La 33e équipe

La 33e équipe
32 sélections nationales participeront à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Mais, des tribunes, les supporters regarderont chaque rencontre. Welcome2018.com présente le 33e participant au Mondial : l'équipe des supporters.
 
Groupe A
Russie
Arabie Saoudite
Egypte
Uruguay
Il est assez facile d'identifier les supporters russes lors d'événements internationaux : marinières, chapkas, boudionovkas (chapeaux de laine pointus) et kokochniks (coiffes féminines traditionnelles). Assez souvent, on peut croiser Ded Moroz (l'équivalent russe du Père Noël) et Snegourochka (sa petite-fille). Avant les matches, les Russes aiment déployer une grande bâche pour recouvrir toute la tribune. De plus, les Russes chantent invariablement Katioucha.

Les supporters de la Russie sont toujours extrêmement curieux et s'intéressent à leurs homologues étrangers, aidés en cela par leur faculté exceptionnelle à créer un contact amical, y compris malgré la barrière de la langue.

Les Russes se sont déjà montrés sous leur meilleur jour lors de la Coupe des Confédérations FIFA 2017. Plus particulièrement, ils ont marqué les équipes étrangères, qui ont plus d'une fois remercié les locaux pour leur soutien, pas moins intense que celui qu'elles reçoivent chez elles.

  • Coupes du monde à domicile : 2018
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 3
  • Meilleur parcours : 4e place à la Coupe du monde 1966
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Russes », « Roussitchi », Rus (ancienne Russie)
  • Symboles : chapkas, marinières, kokochniks
  • Couleurs : blanc, bleu et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Moscou, Samara
Il n'est pas difficile de repérer un supporter de l'Arabie Saoudite : longue chemise jusqu'au sol, appelée « dishdasha », et coiffe traditionnelle, le keffieh. Les fans arabes s'attribuent logiquement le surnom de « Fils du désert » et se comportent le plus souvent de manière extrêmement posée, car la plupart d'entre eux ont du sang royal. Par conséquent, ils se déguisent rarement, se limitant à brandir le drapeau national vert.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1994
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Fils du désert »
  • Symboles : dishdasha et keffieh
  • Couleurs : vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Rostov-sur-le-Don, Volgograd
La sélection égyptienne détient le record de victoires en Coupe d'Afrique des Nations, mais elle n'a plus goûté au Mondial depuis longtemps. En conséquence, une grande armée d'Egyptiens pleins d'espoir se rendra en Russie.

Il n'est pas très compliqué de deviner comment sont surnommés les supporters égyptiens et en quoi ils se déguisent. Les « Pharaons » iront à la Coupe du monde pour la première fois depuis 1990 et coloreront à leur façon le bal costumé du football : les déguisements de pharaon font forte impression en tribunes. L'équipe égyptienne bénéficie d'un des soutiens les plus bruyants d'Afrique. Quand l'Egypte a obtenu son ticket pour la Russie et que les fans ont envahi le terrain, un handicapé qui regardait le match depuis le bord du terrain a même bondi hors de son fauteuil roulant.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 2
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1934
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Pharaons »
  • Symboles : déguisements de pharaon
  • Couleurs : rouge, noir et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Ekaterinbourg, Saint-Pétersbourg, Volgograd
Les fans de l'Uruguay se surnomment « Charrúas », nom d'une tribu antique qui vivait sur le territoire de l'Uruguay actuel. Il est assez facile de confondre les Uruguayens et les Argentins en raison de leurs couleurs : les uns comme les autres ont recours au bleu et blanc nationaux et au soleil. Les Uruguayens ne se distinguent pas par un déguisement particulier. Les Charrúas aiment beaucoup l'actuel meneur de l'équipe, l'attaquant Luis Suárez. Presque chaque supporter de la Céleste qui se respecte va au match en portant un masque de l'attaquant du FC Barcelone.

  • Coupes du monde à domicile : 1930
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 12
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1930 et 1950
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Charrúas », la « Céleste »
  • Symboles : maillot bleu de la sélection, masques de joueurs
  • Couleurs : bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Ekaterinbourg, Rostov-sur-le-Don, Samara
Groupe B
Portugal
Espagne
Maroc
Iran
Les Portugais sont souvent surnommés les Brésiliens européens, ce qui est tout à fait logique : c'est la même langue, le tempérament correspond et la formation footballistique est similaire. Seulement, ils n'ont pas eu tant de succès que ça, à la différence des Sud-Américains. Néanmoins, depuis l'époque d'Eusebio, les supporters s'attendent toujours à un succès et sont à fond derrière l'équipe. Tous les Portugais portent le maillot de la sélection, floqué à environ 80% du nom de famille de Cristiano Ronaldo. Le masque de la vedette principale de la sélection est également populaire.

