselmash, et mon attention se reporta alors sur ce club. D'ailleurs, l'attaquant Sergueï Andreïev, joueur de classe connu dans toute l'URSS et ayant marqué au Maracana contre le Brésil, rejoignit ce club.
Evidemment, dans l'histoire du football de Rostov il n'y a pas une quantité de super victoires telles que celles dont peuvent se targuer les clubs de Moscou, par exemple. Mais on compte malgré tout de beaux succès à notre actif.
Evidemment, dans l'histoire du football de Rostov il n'y a pas une quantité de super victoires telles que celles dont peuvent se targuer les clubs de Moscou, par exemple. Mais on compte malgré tout de beaux succès à notre actif.
Et parfois j'en ai été le témoin direct. Ainsi, je me rappelle bien comment le 9 mars 1993, lors d'un match de la première tournée du championnat d Russie, Rostselmash, grâce à un doublé de Sergueï Balakhnine, sur un terrain difficile recouvert d'une couche de glace, l'emporta sur le Spartak. Ou bien l'on peut se référer à deux finales de Coupe de Russie. Au cours de la saison 2002/2003, nous avons perdu contre ce même Spartak et, 14 ans plus tard, nous avons battu Krasnodar.
Sergueï, supporter du FK Rostov depuis 1986. A l'époque, le club s'appelait encore Rostselmash
Sergueï, supporter du FK Rostov depuis 1986. A l'époque, le club s'appelait encore Rostselmash
Ce succès, l'équipe l'a atteint sous la direction de l'entraîneur monténégrin Miodrag Božović. Et je ne pourrais pas trouver de mots capables de retranscrire mes émotions au moment où, à Kaspiisk, après un tir déterminant de 11 mètres de notre défenseur Igor Lolo, le ballon heurta la barre avant de finir dans les cages de notre principal adversaire du derby du sud. C'était un tel degré d'émotions qu'avec mes voisins nous avons organisé une fête directement dans la cour de l'immeuble. Rostov reste toujours reconnaissante à Božović d'avoir ramené le premier trophée de ce genre dans la ville, et même s'il dut quitter le club au bout de quelques mois, on l'aime vraiment beaucoup ici.

Mes compatriotes éprouvent les mêmes sentiments pour Kourban Berdyev, avec lequel notre équipe a atteint la deuxième place du championnat de Russie 2015/2016. Berdyev était arrivé au FK Rostov dans une période très difficile, en décembre 2014, quand le club était lanterne rouge. Néanmoins, suite à cela les choses empruntèrent le bon chemin, et après la première victoire sous les ordres du nouvel entraîneur – contre Kouban – j'ai écrit un poème qui représentait le début d'un cycle poétique footballistique et de deux livres.

Dans ce cycle, il y a les vers suivants :
Voilà Rostov, sans gémissements superflus,
Qui pour nous consoler, bro,
A atteint la Ligue des Champions
Et l'argent national !

Quelle que soit la porte qui s'ouvre
Et quoi qu'il se passe ensuite,
Nous remercions nos gars du fond du cœur
Et avec eux tout le staff de Rostov !
A son époque, Sergueï Andreïev réussit également à créer une bonne équipe. Mais cela eut lieu bien avant, à la fin du XXe siècle, quand Rostselmash atteignit deux fois de suite la Coupe Intertoto et se hissa une fois en demi-finale où il fut éliminé par la Juventus. Pour Rostov, indubitablement, le duel avec le célèbre club italien représentait un événement historique. C'est alors, le 30 juin 1999, malgré la défaite sur le score de 0 – 4, que l'Europe du football entendit parler de la ville de Rostov, et nous jouions à guichets fermés.
Nous avons été les fondateurs d'une sorte de mode européenne concernant les relations mutuelles entre supporters
Avec les supporters italiens, qui s'avéraient proches de nous, sudistes, de par leur tempérament, nous parlions avec des gestes. Il va de soi qu'il était alors plutôt difficile d'imaginer que 18 ans plus tard, à l'automne 2016, le club de Rostov battrait en Ligue des Champions le Bayern en personne, et que j'assisterais au match avec une angine et 38 de fièvre. Quand en mars, dans le froid, nous avons distribué aux supporters de Manchester United des couvertures chaudes, on pouvait lire dans leurs yeux une vraie stupéfaction. Pour les Anglais, c'était une énorme surprise, et, pour autant que je sache, en Angleterre des cadeaux furent remis aux supporters de Rostov. De plus, nous avons été de facto les fondateurs d'une sorte de mode européenne concernant les relations mutuelles entre supporters. Et c'est particulièrement agréable à la veille de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, dans le cadre de laquelle cinq matches auront lieu à Rostov, dont un entre les quintuples champions brésiliens et l'équipe de Suisse.

D'ailleurs, même si je ne peux pas être considéré comme un admirateur du football brésilien – comme je l'ai dit précédemment, je préfère les Argentins – je ne raterais ce match sous aucun prétexte. En effet, après la cérémonie de Tirage au sort de la Coupe du monde au Palais d'État du Kremlin, j'ai obtenu un billet pour ce match des mains de l'ancien défenseur de l'équipe d'Espagne et de Barcelone Carles Puyol.
Avec les Super supporters des autres villes-hôtes de la CdM 2018 avant la cérémonie du Tirage au sort final de la CdM 2018. Moscou, 1er décembre 2017
Avec les Super supporters des autres villes-hôtes de la CdM 2018 avant la cérémonie du Tirage au sort final de la CdM 2018. Moscou, 1er décembre 2017
* – Sergueï Kopine (pseudonyme : Lev Krassotkine) : lauréat du Prix littéraire national Poète de Russie 2013, Super supporter de Rostov lors de la cérémonie du Tirage au sort final de la Coupe du monde du 1er décembre à Moscou.
Auteur :
Evgueni Fediakov

Crédits photo :
Welcome2018 ; archives de Sergueï Kopine