La 33e équipe

La 33e équipe
32 sélections nationales participeront à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Mais, des tribunes, les supporters regarderont chaque rencontre. Welcome2018.com présente le 33e participant au Mondial : l'équipe des supporters.
 
Groupe A
Russie
Arabie Saoudite
Egypte
Uruguay
Il est assez facile d'identifier les supporters russes lors d'événements internationaux : marinières, chapkas, boudionovkas (chapeaux de laine pointus) et kokochniks (coiffes féminines traditionnelles). Assez souvent, on peut croiser Ded Moroz (l'équivalent russe du Père Noël) et Snegourochka (sa petite-fille). Avant les matches, les Russes aiment déployer une grande bâche pour recouvrir toute la tribune. De plus, les Russes chantent invariablement Katioucha.

Les supporters de la Russie sont toujours extrêmement curieux et s'intéressent à leurs homologues étrangers, aidés en cela par leur faculté exceptionnelle à créer un contact amical, y compris malgré la barrière de la langue.

Les Russes se sont déjà montrés sous leur meilleur jour lors de la Coupe des Confédérations FIFA 2017. Plus particulièrement, ils ont marqué les équipes étrangères, qui ont plus d'une fois remercié les locaux pour leur soutien, pas moins intense que celui qu'elles reçoivent chez elles.

  • Coupes du monde à domicile : 2018
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 3
  • Meilleur parcours : 4e place à la Coupe du monde 1966
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Russes », « Roussitchi », Rus (ancienne Russie)
  • Symboles : chapkas, marinières, kokochniks
  • Couleurs : blanc, bleu et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Moscou, Samara
Il n'est pas difficile de repérer un supporter de l'Arabie Saoudite : longue chemise jusqu'au sol, appelée « dishdasha », et coiffe traditionnelle, le keffieh. Les fans arabes s'attribuent logiquement le surnom de « Fils du désert » et se comportent le plus souvent de manière extrêmement posée, car la plupart d'entre eux ont du sang royal. Par conséquent, ils se déguisent rarement, se limitant à brandir le drapeau national vert.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1994
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Fils du désert »
  • Symboles : dishdasha et keffieh
  • Couleurs : vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Rostov-sur-le-Don, Volgograd
La sélection égyptienne détient le record de victoires en Coupe d'Afrique des Nations, mais elle n'a plus goûté au Mondial depuis longtemps. En conséquence, une grande armée d'Egyptiens pleins d'espoir se rendra en Russie.

Il n'est pas très compliqué de deviner comment sont surnommés les supporters égyptiens et en quoi ils se déguisent. Les « Pharaons » iront à la Coupe du monde pour la première fois depuis 1990 et coloreront à leur façon le bal costumé du football : les déguisements de pharaon font forte impression en tribunes. L'équipe égyptienne bénéficie d'un des soutiens les plus bruyants d'Afrique. Quand l'Egypte a obtenu son ticket pour la Russie et que les fans ont envahi le terrain, un handicapé qui regardait le match depuis le bord du terrain a même bondi hors de son fauteuil roulant.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 2
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1934
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Pharaons »
  • Symboles : déguisements de pharaon
  • Couleurs : rouge, noir et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Ekaterinbourg, Saint-Pétersbourg, Volgograd
Les fans de l'Uruguay se surnomment « Charrúas », nom d'une tribu antique qui vivait sur le territoire de l'Uruguay actuel. Il est assez facile de confondre les Uruguayens et les Argentins en raison de leurs couleurs : les uns comme les autres ont recours au bleu et blanc nationaux et au soleil. Les Uruguayens ne se distinguent pas par un déguisement particulier. Les Charrúas aiment beaucoup l'actuel meneur de l'équipe, l'attaquant Luis Suárez. Presque chaque supporter de la Céleste qui se respecte va au match en portant un masque de l'attaquant du FC Barcelone.

  • Coupes du monde à domicile : 1930
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 12
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1930 et 1950
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Charrúas », la « Céleste »
  • Symboles : maillot bleu de la sélection, masques de joueurs
  • Couleurs : bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Ekaterinbourg, Rostov-sur-le-Don, Samara
Groupe B
Portugal
Espagne
Maroc
Iran
Les Portugais sont souvent surnommés les Brésiliens européens, ce qui est tout à fait logique : c'est la même langue, le tempérament correspond et la formation footballistique est similaire. Seulement, ils n'ont pas eu tant de succès que ça, à la différence des Sud-Américains. Néanmoins, depuis l'époque d'Eusebio, les supporters s'attendent toujours à un succès et sont à fond derrière l'équipe. Tous les Portugais portent le maillot de la sélection, floqué à environ 80% du nom de famille de Cristiano Ronaldo. Le masque de la vedette principale de la sélection est également populaire.