En 2016, ils ont enfin été exaucés : le Portugal a remporté le titre de champion d'Europe. Après la victoire finale, de nombreuses vidéos sont apparus en ligne, où les Portugais parcouraient Paris et consolaient des Français en pleurs.

Les Portugais sont déjà venus en Russie au moment de la Coupe des Confédérations FIFA 2017. Ils se sont illustrés par leur gentillesse et leur facilité à communiquer. A la fin de la compétition, ils ont déclaré que la Russie leur avait beaucoup plu et ont invalidé différentes rumeurs sur l'insécurité en Russie.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 6
  • Meilleur parcours : troisièmes en 1966
  • Comment appellent-ils les leurs : « Seleção das Quinas » (en référence aux « Quinas », les cinq petits blasons blancs ornant l'emblème national)
  • Symboles : masques de Cristiano Ronaldo, maillots de la sélection et drapeaux nationaux
  • Couleurs : rouge et vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Moscou, Saransk
Si vous croisez dans la rue une foule en maillots rouge vif avec des traits jaunes, vous avez devant vous les supporters de l'équipe d'Espagne. La couleur rouge traditionnelle des maillots des Espagnols a donné naissance à leur surnom de « Furia roja » (« furie rouge »). C'est ainsi que l'on appelle tant l'équipe que ses supporters. Il est possible d'en croiser en costume de toréador, mais dans la plupart des cas ils portent le maillot de la sélection nationale.

Par ailleurs, les supporters espagnols sont extrêmement capricieux. Les fans peuvent à tout moment faire volte-face et critiquer tout joueur suscitant le mécontentement général. Le joueur « coupable » cesse la plupart du temps d'apparaître sur la pelouse, car la pression des tribunes provoque un malaise certain : chaque ballon touché s'accompagne d'un grondement.

  • Coupes du monde à domicile : 1982
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 14
  • Meilleur parcours : champions du monde en 2010
  • Comment appellent-ils les leurs : la « Furia roja »
  • Symboles : maillots rouges de la sélection espagnole
  • Couleurs : rouge et jaune
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Kazan, Kaliningrad
Les « Lions de l'Atlas », comme se surnomment eux-mêmes les fans de l'équipe du Maroc, sont l'un des groupes de supporters les mieux constitués du continent africain. Le secteur rouge des fans de l'équipe du Maroc utilise les éléments de performance les plus divers : drapeaux, banderoles, trompettes et tambours. Les tifos mouvants, que les fans déplacent dans le secteur, assez rares en Europe, sont particulièrement populaires. Comme tous les fans africains, les Marocains sont très chauds et vivent toujours avec intensité les succès et les échecs de leur équipe.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Lions de l'Atlas »
  • Couleurs : rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Moscou, Kaliningrad
Historiquement, les footballeurs iraniens étaient surnommés les « Lions de l'Iran », puis un nom plus intéressant est apparu, celui de « Princes de Perse ». Malgré l'absence de victoires retentissantes, les « princes » suivent systématiquement leur équipe. Les fans iraniens ont déjà eu l'occasion de se rendre en Russie en septembre, à l'occasion d'un match amical contre les Russes. A Kazan, ils ont disputé avec plaisir une rencontre de football avec des supporters russes.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : phase de groupes
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Princes de Perse »
  • Symboles : maillots et drapeaux nationaux
  • Couleurs : blanc, vert et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saint-Pétersbourg, Kazan, Saransk
Groupe C
France
Australie
Pérou
Danemark
Juste avant la Coupe du monde 1998, les autorités françaises ont créé un fan-club officiel de la sélection nationale, qui a pris le nom d'Irrésistibles Français. En 2005, ce club a été officiellement dissout, mais les supporters ont continué leurs activités de façon autonome. A l'heure actuelle, il existe un autre groupe, F.A.N.S. des Bleus.

Il est facile de repérer les Français : ils présentent une abondance de couleurs nationales. On les rencontre souvent avec des chapeaux ornés de la représentation d'un coq, le symbole de la France.