En 2016, ils ont enfin été exaucés : le Portugal a remporté le titre de champion d'Europe. Après la victoire finale, de nombreuses vidéos sont apparus en ligne, où les Portugais parcouraient Paris et consolaient des Français en pleurs.

Les Portugais sont déjà venus en Russie au moment de la Coupe des Confédérations FIFA 2017. Ils se sont illustrés par leur gentillesse et leur facilité à communiquer. A la fin de la compétition, ils ont déclaré que la Russie leur avait beaucoup plu et ont invalidé différentes rumeurs sur l'insécurité en Russie.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 6
  • Meilleur parcours : troisièmes en 1966
  • Comment appellent-ils les leurs : « Seleção das Quinas » (en référence aux « Quinas », les cinq petits blasons blancs ornant l'emblème national)
  • Symboles : masques de Cristiano Ronaldo, maillots de la sélection et drapeaux nationaux
  • Couleurs : rouge et vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Moscou, Saransk
Si vous croisez dans la rue une foule en maillots rouge vif avec des traits jaunes, vous avez devant vous les supporters de l'équipe d'Espagne. La couleur rouge traditionnelle des maillots des Espagnols a donné naissance à leur surnom de « Furia roja » (« furie rouge »). C'est ainsi que l'on appelle tant l'équipe que ses supporters. Il est possible d'en croiser en costume de toréador, mais dans la plupart des cas ils portent le maillot de la sélection nationale.

Par ailleurs, les supporters espagnols sont extrêmement capricieux. Les fans peuvent à tout moment faire volte-face et critiquer tout joueur suscitant le mécontentement général. Le joueur « coupable » cesse la plupart du temps d'apparaître sur la pelouse, car la pression des tribunes provoque un malaise certain : chaque ballon touché s'accompagne d'un grondement.

  • Coupes du monde à domicile : 1982
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 14
  • Meilleur parcours : champions du monde en 2010
  • Comment appellent-ils les leurs : la « Furia roja »
  • Symboles : maillots rouges de la sélection espagnole
  • Couleurs : rouge et jaune
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Kazan, Kaliningrad
Les « Lions de l'Atlas », comme se surnomment eux-mêmes les fans de l'équipe du Maroc, sont l'un des groupes de supporters les mieux constitués du continent africain. Le secteur rouge des fans de l'équipe du Maroc utilise les éléments de performance les plus divers : drapeaux, banderoles, trompettes et tambours. Les tifos mouvants, que les fans déplacent dans le secteur, assez rares en Europe, sont particulièrement populaires. Comme tous les fans africains, les Marocains sont très chauds et vivent toujours avec intensité les succès et les échecs de leur équipe.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Lions de l'Atlas »
  • Couleurs : rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Moscou, Kaliningrad
Historiquement, les footballeurs iraniens étaient surnommés les « Lions de l'Iran », puis un nom plus intéressant est apparu, celui de « Princes de Perse ». Malgré l'absence de victoires retentissantes, les « princes » suivent systématiquement leur équipe. Les fans iraniens ont déjà eu l'occasion de se rendre en Russie en septembre, à l'occasion d'un match amical contre les Russes. A Kazan, ils ont disputé avec plaisir une rencontre de football avec des supporters russes.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : phase de groupes
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Princes de Perse »
  • Symboles : maillots et drapeaux nationaux
  • Couleurs : blanc, vert et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Kazan, Saransk
Groupe C
France
Australie
Pérou
Danemark
Juste avant la Coupe du monde 1998, les autorités françaises ont créé un fan-club officiel de la sélection nationale, qui a pris le nom d'Irrésistibles Français. En 2005, ce club a été officiellement dissout, mais les supporters ont continué leurs activités de façon autonome. A l'heure actuelle, il existe un autre groupe, F.A.N.S. des Bleus.

Il est facile de repérer les Français : ils présentent une abondance de couleurs nationales. On les rencontre souvent avec des chapeaux ornés de la représentation d'un coq, le symbole de la France.