Avant le début des matches, les supporters français chantent l'hymne français, la Marseillaise. Mais, en fait, ils chantent toujours la Marseillaise, à chaque occasion favorable. Ceci dit, si le jeu de leur équipe ne leur convient pas, ils commencent à la siffler. En 2010, lors d'un match amical à domicile contre l'Espagne, s'étant achevé par une défaite de la France 0-2, le Stade de France ne fit rien de moins que de se mettre à soutenir les visiteurs.

  • Coupes du monde à domicile : 1998
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 14
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1998 ; finalistes en 2006 ; troisièmes en 1958 et 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Tricolores »
  • Symboles : le coq et le blason de la France
  • Couleurs : bleu, blanc et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kazan, Ekaterinbourg, Moscou
Les Australiens comptent indubitablement parmi les fans les plus exotiques de la Coupe du monde en Russie. Au demeurant, à chaque Mondial ils passent pour des héros car ce sont presque toujours eux qui doivent faire le plus de kilomètres pour venir. Le symbole principal des « Socceroos » est évidemment le kangourou. L'emblème du pays est présent dans la mer jaune et verte sous forme de jouets, de chapeaux, de poupées et de ballons de baudruche. L'un des fans australiens venus en Russie pour les matches de la Coupe des Confédérations FIFA 2017 a d'ailleurs parcouru tout le trajet avec un kangourou gonflable.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 2006
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Socceroos »
  • Symboles : kangourous gonflables
  • Couleurs : jaune et vert
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kazan, Samara, Sotchi
L'équipe du Pérou a participé à la Coupe du monde pour la dernière fois en 1982. En 35 ans, les supporters ont eu le temps de se languir du Mondial, voilà pourquoi ils ont largement fêté l'obtention du ticket pour la Russie.

La fête a commencé dès la 28e minute du match retour du barrage contre la Nouvelle-Zélande, quand Jefferson Farfán a marqué le premier but : tout de suite après cela, les sismographes ont enregistré à Lima un petit tremblement de terre.

Et après le coup de sifflet final, la ville s'est remplie d'une mer d'Incas rouge et blanche, et le gouvernement a décrété un jour férié. Le jour suivant, « Vamos Roja y Blanca ! » (« En avant les rouge et blanc ! ») et l'hymne national ont résonné dans tout le pays. Les fans péruviens seront une excellente attraction pendant la Coupe du monde.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : deuxième tour en 1970 et 1978
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Incas »
  • Symboles : couleurs nationales, déguisements d'inca
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Ekaterinbourg, Sotchi
La sélection danoise peut se prévaloir d'une armée de supporters, parmi les plus fidèles. Aussi mal que puisse jouer l'équipe, les fans la soutiennent invariablement, ne se permettant pas la moindre critique à son adresse.

Les supporters danois se surnomment les « roligans ». C'est le nom que portait un groupe de soutien de l'équipe nationale créé dans les années 1980. Il vient du mot danois « rolig », qui signifie « calme », et le mot entier parodie l'expression anglaise « hooligan ». Les « roligans » sont peut-être les supporters les plus pacifiques et les plus sages. Les joueurs leur font d'ailleurs confiance : souvent, si un joueur ne peut pas prendre part au match, pour une raison ou pour une autre, il n'assiste pas à la rencontre dans les loges VIP, mais dans la tribune des fans.

Comme tous les Scandinaves, les Danois se déguisent en viking et portent des casques à cornes rouges et blancs.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1998
  • Comment appellent-ils les leurs : les « onze d'Olsen »
  • Symboles : casques de viking avec des cornes, barbes
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Samara, Moscou
Groupe D
Argentine
Islande
Croatie
Nigéria
Comme tous les Sud-Américains, les Argentins se démarquent par leur tempérament et leur passion. Les supporters de « l'albiceleste » considèrent faire partie de l'équipe et les joueurs ressentent souvent les résultats de l'équipe dans leur vie quotidienne. Après la finale de la Coupe du monde 1986, par exemple, les supporters argentins se sont rendus auprès de la mère de Diego Maradona pour couvrir sa maison de fleurs, puis ont chanté et dansé toute la nuit, dédiant leurs prières à la famille de Maradona.

Les fans de l'Argentine prennent en principe une part très active dans la vie de l'équipe : au moindre pépin ils se rendent directement au camp de base pour parler avec l'équipe, faire part de leurs sentiments et donner de bons conseils.

Lors de la présentation de la CdM 2018 à Buenos Aires, le président de la Fédération argentine des entreprises touristiques Fabrizio di Giambattista a annoncé qu'il y aurait en moyenne 20 000 supporters pour soutenir l'équipe nationale à chacun de ses matchs.