Avant le début des matches, les supporters français chantent l'hymne français, la Marseillaise. Mais, en fait, ils chantent toujours la Marseillaise, à chaque occasion favorable. Ceci dit, si le jeu de leur équipe ne leur convient pas, ils commencent à la siffler. En 2010, lors d'un match amical à domicile contre l'Espagne, s'étant achevé par une défaite de la France 0-2, le Stade de France ne fit rien de moins que de se mettre à soutenir les visiteurs.

  • Coupes du monde à domicile : 1998
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 14
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1998 ; finalistes en 2006 ; troisièmes en 1958 et 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Tricolores »
  • Symboles : le coq et le blason de la France
  • Couleurs : bleu, blanc et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kazan, Ekaterinbourg, Moscou
Les Australiens comptent indubitablement parmi les fans les plus exotiques de la Coupe du monde en Russie. Au demeurant, à chaque Mondial ils passent pour des héros car ce sont presque toujours eux qui doivent faire le plus de kilomètres pour venir. Le symbole principal des « Socceroos » est évidemment le kangourou. L'emblème du pays est présent dans la mer jaune et verte sous forme de jouets, de chapeaux, de poupées et de ballons de baudruche. L'un des fans australiens venus en Russie pour les matches de la Coupe des Confédérations FIFA 2017 a d'ailleurs parcouru tout le trajet avec un kangourou gonflable.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 2006
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Socceroos »
  • Symboles : kangourous gonflables
  • Couleurs : jaune et vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kazan, Samara, Sotchi
L'équipe du Pérou a participé à la Coupe du monde pour la dernière fois en 1982. En 35 ans, les supporters ont eu le temps de se languir du Mondial, voilà pourquoi ils ont largement fêté l'obtention du ticket pour la Russie.

La fête a commencé dès la 28e minute du match retour du barrage contre la Nouvelle-Zélande, quand Jefferson Farfán a marqué le premier but : tout de suite après cela, les sismographes ont enregistré à Lima un petit tremblement de terre.

Et après le coup de sifflet final, la ville s'est remplie d'une mer d'Incas rouge et blanche, et le gouvernement a décrété un jour férié. Le jour suivant, « Vamos Roja y Blanca ! » (« En avant les rouge et blanc ! ») et l'hymne national ont résonné dans tout le pays. Les fans péruviens seront une excellente attraction pendant la Coupe du monde.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : deuxième tour en 1970 et 1978
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Incas »
  • Symboles : couleurs nationales, déguisements d'inca
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Ekaterinbourg, Sotchi
La sélection danoise peut se prévaloir d'une armée de supporters, parmi les plus fidèles. Aussi mal que puisse jouer l'équipe, les fans la soutiennent invariablement, ne se permettant pas la moindre critique à son adresse.

Les supporters danois se surnomment les « roligans ». C'est le nom que portait un groupe de soutien de l'équipe nationale créé dans les années 1980. Il vient du mot danois « rolig », qui signifie « calme », et le mot entier parodie l'expression anglaise « hooligan ». Les « roligans » sont peut-être les supporters les plus pacifiques et les plus sages. Les joueurs leur font d'ailleurs confiance : souvent, si un joueur ne peut pas prendre part au match, pour une raison ou pour une autre, il n'assiste pas à la rencontre dans les loges VIP, mais dans la tribune des fans.

Comme tous les Scandinaves, les Danois se déguisent en viking et portent des casques à cornes rouges et blancs.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1998
  • Comment appellent-ils les leurs : les « onze d'Olsen »
  • Symboles : casques de viking avec des cornes, barbes
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Samara, Moscou
Un récit sur les supporters d'équipes du groupe D sera publié le 26 avril. Suivez les mises-à-jour !
Crédits photo
Mike Egerton/PA Images via Getty Images, Robbie Jay Barratt — AMA/Getty Images, Lars Ronbog/FrontzoneSport via Getty Images, Matthias Hangst/Getty Images, Jamie McDonald/Getty Images, Aleksandr Demiantchouk/TASS, Fared Kotb/Anadolu Agency/Getty Images, Mustafa Yalcin/Anadolu Agency/Getty Images, Jeff Gross/Getty Images, Hannah Peters/Getty Images, Maja Hitij/Getty Images, Foto Olimpik/NurPhoto via Getty Images, Matthew Lewis/Getty Images