  • Coupes du monde à domicile : 1978
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 16
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1978 et 1986 ; finalistes en 1930, 1990 et 2014
  • Comment appellent-ils les leurs : l'Albiceleste (blanc et bleu)
  • Symboles : soleil, maillots de la sélection et drapeaux nationaux
  • Couleurs : blanc et bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg
Pendant de longues années, l'équipe d'Islande a fait bonne figure en éliminatoires des compétitions internationales, sans jamais obtenir de succès. Tout a changé il y a peu, quand les descendants d'Erik le Rouge se sont qualifiés pour l'Euro en France. Pour supporter leur équipe, 30 000 vikings ont quitté leur patrie, après quoi une plaisanterie s'est répandue, voulant que l'île islandaise se soit vidée.

En France, les « vikings » se sont faits remarquer par leurs attributs de vikings : casque à cornes, barbe, épées et haches (gonflables). Mais c'est surtout leur cri « Hou ! », synchronisé avec des battements de mains, qui est resté dans les mémoires. L'Euro n'était même pas terminé que ce cri, aussi simple que génial, avait déjà été repris par des fans d'autres équipes. Les Islandais ont terminé le Championnat d'Europe sur la place principale de Reykjavik, où l'on avait décidé de rendre hommage à l'équipe. Sur scène, les footballeurs tapaient sur des tambours et la foule rassemblée scandait le fameux « Hou ! ». Selon plusieurs évaluations, près de 100 000 personnes s'y étaient regroupés, soit environ un tiers de la population du pays.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : aucune
  • Meilleur parcours : aucun
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Vikings »
  • Symboles : déguisements de viking, cri « Hou ! »
  • Couleurs : bleu et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Volgograd, Rostov-sur-le-Don
Les fans de la péninsule balkanique forment une caste à part de la communauté footballistique, soit l'élite des ultras européens. Il est peu probable qu'une autre équipe nationale puisse se targuer d'un soutien aussi puissant que celui dont bénéficie les équipes des pays de l'ex-Yougoslavie.

Les Croates ne portent généralement aucun déguisement distinctif, mais, dans la foule des supporters, il est facile de les identifier grâce à leur maillot à damier. La coordination des mouvements et les décibels des tribunes croates font forte impression. Ce n'est pas pour rien qu'ils se surnomment les « Vatreni », c'est-à-dire les « Flamboyants ». C'est le sélectionneur, Slaven Bilić, qui a contribué à populariser ce surnom il y a près de dix ans, en chantant avec son groupe de rock une chanson éponyme.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : troisièmes en 1998
  • Comment appellent-ils les leurs : l'équipe au Damier, les « Flamboyants »
  • Symboles : maillots et drapeaux à damier rouge et blanc
  • Couleurs : rouge, blanc et bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kaliningrad, Nijni Novgorod, Rostov-sur-le-Don
Les supporters nigérians, comme d'autres représentants de l'Afrique, s'adonnent au chamanisme pendant les matches. Sur le continent noir, cette pratique est interdite par la loi lors des matches de football, mais ce véto ne s'étend pas aux compétitions internationales. Les supporters des « Super Eagles » y ont largement recours. Avec un peu de chance, on peut voir des fans avec des poulets vivants. Ce volatile est considéré par les Nigérians comme un porte-bonheur. Il est intéressant de noter que l'interdiction d'amener des poulets au stade n'est apparue que récemment : en 1998, les poulets nigérians permirent à l'équipe de prendre la première place de son groupe.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 5
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 1994, 1998 et 2014
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Super Eagles »
  • Symboles : drapeaux, maillots, maquillage vert
  • Couleurs : vert et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Kaliningrad, Volgograd, Saint-Pétersbourg
Groupe E
Brésil
Suisse
Costa Rica
Serbie
Les fans Brésiliens sont les vieux de la vieille du Mondial car ce sont les seuls à n'avoir jamais manqué une phase finale. Pour des raisons évidentes, les supporters sont très exigeants envers la Seleção, quintuple championne du monde. L'équipe doit toujours se rappeler que ses erreurs peuvent mener à des conséquences désagréables. Dans les rares moments où le Brésil connaît l'échec, les infarctus ne sont pas rares. Lors de la légendaire finale de la CdM 1950, durant laquelle les Brésiliens s'inclinèrent à domicile face à l'Uruguay, un fan alla même jusqu'à se suicider.

En dépit d'une opinion répandue, les Brésiliens se déguisent rarement comme au carnaval pendant les Coupes du monde. L'attribut incontournable du supporter de l'équipe du Brésil est le maillot jaune éclatant, tunique classique des quintuples champions. Des couleurs vives dominent le reste de la garde-robe : le vert, le bleu et l'orange. Mais les pantalons blancs appartiennent au passé et aux œuvres d'Ilf et Petrov. Les Brésiliens aiment la simplicité et le confort, voilà pourquoi, l'été, ils préfèrent les shorts et les tongs. Et ils aiment aussi beaucoup se balader avec une réplique de la Coupe du monde en main.

  • Coupes du monde à domicile : 1950, 2014
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 20
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002 ; finalistes en 1950 et 1998 ; troisièmes en 1938 et 1978
  • Comment appellent-ils les leurs : la « Seleção »
  • Symboles : maillots d'un jaune éclatant de la sélection
  • Couleurs : jaune, vert et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Rostov-sur-le-Don, Saint-Pétersbourg, Moscou
Les supporters suisses sont extrêmement versatiles : gentils et positifs, mais très durs quand leur équipe n'est pas à la hauteur. Il n'est pas rare qu'ils sifflent leur propre sélection nationale.

Le sélectionneur de l'équipe, Vladimir Petković, a récemment fait une remarque aux fans, en soulignant qu'un tel comportement ne grandissait pas les supporters, pour ainsi dire.

Au demeurant, les Suisses sont très sympathiques, surtout quand ils se déguisent : le chapeau en forme de bout de fromage est particulièrement populaire, de même que le déguisement de vache alpine. Si, si ! Pyjama tacheté avec des mamelles et masque à cornes. En guise d'instrument, ils utilisent la clochette suisse, agrandie plusieurs fois.

  • Coupes du monde à domicile : 1954
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 10
  • Meilleur parcours : quart de finale en 1934, 1938 et 1954
  • Comment appellent-ils les leurs : la « Nati »
  • Symboles : chapeaux en forme de bout de fromage, déguisements de vache, clochettes, montres
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Rostov-sur-le-Don, Kaliningrad, Nijni Novgorod
Lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'équipe du Costa Rica a fait sensation en occupant la première place dans le groupe de la mort avec l'Angleterre, l'Italie et l'Uruguay, a éliminé la Grèce en 1/8e de finale et s'est seulement inclinée aux tirs aux buts en quart de finale contre les Pays-Bas. Dès le début de la compétition, les supporters costaricains se sont faits remarquer dans le public pour leurs déguisements de la mort : crânes, faux, etc. La photo d'un supporter vêtu de ce déguisement brandissant une pancarte « Good bye, England » a fait sensation. En tribunes, on rencontre souvent des masques de catcheur, similaires à ceux des Mexicains.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : quart de finale en 2014
  • Comment appellent-ils les leurs : « Los Ticos »
  • Symboles : maillots et drapeaux nationaux
  • Couleurs : bleu et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Samara, Saint-Pétersbourg, Nijni Novgorod
Les fans de la Serbie, comme les Croates, sont parmi les représentants les plus vivides des supporters de football en Europe. Les fans vont aux matches de l'équipe espoir, à ceux de l'équipe nationale de basket, et partout où c'est possible pourvu qu'une sélection nationale serbe participe. Et le soutien est toujours exceptionnellement puissant. Ainsi, en septembre, après que la Serbie eut remporté la médaille d'argent aux Championnats d'Europe de basketball, 20 000 supporters se sont regroupés dans le centre de Belgrade pour entonner l'hymne national avec l'équipe.

Dans les tribunes, leur secteur affiche toujours des chants bien coordonnés, qu'ils soient nombreux ou pas.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 1 en tant qu'équipe de Serbie, 1 en tant qu'équipe de Serbie-et-Monténégro, 1 en tant qu'équipe de la République fédérale de Yougoslavie, 8 en tant qu'équipe de Yougoslavie
  • Meilleur parcours : troisièmes en 1930, quatrième place en 1962
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Aigles blancs »
  • Couleurs : blanc, bleu et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Samara, Kaliningrad, Moscou
Groupe F
Allemagne
Mexique
Suède
Corée du Sud
Très visibles, les fans allemands occupent toujours une place à part pendant les Coupes du monde, tout comme leur équipe nationale. On les surnomme la « machine allemande ». Cortèges bruyants aux couleurs nationales, nombreux déguisements et, évidemment, abondance de bière : tout cela crée une atmosphère proche de celle de l'Oktoberfest.

Quelques années avant la Coupe du monde 2006, un fan-club officiel de supporters de la sélection nationale a été créé en Allemagne. Aux côtés de simples fans, de nombreuses stars du show business l'ont rejoint. Oliver Pocher, présentateur télé, a rapidement conçu l'hymne de l'équipe, « Schwarz und Weiss » (« Noir et blanc », comme les couleurs de la sélection allemande), que les Allemands chantent pendant les matches.

A vrai dire, les Allemands peuvent parfois avoir l'air étrange en tribune. Il est possible que l'équipe d'Allemagne ait trop gâté les fans avec ses victoires régulières, mais on peut assez souvent voir que les Allemands accueillent les buts de leur sélection de façon passive, comme si cela allait de soi.

  • Coupes du monde à domicile : 1974, 2006
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 18
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1954, 1974, 1990 et 2014 ; finalistes en 1966, 1982, 1986 et 2002 ; troisièmes en 1934, 1970, 2006 et 2010
  • Comment appellent-ils les leurs : la « Mannschaft »
  • Symboles : culottes de cuir, chapeaux, dirndl
  • Couleurs : noir, rouge et jaune
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Sotchi, Kazan
Il est possible de repérer plus facilement un supporter mexicain dans la foule que les autres. Premièrement, à cause du sombrero, qui se voit de loin. Il est assez rare de croiser des ponchos – peut-être parce qu'il fait chaud l'été. Les Mexicains aiment beaucoup porter des masques de catcheur et se déguiser en super-héros ou en aztèques. C'est comme ça qu'ils se font appeler.

L'été dernier, l'équipe du Mexique a pris part à la Coupe des Confédérations FIFA 2017 : quelques milliers de Mexicains sont venus supporter leur équipe dans la lointaine Russie.

  • Coupes du monde à domicile : 1970, 1986
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 15
  • Meilleur parcours : quarts de finale 1970 et 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Aztèques »
  • Symboles : déguisements de super-héros, d'aztèque et sombreros
  • Couleurs : vert, blanc et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Rostov-sur-le-Don, Ekaterinbourg
Comme tous les Scandinaves, les supporters suédois ne critiquent pas leur équipe. Ils se comportent de façon pacifique, se déguisent en viking, boivent de la bière et viennent souvent au stade vêtu du maillot de l'équipe nationale de hockey. Ils ne critiquent pas leur équipe, mais peuvent se permettre de légèrement se moquer d'elle. Ainsi, pendant la phase de groupes de l'Euro 2012, les Suédois s'inclinèrent contre l'Ukraine sur le score de 1-2. L'un des buts fut encaissé sur corner alors que le défenseur Mikael Lustig s'était mal positionné, laissant un espace entre lui et le poteau. C'est par là que le ballon passa. Les fans organisèrent un flash mob sur l'Internet, se photographiant en enlaçant tout ce qui pouvait rappeler un poteau : lampadaire, panneau de signalisation, arbre, etc.

  • Coupes du monde à domicile : 1958
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 11
  • Meilleur parcours : finalistes en 1958, troisièmes en 1950 et 1994
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Tre kronor » (« Trois couronnes »)
  • Symboles : maillots et drapeaux nationaux
  • Couleurs : jaune et bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Nijni Novgorod, Sotchi, Ekaterinbourg
Les fans de la Corée du Sud se surnomment les « Diables rouges », tout comme les supporters de l'équipe de Belgique. Comme les Belges, les fans asiatiques se déguisent conformément à leur surnom : cornes, fourche et queue rouges. Néanmoins, ils se tiennent bien, contrairement à ce qu'indiquent leur surnom et leur déguisement. En plus de « diables », ils ont un autre surnom : les « Guerriers du Yin Yang », en l'honneur de l'emblème représenté sur le drapeau du pays.

  • Coupes du monde à domicile : 2002
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 9
  • Meilleur parcours : quatrième place à la CdM 2002
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Guerriers du Yin Yang », les « Diables rouges »
  • Symboles : cornes et fourches
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Nijni Novgorod, Rostov-sur-le-Don, Kazan
Groupe G
Belgique
Panama
Tunisie
Angleterre
Depuis les années 1920, les fans de l'équipe de Belgique surnomment leur équipe les « Diables rouges », en raison de son jeu âpre. Evidemment, le surnom a fini par désigner les supporters eux-mêmes, qui continuent à se faire appeler de la sorte. En conséquence, la couleur rouge domine. Ils ont souvent des fourches en main et des cornes sur la tête.

Ils prennent une part active à la vie de l'équipe nationale. Ainsi, c'est précisément grâce aux fans que Radja Nainggolan, l'un des leaders de l'équipe, l'a réintégrée après un long conflit avec le sélectionneur. Pendant près d'un an, les supporters ont accroché des banderoles en soutien au joueur et ont finalement obtenu gain de cause.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 12
  • Meilleur parcours : quatrième place à la CdM 1986
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Diables rouges »
  • Symboles : cornes, fourches et casques gaulois
  • Couleurs : rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Moscou, Kaliningrad
Les supporters de l'équipe du Panama, de même que l'équipe du Panama elle-même, ne se sont jamais illustrés à la Coupe du monde. Les « Canaleros », comme ils se surnomment, ont déjà fait preuve d'ingéniosité : lors du match décisif contre l'équipe du Costa Rica, les fans ont brandi des banderoles en langue russe : « Chère sélection, notre rêve est d'aller à la Coupe du monde ».

Quand l'équipe a remporté son premier ticket de l'histoire pour le Mondial, un jour férié a été décrété dans le pays.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : c'est la première fois en Russie
  • Meilleur parcours : qualification pour la phase finale
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Canaleros »
  • Symboles : drapeaux et maillots
  • Couleurs : rouge, blanc et bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Sotchi, Nijni Novgorod, Saransk
Les supporters de l'équipe de Tunisie se distinguent notablement par rapport aux autres amateurs africains de football. Les « Aigles de Carthage », comme ils se surnomment, supportent leur équipe de toutes leurs forces pendant le match, mais leur style est plus proche du style européen : les danses frénétiques et les acrobaties sont assez répandues en Afrique, mais on en voit rarement dans les tribunes de Tunisie. Les fans privilégient le maquillage et la peinture corporelle. Ils dessinent surtout des aigles. Lors d'un des derniers matches de l'équipe nationale, en phase de groupes, l'un des « aigles » s'est peint le corps aux couleurs du logo de la Coupe du monde en Russie.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 4
  • Meilleur parcours : phase de groupes
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Aigles de Carthage »
  • Symboles : représentations et déguisements d'aigle, peintures corporelles
  • Couleurs : rouge et blanc
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Volgograd, Moscou, Saransk
Comme on le sait, pour les Anglais, le football est une religion et souvent un mode de vie : plusieurs années d'affilée, ils ne ratent aucun match de leur équipe, peuvent chanter leurs hymnes et boire à la gloire de l'équipe d'Angleterre à l'infini. En dépit du fait que cela fait longtemps que l'équipe d'Angleterre n'a rien gagné (en définitive, à part la Coupe du monde 1966, les Anglais n'ont jamais rien remporté), les supporters sont toujours très exigeants envers leurs protégés et attendent invariablement les meilleurs résultats.

Les « Lions » mènent diverses actions. A l'Euro 2016 en France, par exemple, les fans ont adressé des critiques très dures au milieu de terrain Raheem Sterling. Mécontents des performances du joueur, les supporters ont lancé une cagnotte pour acheter un billet de retour en Angleterre pour Sterling. Une heure après son lancement, le « fonds » avait déjà récolté 300 livres.

  • Coupes du monde à domicile : 1966
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 14
  • Meilleur parcours : champions du monde en 1966
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Trois lions »
  • Symboles : maillots de la sélection, croix rouges
  • Couleurs : blanc et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Volgograd, Nijni Novgorod, Kaliningrad
Groupe H
Pologne
Sénégal
Colombie
Japon
Les fans polonais sont connus en Europe comme étant parmi les plus acharnés et fervents du continent. Seuls les supporters des Balkans peuvent rivaliser avec eux. A chaque compétition internationale, les fans organisent des cortèges hauts en couleur, déploient de grands tifos lors des matches et mettent en place des spectacles colorés. On ne peut qu'envier le répertoire des fans polonais : ils lancent un chant à la moindre occasion. Il existe un chant pour le début de match, un chant pour un but encaissé, pour un but marqué, pour la défaite, et un chant pour l'équipe adversaire (qui commence par les mots « Rentrez à la maison, nous ne le dirons à personne »). Les Polonais soutiennent toujours leur équipe jusqu'à la fin, ayant conscience de son potentiel limité. Ainsi, après l'échec en phase de groupes des Championnats d'Europe 2012 à domicile, la sélection invita les supporters sur la place centrale de Varsovie afin de les remercier pour leur soutien : il n'y avait plus une place de libre.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 7
  • Meilleur parcours : troisièmes en 1974 et 1982
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Aigles blancs »
  • Symboles : maillots, drapeaux
  • Couleurs : blanc et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Kazan, Volgograd
Cela peut sembler étonnant à certains égards, mais dans beaucoup de pays africains, le chamanisme dans le football est interdit par la loi. Il y a bon nombre de sorciers parmi les supporters et le Sénégal ne fait pas exception. Néanmoins, le veto sur le chamanisme n'est pas en vigueur pendant la Coupe du monde, voilà pourquoi il est assez commun de voir des supporters se livrer à d'étranges rituels.

Pour les débuts du Sénégal à la Coupe du monde 2002, le principal sorcier du pays, Lingel Ngoi Mbaye, faisait partie de la délégation de l'équipe. Il ne cacha pas son identité et parla même avec les journalistes, déclarant qu'il « chasserait les mauvais esprits des cages du Sénégal » depuis sa chambre d'hôtel. En pratique, la sorcellerie ne fut pas de trop, les nouveaux-venus atteignant les quarts de finale.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phasefinale : 1
  • Meilleur parcours : quart de finale en 2002
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Lions de la Téranga »
  • Symboles : amulettes et talismans ensorcelés
  • Couleurs : vert, jaune et rouge
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Moscou, Ekaterinbourg, Samara
Les supporters de l'équipe de Colombie se surnomment logiquement les « Cafeteros » (les « Cafetiers »). Comme tous les Sud-Américains, ils supportent leur équipe de façon spectaculaire et avec dévotion. Connus pour leur piété, les Colombiens font souvent appel à Dieu et chantent des psaumes en tribune. Pendant les matches, il n'est pas rare de voir des fans déguisés en pape, cardinaux ou moines. Mais le tempérament des Colombiens dépasse parfois les limites de l'acceptable.

  • Coupes du monde à domicile : aucune
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 5
  • Meilleur parcours : quart de finale en 2014
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Cafeteros »
  • Symboles : déguisements de religieux et de super-héros
  • Couleurs : jaune et bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Kazan, Samara
Comme tout ce qui est japonais, les fans du pays du Soleil levant sont tout-à-fait inhabituels et intéressants. Leurs déguisements se distinguent franchement dans la foule par leur complexité et leur diversité artistique : si un Japonais confectionne un déguisement, cela se finit toujours en œuvre d'art. Samouraïs, geishas, créatures mythiques, transformers, etc. L'un des traits caractéristiques des supporters japonais est leur extrême décence. Non seulement on n'a jamais enregistré d'acte de hooliganisme lié à leur présence, mais à la fin des matches les supporters japonais nettoient la tribune après eux.

  • Coupes du monde à domicile : 1
  • Nombre de qualifications pour la phase finale : 5
  • Meilleur parcours : 1/8e de finale en 2006 et 2010
  • Comment appellent-ils les leurs : les « Samouraïs bleus »
  • Symboles : déguisements de samouraï et de héros mythiques
  • Couleurs : bleu
  • Où joueront-ils pendant la phase de groupes : Saransk, Ekaterinbourg, Volgograd
Crédits photo
Robbie Jay Barratt - AMA/Getty Images, Lars Ronbog/FrontzoneSport via Getty Images, Matthias Hangst/Getty Images, Jamie McDonald/Getty Images, Aleksandr Demyanchuk/TASS, Fared Kotb/Anadolu Agency/Getty Images, Mustafa Yalcin/Anadolu Agency/Getty Images, Jeff Gross/Getty Images, Hannah Peters/Getty Images, Maja Hitij/Getty Images, Foto Olimpik/NurPhoto via Getty Images, Matthew Lewis/Getty Images, Maja Hitij/Getty Images, Omar Vega/LatinContent/Getty Images, liewig christian/Corbis via Getty Images, Jamie Squire/Getty Images, Nick Potts - EMPICS/Getty Images, Adam Davy - EMPICS/PA Images via Getty Images, Catherine Ivill - AMA/Getty Images, Quinn Rooney/Getty Images, Artem Korotaev/ТАСС, Matthias Hangst/Getty Images, VI Images via Getty Images, Cem Ozdel/Anadolu Agency/Getty Images, EMPICS/PA Images via Getty Images, William Van Hecke/Corbis via Getty Images, Hagen Hopkins/Getty Images, Gabriel Aponte/Getty Images, Gabriel Rossi/Getty Images, Alex Livesey/Getty Images, Mike Egerton/PA Images via Getty Images